CO2 - Volkswagen fait volte face!

Après le temps des excuses, et celui des enquêtes internes, Volkswagen lance une contre-attaque aussi soudaine qu’imprévisible, réfutant désormais les accusations de triches aux contrôles d’émission de CO2.

Après avoir été durement secoué en septembre suite aux révélations par l’EPA, l'agence américaine de protection de l’environnement, de tricheries aux contrôles d’émissions d’oxydes d’azote, Volkswagen avait présenté ses excuses, et opéré un profond bouleversement au sein même de sa direction. VW avait également ouvert une enquête interne qui avait mené à la révélation par le groupe allemand lui-même d’autres irrégularités, concernant cette fois les contrôles d’émissions de CO2.

Des irrégularités visant plus de 800'000 véhicules, et qui s’avéraient lourdes de conséquences puisqu’elles impactaient la taxe frappant chaque véhicule, une taxe calculée selon le taux d’émissions de CO2. Volkswagen se préparait alors à débourser près de deux milliards d’euros auprès des diverses organisations gouvernementales pour combler la différence de taux effectif liée à chaque véhicule.

Mais, plus d’un mois après cet aveu, VW fait volte-face par le biais d’un communiqué. "Tout juste un mois après les questions concernant les émissions de CO2 mesurées sur certains des modèles du Groupe, Volkswagen a largement clarifié le problème. Suite à d’importantes investigations internes et à des mesures complètes, il est désormais clairement établi que, pour pratiquement tous ces modèles, les émissions effectives de CO2 correspondent aux valeurs initialement indiquées", indique finalement le groupe allemand.

Ces véhicules peuvent être commercialisés et vendus sans limitation.

Communiqué Volkswagen.

"Cela signifie que ces véhicules peuvent être commercialisés et vendus sans limitation", poursuit le communiqué. "Les soupçons selon lesquels les chiffres de consommation de carburant auraient été illégalement modifiés n’ont pas été confirmés. Les mesures internes ont révélé de légères différences sur seulement neuf modèles de la marque Volkswagen (5 vendus en France)".

Volkswagen a présenté ces résultats à la commission d’investigation instituée par le Ministère allemand des Transports et l'Autorité de Contrôle du Transport Automobile (KBA).

Au final, "seul un petit nombre de nouveaux modèles verront leurs chiffres légèrement revus sur les catalogues", indique le constructeur de Wolfsbourg. Cela revient à 36'000 véhicules (au lieu des 800'000 initialement annoncés seraient (légèrement) impactés par ces infimes différences de données, soit 0,5% uniquement de la production annuelle de VW. De nouvelles mesures seront effectuées d’ici Noël.

Il est également précisé que les autres marques du groupe, Audi, Skoda et Seat, feront également l’objet de nouveaux contrôles.

Ces nouveaux éléments n’influent en revanche pas sur la tricherie aux contrôles d'émissions d’oxydes d’azote révélées en septembre dernier, qui concerne onze millions de véhicules du groupe.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Auto
Type d'article Actualités
Tags dieselgate, volkswagen