Actualités

Je t’aime, moi non plus ! La F1 aux USA (1/2)

Si l’histoire du sport automobile et de l’industrie auto sont intimement liées à l’histoire des Etats-Unis, ce ne fut pas toujours "Yes we can" entre la F1 et le pays à la bannière étoilée !C’est en 1904 qu’est née la course que l’on pourrait qualifier de premier Grand Prix des USA

Si l’histoire du sport automobile et de l’industrie auto sont intimement liées à l’histoire des Etats-Unis, ce ne fut pas toujours "Yes we can" entre la F1 et le pays à la bannière étoilée !

C’est en 1904 qu’est née la course que l’on pourrait qualifier de premier Grand Prix des USA. Cette année-là, William Vanderbilt, membre d’une grande famille d’industriels et de promoteurs du chemin de fer à travers tout le pays, s’inspira des grandes épreuves européennes pour créer la première vraie course automobile au pays de l’Oncle Sam : La célèbre "Coupe Vanderbilt". Elle pourra se targuer dès ses débuts d’un vrai succès international, avec de nombreuses victoires européennes, notamment grâce à Peugeot et Benz. L’engagement américain dans la première guerre mondiale sonnera malheureusement le glas de cette épreuve.

Durant l’entre deux guerre, les marchés de l’automobile se cloisonnent, et les courses Outre-Atlantique vont se faire sans voiture européennes. Cette période marquera véritablement le début de ce que l’on peut qualifier de courses à l’américaine (stock car, courses sur cendrée, dragsters etc.), et par la même occasion, d’une rivalité entre le « vieux » et le « nouveau » monde.

Il faudra patienter jusqu’en 1959 et au Grand Prix de Sebring pour revoir une épreuve dite "à l’Européenne" traverser l’océan. Même si de 1950 à 1960, les 500 miles d’Indianapolis comptaient comme épreuve du Championnat du Monde de F1, on ne pouvait pas vraiment comparer son format à celui des GP traditionnels. Il s’ensuivra alors une période qui durera plus de 30 ans, où la F1 et les USA vivront un amour quasi fusionnel. La passion sera si forte que lors de la saison 1982, on y disputera trois courses, à Long Beach, Detroit et Las Vegas ! Du jamais vu dans toute l’histoire de notre sport…

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Le Royaume du Maroc en opération séduction sur la F1 ?
Article suivant Je t’aime, moi non plus ! La F1 aux USA (2/2)

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France