La course de leur vie #10 : Jo Gartner, Italie 1984

Nul n'a jamais su pourquoi, vers 2h45 ce 1er juin 1986, la Porsche 962C Kremer aux couleurs Kenwood que pilotait Jo Gartner (associé au Sud-Africain Sarel Van der Merwe et au Japonais Kunimitsu Takahashi) s'est brutalement affaissée dans les Hunaudières

La course de leur vie #10 : Jo Gartner, Italie 1984

Nul n'a jamais su pourquoi, vers 2h45 ce 1er juin 1986, la Porsche 962C Kremer aux couleurs Kenwood que pilotait Jo Gartner (associé au Sud-Africain Sarel Van der Merwe et au Japonais Kunimitsu Takahashi) s'est brutalement affaissée dans les Hunaudières.

On a parlé d'un blocage subi de boîte, d'une rupture de suspension, d'un animal ayant soudain traversé. La voiture a tapé la glissière, chevauché le rail, décapité un poteau téléphonique avant de se retourner et d'échouer, en flammes, de l'autre côté de la piste. Josef Gartner a sans doute péri sur le coup, rejoignant Jochen Rindt, Hetmuth Koinigg et autre Roland Ratzenberger dans la trop longue liste des pilotes autrichiens emportés par leur passion. Il n'avait que 32 ans.

Ce Viennois né en 1954 avait souvent utilisé son propre matériel pour gravir les échelons : en Super Vee (vice-champion européen 78) puis en F3 continentale, avant de passer dès 1980 en F2. Avec des March ou Toleman souvent vieilles de plusieurs saisons, ou une Merzario hors du coup, le butin est maigre. En 1983, il rachète une Spirit 201 ex-usine, y monte un bloc béhème et enlève - sous la bannière Emco - le Grand Prix de Pau après un rude combat contre la Maurer d'Alain Ferté, qui sera disqualifiée car sous le poids. Il est sixième du championnat. On le voit, déjà, s'essayer en Endurance, et il a tâté de la série Procar à bord d'une BMW M1 engagée par son compatriote Helmut Marko. Prévu en 83 chez ATS pour le Grand Prix d'Autriche, son engagement n'est finalement pas confirmé. En 1984, un sponsor lui permet enfin d'intégrer la F1, de manière sporadique, via Osella. A Imola, il réussit l'exploit de se qualifier au détriment de son équipier Ghinzani, relégué à 1''8. Il doit hélas renoncer sur casse moteur au 46ème tour. Il est de retour à partir de l'Angleterre et pour la fin de saison - non sans avoir négocié le volant de la seconde Toleman ex-Ceccoto, accidenté, aux côtés de Senna - se hissera chaque fois sur la grille, et va se classer 12ème aux Pays-Bas. Le meilleur est toutefois à venir.

A Monza, le voilà 24ème en qualif. Le lendemain, s'il ne quittera pas l'arrière du peloton, il va dépasser plusieurs concurrents dont son compatriote Berger (qui va enlever ce jour-là le premier Top 6 de sa carrière pour son deuxième Grand Prix, sur une ATS-BMW, mais pas de point pour la même raison que lui) et grimper dans la hiérarchie. Il est 12ème sur 14 à mi-parcours, et les machines tombent comme des mouches. A cinq tours du drapeau à damier, les deux Osella sont dans les points ! La petite squadra n'en prendra pourtant aucun. C'est d'abord Piercarlo Ghinzani, extraordinaire 4ème, qui est à court d'essence à 3 tours du but, le V8 Alfa Roméo buvant beaucoup. Jo, lui, tient bon jusqu'au bout, tout doux sur la pédale de gaz, et prend une énorme cinquième place... qui ne lui rapporte rien : Osella n'ayant engagé en début d'année qu'une monoplace, la seconde est inéligible pour des points. Qu'importe, l'Autrichien a prouvé qu'il mérite sa place.

Il la perd pourtant, faute de moyens financiers, Arrows par exemple lui préférant Gerhard durant l'hiver. Il a pris goût aux épreuves de longue durée, disputant cette même année 84 les 24 Heures de Spa-Francorchamps et les achevant en quatrième position. 1985 le voit dès lors retourner à l'Endurance, chez John Fitzpatrick avec des 956. Il termine ainsi 4ème des 24 Heures du Mans avec David Hobbs et Guy Edwards, après avoir mené la plupart des relais, et achève la saison en Imsa. Pour 86, il se lie à la fois aux frères Kremer, s'imposant d'entrée à Thruxton en Interserie et finissant 3ème des 1.000 km de Silverstone associé à Tiff Needell, et à Bob Akin en Imsa, enlevant les 12 Heures de Sebring avec pour partenaire Hans-Joachim Stuck. On le chuchote déjà chez Porsche Rothmans, l'usine, l'année suivante quand survient le drame manceau qui nous prive à jamais d'un self-made-man de talent.

partages
commentaires
Marussia vise Barcelone pour sa nouvelle monoplace

Article précédent

Marussia vise Barcelone pour sa nouvelle monoplace

Article suivant

La nouvelle HRT devrait être en piste à Barcelone

La nouvelle HRT devrait être en piste à Barcelone
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021