Trulli revient sur son Grand Prix de Monaco et évoque le Canada

Vous deviez espérer un meilleur résultat que 13ème ici à Monaco ?Bien sûr, nous espérions mieux

Vous deviez espérer un meilleur résultat que 13ème ici à Monaco ?


Bien sûr, nous espérions mieux. Le résultat est décevant et la course a été difficile car les choses ne se sont pas bien déroulées pour nous. Le début de la course se passait bien, je luttais pour la 6ème place, mais après le premier arrêt au stand la course a commencé à nous échapper. C'est dommage, car j'aime piloter à Monaco et en général j'y fais de bons résultats, mais cette fois-ci cela ne s'est pas vraiment passé comme prévu.

Pouvez-vous expliquer comment les conditions météo ont pu vous affecter ?


Nous avons débuté la course avec des pneus pluie standard mais la pluie continuait de tomber et la piste était piégeuse à cause du manque d'adhérence ; nous avons donc décidé de chausser des pneus pluie extrêmes. Au début, cette décision s'est avérée judicieuse : j'étais rapide et j'ai pu effectuer de bons dépassements même si je perdais encore du temps dans le trafic. Alors, la pluie a cessé et ces pneumatiques n'étaient plus adaptés du tout aux conditions, qui auraient nécessité des pneus intermédiaires. Au premier arrêt aux stands programmé pour faire le plein, nous avons à nouveau chaussé les pneus pluie standard, mais à ce stade de la course j'avais perdu beaucoup de temps et, même en étant rapide, il est impossible de dépasser à Monaco. La piste a continué de sécher et il était enfin possible de monter des pneus pour le sec ; à ce moment, j'ai été en mesure d'effectuer un certain nombre de bons tours rapides, mais il était trop tard.

Pour en revenir aux autres événements de la semaine, que vous est-il arrivé lors des essais libres ?


Jeudi matin, j'ai fait une erreur en touchant le muret à la sortie du virage du Portier. La touchette était légère mais suffisante pour casser la suspension. Lors de la deuxième séance, j'ai eu un problème mécanique et j'ai été contraint de m'arrêter pour changer une partie du fond plat, endommagé sur les vibreurs. Nous avons perdu beaucoup de temps à réparer la voiture alors que la piste était ouverte. En fait, je n'ai pas eu totalement confiance dans la voiture le jeudi, et le samedi matin j'hésitais encore un peu ; de manière générale, j'ai manqué d'adhérence et de tenue de route.

Cela a-t-il également affecté vos essais qualificatifs ?


C'est clair, j'ai réussi à accéder à la troisième phase des essais qualificatifs, j'ai fait mon possible et décroché le 8ème temps sur la grille, mais je n'ai pas pu piloter comme j'aime le faire à Monaco. Les différents problèmes que j'ai eus avaient tous un rapport avec l'adhérence et je ne parvenais pas à "sentir" la voiture comme je l'aurai voulu. J'étais en mesure de me battre mais je n'étais pas satisfait à 100%, ni capable de "pousser" comme je le voulais ; or, à Monaco la moindre baisse de confiance vous fait perdre 2 dixièmes.

Êtes-vous content d'avoir accédé à la Q3 et de signer le 8ème temps ?


Je dois dire que cela m'a fait plaisir. J'ai fais ce que j'ai pu, même si je n'avais pas confiance en la voiture comme je le voulais, et j'ai réussi. J'étais content de mon tour et satisfait du résultat. Je pense que j'ai bien couru et 8ème est une bonne position au départ. Nous aurions pu marquer des points, surtout que ma stratégie de course était parfaite, mais la météo nous a posé des problèmes le dimanche.

Quel est votre sentiment en ce qui concerne le Canada ?


Montréal est une ville sympa, l'ambiance y est toujours bonne. Monaco reste une course à part et le circuit de Montréal présente un tracé très différent. Vous avez besoin de beaucoup moins d'appui au Canada, mais les freins y sont très importants. Lors des derniers tests sur le circuit Paul Ricard, nous avons commencé à travailler sur des configurations adaptées au Canada mais le dernier jour a été marqué par la pluie. Bien entendu, l'équipe dispose des données collectées au Canada les années passées et donc tout ira bien, mais il aurait été préférable d'effectuer une journée complète de préparation.

Êtes-vous préoccupé après ce qui s'est passé à Monaco ?


Pas vraiment car Monaco est unique et la situation qui s'est produite le dimanche après-midi n'avait rien d'habituel, et je ne pense pas que nous aurons les mêmes soucis au Canada. Même sous la pluie au début de la course, notre position était plutôt bonne ; ce n'est pas la peine d'être démoralisé, et j'irai au Canada avec optimisme, comme d'habitude.

Source : Toyota F1

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités