WTCC - Muller : La clé réside dans les vibreurs à Marrakech

partages
commentaires
WTCC - Muller : La clé réside dans les vibreurs à Marrakech
6 avr. 2014 à 09:30

Alors que se profile l’ouverture de la saison du WTCC à Marrakech, dans une semaine, le champion en titre Yvan Muller livre la clé pour être performant sur le tracé marocain, qui s’avère plus technique et compliqué qu’il n’y paraît

Alors que se profile l’ouverture de la saison du WTCC à Marrakech, dans une semaine, le champion en titre Yvan Muller livre la clé pour être performant sur le tracé marocain, qui s’avère plus technique et compliqué qu’il n’y paraît.

Avec ses deux grandes lignes droites, ses deux épingles, le tout agrémenté de quelques chicanes, le circuit Moulay El Hassan, tracé sur des avenues de l’agglomération de Marrakech, pourrait paraît simple, voire même simpliste. Pour Yvan Muller (Citroën), il ne faut surtout pas se fier aux apparences.

« On ne doit pas s’arrêter au plan, c’est réellement un circuit difficile », tempère le pilote alsacien. « Comme ce n’est pas un tracé permanent, la piste est très glissante en début de meeting. Ensuite, la clé d’un tour rapide se situe dans le passage des vibreurs. Il faut les escalader, parfois les sauter, tout en évitant de se retrouver dans le mur ! Nous avons évidemment travaillé sur ce point lors des essais, mais il faudra attendre d’être confronté à la piste pour y voir plus clair. »

Yvan Muller s’est imposé lors des quatre venues précédentes à Marrakech, en 2009 sur une Seat Leon, puis en 2010, 2012 et 2013, à chaque fois au volant d’une Chevrolet Cruze.

Ce premier rendez-vous revêtira déjà un aspect délicat pour les pilotes et les équipes, qui prendront dans la foulée la direction du Castellet pour le deuxième rendez-vous de la saison, à peine une semaine plus tard. « Une petite semaine après Marrakech, nous serons déjà au Paul Ricard pour disputer la deuxième manche. Même si tout se passe bien, les mécaniciens n’auront donc pas beaucoup de temps pour réviser les voitures. S’il y a beaucoup de dégâts, ce sera encore plus complexe pour eux. Cela ajoute un peu de pression supplémentaire. »

Attaquer et risquer de tout perdre ou gérer et perdre des points précieux : le calcul sera difficile et il faudra rouler avec sa tête à Marrakech…

Prochain article WTCC
WTCC - Bennani : "Je dois garder la tête froide"

Article précédent

WTCC - Bennani : "Je dois garder la tête froide"

Article suivant

WTCC - Campos avec Fulin à Marrakech, Oriola en Asie

WTCC - Campos avec Fulin à Marrakech, Oriola en Asie
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WTCC
Pilotes Yvan Muller
Type d'article Actualités