Premiers tests en octobre pour la Formule E de la saison 5

partages
commentaires
Premiers tests en octobre pour la Formule E de la saison 5
Sam Smith
Par : Sam Smith
12 avr. 2017 à 15:32

Les premiers tests en piste pour la Formule E de 2018-2019 auront lieu en octobre, mais les équipes devront attendre plus longtemps que prévu pour effectuer leur premier roulage avec.

À partir de la saison 2018-2019, les Formule E, construites par Spark Racing Technologies et propulsées par des batterie 54 kWh de McLaren Applied Technologies (MAT), devront tenir la distance d'une course entière, en finissant donc avec les changements de voiture à mi-course.

Spark va coordonner le test d'octobre, qui sera légèrement en retard par rapport au programme initial en raison du temps supplémentaire pris à l'été dernier pour décider du fournisseur de batteries. Au départ, la FIA voulait "rendre disponible un package complet pour chaque constructeur au 1er octobre 2017".

Le crash-test du châssis est prévu pour le 1er septembre et la première séance de test collective, impliquant toutes les écuries, est envisagée en février 2018.

Le mois dernier, les neuf constructeurs inscrits ont reçu les informations techniques initiales de la part de MAT, qui est le chef de projet pour garantir toutes les exigences et l'intégration du système de batterie.

La voiture devrait être homologuée en août 2018. Parmi les changements pour la Formule E en 2018-2019, le pic de puissance passera de 200 à 250 kW, avec une récolte d'énergie qui grimpera au même niveau.

La nouvelle voiture devrait peser 930 kg, 42 de plus que ce qui était visé. Cela est en partie dû à une batterie MAT plus lourde qu'espéré, dont un des directeurs techniques prétend "qu'elle serait autour des 350-360 kg [sans la structure de sécurité] avec 209 cellules". La batterie actuelle de Williams Advanced Engineering (WAE) est faite de cinq modules de 33 cellules, soit 165 au total.

Spark Technologie devrait adapter de nouveaux matériaux pour le châssis, y compris avec l'impression 3D de pièces, pour compenser la batterie plus lourde.

Motorsport.com a aussi appris que l'actuel fournisseur de batterie, WAE, a mené un test de simulation de cycle plein de fonctionnement sur un module de cellules de batterie. Les résultats semblent démontrer une dégradation de la performance des batterie de 10% sur le cycle de fonctionnement de la saison 2018-2019. Cela voudrait nécessairement dire que la batterie ne durerait pas suffisamment pour utiliser une seule voiture pendant la saison entière.

La FIA aurait approché MAT concernant cela, et le fournisseur a d'ores et déjà indiqué avoir pris des décisions pour régler ce problème. MAT devrait projeter de réduire le taux de charge qui affectera la durée de vie de la batterie de façon substantielle.

MAT utilise des cellules dérivées de Sony Energy Devives pour la batterie, alors que la compagnie américaine Atieva va concevoir, développer et fabriquer les packs de batterie.

Le processus industriel pour garantir que les batteries 2018-2019 tiendront la distance nécessaire pour une course entière par pilote est en cours entre MAT et la FIA, qui semble continuer à se servir d'une équipe de spécialistes indépendants. Cela se passe sous le contrôle et les conseils du professeur Burkhard Goeschel, le président de la Commission des championnats électriques et des nouvelles énergies.

Article suivant
ePrix de Paris 2017 : la billetterie est ouverte

Article précédent

ePrix de Paris 2017 : la billetterie est ouverte

Article suivant

Tom Dillmann titularisé par Venturi pour l'ePrix de Paris

Tom Dillmann titularisé par Venturi pour l'ePrix de Paris
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule E
Auteur Sam Smith
Type d'article Actualités