Que sont devenus les 5 teams créés depuis 2002?

A l’heure où les équipes privées ont un mal avéré à survivre, ou opérer des choix structurels ou concernant le choix des pilotes sur des critères uniquement basés sur la compétitivité, la FIA souhaite introduire une 12ème équipe « compétitive » en...

A l’heure où les équipes privées ont un mal avéré à survivre, ou opérer des choix structurels ou concernant le choix des pilotes sur des critères uniquement basés sur la compétitivité, la FIA souhaite introduire une 12ème équipe « compétitive » en Formule 1, avec la promesse d’un budget limité par le règlement sportif en 2015.

C’est avant tout la possible présence d’un nouveau team sur le long terme qui incitera la FIA à accorder un nouveau ticket d’entrée à une équipe. Peu de structures ont rejoint les rangs de la discipline reine depuis 2002 (5 en tout et pour tout). Faisons le point sur ce qu’elles sont devenues…
Toyota est arrivé en 2002 avec des moyens colossaux et l’envie de dépenser dans un programme ambitieux. Equipe, personnel, line-up : le géant japonais, alors premier constructeur mondial, assure qu’il est là pour gagner. Après plusieurs sept saisons, Toyota se retire sans la moindre victoire, mais l’héritage est encore là à Cologne : la soufflerie hi-tech du groupe a notamment été le lieu de conception des deux dernières Ferrari en date et continue à accueillir de nombreuses équipes F1 pour de la Recherche et Développement.

En 2006, Super Aguri tente à son tour l’aventure. L’équipe dispose de châssis clients de la part de Honda et joue le rôle de Petit Poucet de la grille, mais le dernier team F1 de Frank Montagny rivalise bientôt avec l’équipe d’usine, pour le plus grand désarroi du management japonais. Super Aguri met les bouts à la mi-saison en 2008, et trouvera une nouvelle incarnation l’an prochain en Formula E.

La dernière vague de création de teams remonte à 2010, avec la grosse poussée de la FIA. Avec un budget d’entrée limité et des promesses de coûts acceptables, la Fédération pousse également sur le devant de la scène le motoriste Cosworth, qui fournit les trois équipes. USF1 manque son ticket d’entrée, mais Lotus, Virgin et HRT voient le jour.

Lotus est aujourd’hui l’équipe Caterham, et s’est développée au fur et à mesure (notamment en changeant de site en GB l’an dernier), mais a bouclé le championnat à la dernière place cette saison. Marussia attaque vaille que vaille avec le plus petit budget de la grille mais survit, non sans avoir dû fermement batailler pour voir son Accord Concorde renouvelé pour les prochaines saisons. Méprisée et en difficultés financières dès sa création, l’équipe espagnole HRT a mis la clé sous la porte à la fin de la saison 2012, sans trouver de repreneur. On retrouve cependant le châssis Dallara et l’inspiration aéro marquée du team sur l’actuelle génération de la GP2, qui sera encore celui utilisé pour un cycle de trois ans.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries F3000
Type d'article Actualités