Contenu spécial
Formule 1 GP des Pays-Bas

Les notes du Grand Prix des Pays-Bas 2021

Après le Grand Prix des Pays-Bas, treizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Les notes de la rédac, Pays-Bas

Netherlands Max Verstappen

Note : 10

Des milliers de fans néerlandais espéraient voir un Max Verstappen des grands jours pour son Grand Prix national, et le pilote Red Bull n'a pas déçu. Très discret en début de week-end, Verstappen a progressivement augmenté la cadence. Même sans activer le DRS dans la ligne droite des stands, son dernier tour en Q3 chronométré en 1'08"885 a été suffisamment compétitif pour lui offrir la pole position. Le lendemain, le Néerlandais a pris un envol parfait et a géré sa course malgré la pression exercée par Hamilton et le "bouchon Bottas", laissé en piste par Mercedes pour permettre au Champion du monde en titre de revenir sur son rival. Cette victoire à domicile est d'autant plus importante car elle redonne à Verstappen les clés du championnat des pilotes.

United Kingdom Lewis Hamilton

Note : 9

Il était assez clair que Max Verstappen allait être déchaîné lors de son Grand Prix national. Malheureusement pour Lewis Hamilton, sa panne en EL2 a créé un écart avec le Néerlandais difficile voire impossible à combler. Classé deuxième, le Britannique a le mérite d'avoir été le seul homme capable de rester accroché à la Red Bull, néanmoins il manquait un petit quelque chose sur la Mercedes W12 pour tenter un dépassement. Hamilton ne pouvait donc qu'applaudir Verstappen, ce qu'il a fait une fois sorti de sa monoplace, et reconnaître sa défaite ce week-end. 

Finland Valtteri Bottas

Note : 6

La fin de la collaboration avec Mercedes est proche pour Valtteri Bottas, mais le Finlandais ne fait rien pour s'en aller par la grande porte. Certes, il a mis fin à deux courses blanches et a même récupéré la troisième place au championnat. Mais compte tenu de la supériorité de sa monoplace face aux autres bolides de la grille, cette troisième position aurait du être sienne depuis très longtemps. Le Finlandais avait un rôle très important à jouer aux Pays-Bas pour aider son coéquipier Lewis Hamilton à remporter la course. "Avec ce rythme, nous n'allons pas interagir avec les leaders", lui disait-on au 18e tour. La suite de l'épreuve donnera raison au stand Mercedes puisque son overcut (une ruse pour ralentir Verstappen, qui s'était déjà arrêté) n'a bloqué le Néerlandais que pendant un tour. Plus tard, malgré les consignes répétées de son équipe, Bottas a provisoirement pris le point du meilleur tour des mains de Hamilton. Sans nul doute, le debriefing a dû être festif.

France Pierre Gasly

Note : 9

Pierre Gasly accomplit de grandes choses au volant d'une monoplace classée sixième au championnat. À Zandvoort, pour la première fois de la saison, le Français a reçu le titre honorifique de "meilleur des autres" en hissant son AlphaTauri derrière les Mercedes et la Red Bull de Max Verstappen en qualifications et en course. Le rythme de Gasly sur les longs relais a été suffisamment compétitif pour creuser l'écart sur Charles Leclerc, cinquième, et le tenir à bonne distance en fin de parcours. Les 12 points de la quatrième place lui permettent d'augmenter son total à 66 unités, et avec huit ou neuf courses encore à disputer, Gasly est en bonne voie pour améliorer sa meilleure performance en F1 : 95 points en 2019.

Monaco Charles Leclerc

Note : 8

Dès les premiers tours de roue, Charles Leclerc a montré à ses concurrents directs qu'il allait être un adversaire coriace aux Pays-Bas. Leader du classement en Essais Libres 2, le Monégasque est quelque peu rentré dans le rang en qualifications puisqu'il est tombé sur plus fort que lui avec Gasly. Cinquième sur la grille, Leclerc n'a ni gagné ni perdu de position, menant une course très sage et ramenant de gros points à Maranello, qui ne demandait que ça pour repasser devant McLaren au classement général.

Spain Fernando Alonso

Note : 9

Battu pour la troisième fois consécutive par son coéquipier Esteban Ocon en qualifications, Fernando Alonso a fait parler toute son expérience au départ de la course pour gagner deux positions et repasser devant le Français. Installé derrière les deux Ferrari, l'Espagnol a tout d'abord préservé ses gommes, peut-être un peu trop car derrière lui s'est formé un train de plusieurs monoplaces. Son rythme s'est néanmoins amélioré à la fin de son premier relais et lors du passage des pneus mediums. Revenu sur les talons de Carlos Sainz, l'Espagnol a manqué de finir sa course dans les barrières en restant dans l'air sale généré par le pilote Ferrari. Finalement, une attaque imparable a été portée dans les derniers kilomètres.

