Singapour devrait convenir à la Renault R.S.18

partages
commentaires
Singapour devrait convenir à la Renault R.S.18
11 sept. 2018 à 13:15

Avant de se rendre à Singapour pour un Grand Prix nocturne, Nick Chester, directeur technique châssis de Renault, fait le point sur la situation du constructeur français.

Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS 18, devant Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS 18 et Charles Leclerc, Sauber C37 en lutte
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS 18
Nick Chester, directeur technique de Renault Sport F1 Team
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS 18

Quelles sont les principales caractéristiques du circuit urbain de Marina Bay ?

C’est un circuit relativement lent avec beaucoup de virages. C’est une bonne chose pour nous. La piste est assez piégeuse pour les réglages puisque l’on essaie d’obtenir une monoplace stable en entrée de virage et sans trop de sous-virage dans les courbes lentes. C’est un tracé technique, mais beaucoup moins typé "moteur" que ceux où nous sommes allés récemment.

Notre voiture est performante dans les virages lents, donc cela devrait assez bien convenir à notre package. C’est un circuit urbain unique, situé à mi-chemin entre Monaco et Abu Dhabi.

Quelle est la clé de la réussite à Singapour ?

Vous avez besoin d’une bonne adhérence mécanique et d’un équilibre à forts appuis. Cela aide dans les sections sinueuses. La traînée n’est pas aussi déterminante que sur les dernières courses, donc il faut une excellente adhérence et motricité pour être compétitif.

Lire aussi :

Quel rôle la météo peut-elle jouer ?

Cela peut être un facteur important. Quand il fait chaud et humide, le refroidissement peut être difficile. S’il pleut, le défi diffère, même si notre monoplace se comporte bien dans de telles conditions. Avec l’humidité, les pilotes ont beaucoup de travail entre les nombreux passages de vitesse au fil des virages et les murs à surveiller. Leur concentration doit être optimale.

Quel est le ressenti après Monza ?

Ce n’était finalement pas un mauvais week-end. Nous avons fait progresser la voiture au fil des trois jours. Nous pensions que nous serions en difficulté sur le circuit le plus typé "moteur" de l’année, mais la voiture s’est avérée performante. L’équilibre était bon et les nouvelles pièces ont fonctionné comme nous le souhaitions. Nous n’avions pas le rythme pour dépasser nos rivaux, mais nous étions plus proches que prévu et c’est de bon augure avant d’aborder des pistes plus sinueuses. Nous aurons d’ailleurs de nouvelles évolutions sur les déflecteurs et les ailettes qui devraient être utiles à Singapour.

Prochain article Formule 1
Mercedes veut éviter au maximum les consignes d'équipe

Article précédent

Mercedes veut éviter au maximum les consignes d'équipe

Article suivant

Écarté par Renault, Grosjean a failli devenir chef en 2010

Écarté par Renault, Grosjean a failli devenir chef en 2010
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Singapour
Type d'article Preview