Formule 1 GP de Miami

Brown ne pense pas que Miami menace les GP historiques

Selon le patron de McLaren Zak Brown, les nouvelles destinations de la Formule 1 ne doivent pas être perçues comme des menaces contre les Grands Prix historiques.

Le circuit de Miami

Photo de: Carl Bingham / Motorsport Images

Ce week-end, la Formule 1 va découvrir un nouveau circuit à Miami, tracé autour du Hard Rock Stadium. Du côté des équipes et des sponsors, rarement une course avait généré autant d'enthousiasme. Ces derniers souhaitent capitaliser sur l'explosion de l'intérêt pour la discipline aux États-Unis. La F1 a d'ailleurs clairement mis en place son plan pour surfer sur cette nouvelle mode, avec l'apparition d'une troisième course dans le pays dès l'an prochain, à Las Vegas. Et la discipline ne devrait pas s'arrêter là.

Cependant, si de nouvelles courses arrivent, d'autres doivent disparaître du calendrier. Le cas de Miami, avec un intérêt des partenaires de la F1 jamais vu auparavant, laisse penser qu'un tel événement pourrait bien remplacer Monaco en termes d'image et de notoriété. Mais le patron de McLaren, Zak Brown, ne voit pas les choses de cette façon. Selon lui, l'engouement autour de Miami ne doit pas être vu comme une menace pour les destinations "classiques", mais plutôt comme une chance de hausser la qualité des Grands Prix pour les fans et les partenaires.

"Toutes les courses sont différentes", exprime l'Américain. "Les gens me demandent tout le temps quel est le meilleur Grand Prix, et je leur réponds : 'Je ne peux pas en sélectionner qu'un seul'. Il y en a plusieurs que j'adore. Je pense que Miami haussera les standards pour tout le monde. Singapour est un rendez-vous incroyable. Monaco, Silverstone et Abu Dhabi également. L'Australie affichait complet cette année. Les gens considèrent le Super Bowl comme le plus gros événement sportif au monde, mais Abu Dhabi a généré une meilleure audience l'an dernier. Peut-être que la finale de la Coupe du monde reste le plus grand événement, mais c'est un jour tous les quatre ans, alors que nous avons 23 courses. Ce sont 23 Super Bowl."

Alors que les dirigeants de la discipline souhaitent ajouter des Grands Prix dans un calendrier déjà très chargé, il est probable de voir des circuits se partager une course à l'avenir. Cette récente suggestion pourrait voir le jour avec la France et l'Allemagne, alors que l'Hexagone est en danger au calendrier de la Formule 1. Ainsi, le Grand Prix au Castellet pourrait être organisé un an sur deux, en alternance avec le Grand Prix d'Allemagne, absent depuis 2019. Un scénario qui plaît beaucoup à Brown.

"Je crois qu'il y a des demandes de pays comme l'Afrique du Sud, mais d'un point de vue logistique, nous ne pouvons pas vraiment organiser plus de 23 Grands Prix. À quel point cela devient-il trop ? Actuellement, tout le monde a l'impression que nous sommes au maximum. Si vous en faites 18 et qu'il y en a cinq qui tournent chaque année, vous restez à un calendrier à 23 courses et nous maintenons notre économie, ce qui est important. Nous n'augmentons pas la fréquence mais nos marchés. Il y a beaucoup de sports où ils jouent tous les deux ou quatre ans. Vous ne voudriez pas avoir un Grand Prix tous les quatre ans, mais je pense que cela fonctionnerait tous les deux ans."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent La chicane des stands fait déjà parler à Miami
Article suivant L'asphalte a dû être réparé pendant la nuit à Miami

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France