Spain Carlos Sainz

Note : 6

Il a été moins performant que son coéquipier, et aussi plus brouillon. Cela s'est vu dès les essais libres avec une sortie de piste, heureusement sans grande conséquence, au troisième virage. L'Espagnol a été en mesure de garder son calme malgré l'incertitude au moment d'évaluer les dégâts sur sa monoplace, et il a décroché le sixième temps des qualifications, à 10 millièmes de son coéquipier. En course, Sainz n'a pas pu préserver ses gommes aussi bien que Leclerc, et en fin de course, il l'a laissé s'échapper. À la merci d'Alonso et de Pérez, le pilote Ferrari a cédé face au premier mais a résisté aux attaques du deuxième.

Mexico Sergio Pérez

Note : 7

Après sa victoire au Grand Prix de Sakhir 2020, Sergio Pérez a de nouveau prouvé qu'il était capable de convertir une dernière place en excellent résultat, même sur une piste où il est difficile de doubler. En qualifications, le Mexicain a été piégé en coupant la ligne trop tard en Q1, laissant ses adversaires améliorer leur marque de plusieurs dixièmes et le doubler au classement. Avec un pilote en pole et l'autre seizième, Red Bull a pris la décision d'installer un nouveau moteur sur la monoplace de Pérez, le condamnant à un départ depuis la voie des stands. La stratégie décalée du Mexicain s'est avérée payante, il avait un excellent rythme et s'est maintenu à une bonne position après son ultime arrêt. Avec quelques tours de plus, une arrivée à la sixième place était certaine.

France Esteban Ocon

Note : 7

Le pilote français a été bousculé au départ et dépassé par Alonso. Il s'est alors retrouvé prisonnier du rythme du double Champion du monde. Bien qu'il ait manifesté son mécontentement à la radio, Alpine n'a pas souhaité échanger les positions et Ocon a passé le reste de la course à naviguer à environ deux secondes d'Alonso pour ne pas endommager ses gommes. L'étroitesse du circuit de Zandvoort aurait dû l'aider à se maintenir devant Pérez malgré la supériorité de sa machine, mais le Français a craqué à quelques kilomètres de l'arrivée.

United Kingdom Lando Norris

Note : 7

Lando Norris avait déjà été averti en Q1 lorsqu'il était tombé à la 15e et dernière place qualificative... mais ce sursis n'a été que de courte durée puisque la valse des drapeaux rouges l'a condamné à partir 13e seulement. Pour remonter, le Britannique a dû s'armer de patience et se montrer doux avec ses pneus. C'est ce qu'il a fait jusqu'au 43e tour. McLaren a superbement joué le coup en relâchant le Britannique sous le nez de Russell, douzième, offrant à son pilote de l'air frais et l'opportunité de finir dans le top 10.

Australia Daniel Ricciardo

Note : 5

En s'élançant dans le top 10, contrairement à son coéquipier Lando Norris, Daniel Ricciardo s'imaginait peut-être revivre le scénario du Grand Prix de Belgique. C'était sans compter sur l'intervention du pitwall McLaren après l'arrêt de Norris pour ordonner à l'Australien d'échanger les positions, une décision qui l'a sorti des points. Norris aurait probablement rendu la position à son coéquipier en fin de course, car il n'avait pas gagné de position supplémentaire, mais Ricciardo comptait 12 secondes de retard alors que son arrêt au stand s'était produit seulement 13 tours avant celui de Norris. 

Canada Lance Stroll

Note : 4

Le rythme d'Aston Martin en essais libres laissait supposer que les monoplaces vertes allaient chatouiller les habitués de la Q3, mais il n'en fut rien. Seulement douzième sur la grille, Lance Stroll a été fantomatique en course, le Canadien étant bloqué derrière Russell qui lui-même était bloqué derrière Giovinazzi. Débarrassés de l'Italien après sa crevaison, les deux pilotes ne sont pas quittés des yeux pendant le reste du Grand Prix, et Stroll n'a pu doubler la Williams (et ainsi récupérer sa position de départ) que lors du deuxième arrêt de celle-ci... dans l'avant-dernier tour.

Germany Sebastian Vettel

Note : 7

Comme pour Lewis Hamilton, Sebastian Vettel a bénéficié d'un temps de roulage limité en essais libres à la suite d'un problème mécanique. Le pilote allemand était donc désavantagé au moment d'aborder les qualifications, et il n'a certainement pas été aidé par la dispute des pilotes Haas, au ralenti en plein milieu de la piste, pendant son dernier tour lancé. Le tour de Vettel ne lui aurait peut-être pas garanti une première ligne mais il aurait sans aucun doute amélioré sa position sur la grille de départ, qui était la 17e. Un tête-à-queue dans le banking écorne sa note finale mais il est important de rappeler qu'en dépit de cette toupie et d'un arrêt supplémentaire, Vettel a terminé treizième, à deux secondes de son coéquipier.

