L'asphalte a dû être réparé pendant la nuit à Miami

Quelques zones du circuit de Miami ont posé problème lors de l'inspection par les officiels jeudi, nécessitant des réparations de dernière minute. Tout est a priori rentré dans l'ordre.

Les officiels, dont le directeur de course Niels Wittich et Bernd Maylander, inspectent la piste

Photo de: Carl Bingham / Motorsport Images

Les organisateurs du Grand Prix de Miami ont dû travailler une bonne partie de la nuit dernière pour réparer des dégâts apparus jeudi à la surface de l'asphalte. L'inquiétude principale concernait la zone du virage 17, une épingle à gauche située avant le dernier enchaînement de virages menant à la ligne droite de départ/arrivée. Des problèmes ont également été constatés au niveau du virage 7, qui va sur la gauche et se situe juste à côté de la marina artificielle qui a tant fait parler cette semaine.

Jeudi soir, des petits dégâts prenant l'aspect de taches sombres sont apparus au niveau du virage 18 à quelques mètres à l'extérieur de la corde, et plus ou moins dans la trajectoire où les roues extérieures des monoplaces se retrouveront sous la contrainte imposée par les charges.

Ces défauts ont fait leur apparition sans qu'aucune voiture de course n'ait encore roulé sur le circuit, qui jusqu'à présent n'a accueilli que les tours de préparation des voitures de sécurité et médicale ainsi que des démonstrations avec des supercars. Les camions et les grues de logistique ont également arpenté le tracé pendant les préparatifs du Grand Prix. Les zones problématiques seraient localisées et le reste du circuit n'a pas suscité de préoccupation particulière. Le travail de réparation était terminé ce vendredi matin.

Supervisée par l'équipe de designers d'Apex, la pose du revêtement sur le circuit du Grand Prix de Miami a nécessité 24 000 tonnes d'asphalte. Les spécialistes de l'asphalte R3 – qui ont déjà travaillé sur de nombreux circuits du monde entier – ont conçu un mélange composé à 60% de granit extrait aux États-Unis, dans l'État de Géorgie, le reste étant du limerock provenant du sud de la Floride. Le bitume, qui est un mélange visqueux d'hydrocarbures, est ensuite utilisé pour lier entre eux les granulats.

Une fois posé, ce bitume est décapé pour texturer la surface, lui permettant ainsi d'être prédisposé à l'adhérence requise par les pneus Pirelli fournis en Formule 1. La FIA avait exigé que l'asphalte soit posé au moins 60 jours avant le week-end du Grand Prix, un délai qui a été respecté par les organisateurs malgré les nombreux événements organisés sur le site autour du Hard Rock Stadium. Ont notamment eu lieu la fin de la saison de NFL, un festival de jazz et l'Open de Miami de tennis.

Avec Adam Cooper et Charles Bradley

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Brown ne pense pas que Miami menace les GP historiques
Article suivant Gasly : Rencontrer Michael Jordan, la "meilleure expérience" de sa vie

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France