Italy Antonio Giovinazzi

Note : 6

La déception d'Antonio Giovinazzi doit être immense, surtout lorsque l'on sait que son avenir chez Alfa Romeo est menacé. L'Italien avait pourtant donné une excellente raison à son employeur de le conserver après sa septième place sur la grille de départ, égalant son meilleur résultat le samedi. Le dimanche, il s'est retrouvé à attaquer la Ferrari de Sainz, qui ne lui a pas fait de cadeau. Tassé dans l'herbe, Giovinazzi a dû lever le pied et laisser passer Sainz, Alonso et même Ocon. Tombé en dixième position, ses derniers espoirs de finir dans les points (très importants pour Alfa Romeo dans sa lutte avec Williams au classement général) ont été douchés par une crevaison malheureuse, six tours après son premier arrêt. 

Poland Robert Kubica

Note : 6

Pourquoi donner la même note à Robert Kubica alors que Giovinazzi a rallié l'arrivée trente secondes avant son coéquipier malgré un arrêt de plus ? Tout simplement parce que le Polonais a complété avec brio la mission presque impossible donnée par Alfa Romeo samedi matin : remplacer Kimi Räikkönen alors que le week-end avait déjà débuté. Privé de première et de deuxième séance d'essais libres, Kubica a sans surprise été éliminé en Q1 mais au prix d'un overcut, il est revenu sur Nicholas Latifi en fin de parcours et a dépassé le Canadien dans le dernier tour.

Canada Nicholas Latifi

Note : 4

La course de Nicholas Latifi a été conditionnée par son erreur en Q2 : tout juste après le drapeau rouge provoqué par son coéquipier George Russell, le Canadien est lui aussi parti en toupie alors que son temps était très prometteur. L'accident a été plus violent que celui du Britannique, et Williams n'a pas eu d'autre choix que de faire partir Latifi depuis la voie des stands, derrière Sergio Pérez. Une fois relâché dans la nature, le Canadien s'est arrêté très tôt pour passer des mediums aux durs. Il est difficile de dépasser avec les pneus les moins performants, et sa remontée s'est donc arrêtée net. Effacé par les deux Alfa Romeo et Sebastian Vettel, le pilote Williams peut au moins se réjouir d'avoir vu l'arrivée, contrairement à son coéquipier.

United Kingdom George Russell

Note : 5

Après un week-end de rêve à Spa-Francorchamps, conclu au bout de deux tours mais avec un podium, le retour sur terre a été plus que brutal pour George Russell. Le pilote Williams en a trop fait en qualifications, partant à la faute à la fin d'un tour chronométré qui l'aurait placé dans le top 10. Sa onzième place finale lui permettait néanmoins de s'élancer avec les gommes de son choix, mais il n'a gagné aucune position au départ. En lutte avec Antonio Giovinazzi pour le point de la dixième place, Russell s'est précipité et a commis une nouvelle erreur en dépassant la vitesse de 60 km/h imposée dans la voie des stands. Avec le retour de Sergio Pérez et Lando Norris, les performances de sa Williams ne pouvaient pas lui permettre de terminer dans le top 10 et sa course s'est finie de triste manière, avec un abandon dans le dernier tour.

Germany Mick Schumacher

Note : 3

Il y a peu à dire sur le week-end de Mick Schumacher. Dans le négatif, nous retiendrons son comportement en qualifications, lorsque l'Allemand a dépassé son coéquipier dans le tour de préparation alors que, d'après les consignes, Nikita Mazepin avait la priorité en piste. Après cet incident ayant mis la lumière sur Haas pour de bien mauvaises raisons, l'Allemand a été impliqué dans un nouvel accroc en course. Il a été tassé par son coéquipier, ce qui a endommagé son aileron avant et ruiné sa course, conclue à la 18e et dernière place.

Japan Yuki Tsunoda

Note : 4

Yuki Tsunoda faisait partie des rares pilotes n'ayant jamais roulé à Zandvoort avant le début du week-end. L'apprentissage a donc été court pour le Japonais, et malgré cela, il est parvenu à sortir de la Q1 pour la première fois depuis le Grand Prix d'Autriche. En raison des accidents des pilotes Williams, Tsunoda n'a pas pu améliorer sa marque en Q2. S'en est suivie une course difficile, le pilote AlphaTauri étant esseulé en 14e position avant son abandon dû à un problème détecté sur son moteur Honda.

Russian Federation Nikita Mazepin

Note : 2

Un point pour avoir fait le déplacement et un point pour avoir dépassé son coéquipier au départ, voilà tout ce que nous pouvons offrir à Nikita Mazepin après sa prestation décevante au Grand Prix des Pays-Bas. Il est difficile de faire des miracles avec la Haas, nous le comprenons. Mais à Zandvoort, Mazepin est retombé dans ses travers en se montrant trop agressif en piste. En qualifications, le Russe a voulu dépasser Mick Schumacher avant le début de son tour lancé sans regarder dans ses rétroviseurs. Vettel est donc tombé sur un avant-dernier virage obstrué par les deux monoplaces américaines et a dû piler pour éviter l'accident. Le lendemain, Mazepin s'est de nouveau illustré en tassant inutilement son coéquipier dans la ligne droite des stands, ce qui a endommagé son aileron avant.

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Stats Pays-Bas 2021 - Verstappen surpasse Moss, mais jusqu'à quand ?
Article suivant Transferts : Red Bull tance l'interférence de Mercedes chez Williams

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France