Le cockpit d’une voiture d'IndyCar

Une monoplace d'IndyCar est capable de rouler à 230 mph (soit 370 km/h) sur les superspeedways. Son pilote doit être capable d’effectuer facilement des ajustements.

Le cockpit d’une voiture d'IndyCar

Ces ajustements sont évidemment différents de ceux qu’un pilote de Formule 1 peut réaliser, comme agir sur le fonctionnement du différentiel, sur le déploiement de l’énergie accumulée dans les batteries du système hybride, ou bien sur le point de friction de l’embrayage.

Une Dallara d'IndyCar est essentiellement conçue pour rouler sur des ovales. C’est pour cette raison que la plupart des ajustements possibles concernent le comportement de la voiture sur ces pistes de très haute vitesse.

Voyons ici, avec cette image, les réglages et ajustements que le pilote d'IndyCar peut modifier. Chaque écurie place les boutons et interrupteurs aux choix de ses pilotes, selon ses préférences.

 

Cockpit IndyCar

1. Réglage des barres antiroulis avant et arrière, ce qui modifie le comportement de la voiture dans les virages.

2. Tableau de bord qui indique au pilote les alarmes, la consommation de carburant, la pression d’huile du moteur, différentes températures et ses temps au tour.

3. Lumières de changements de vitesses qui l’illuminent au fur et à mesure de la montée en régime du moteur. Quand les feux sont rouges, le pilote doit changer de rapport.

4. Limiteur de vitesse dans la zone des stands, habituellement ajusté à 60 mph, soit 100 km/h.

5. Bouton de la radio, qui permet au pilote de discuter avec les membres de son équipe.

6. Reset, un bouton qui remet à zéro le calculateur de consommation de carburant.

7. Interrupteur de cartographie moteur, qui altère la puissance du moteur afin de réduire la consommation de carburant. Une cartographie riche va augmenter la puissance du moteur, mais va aussi consommer plus de carburant.

8a et 8b. Boutons qui permettent de changer l’affichage du tableau de bord.

9a et 9b. Boutons de transfert de masse. Servent à déplacer du poids et ainsi corriger la tenue de route lorsqu’elle change avec l’allégement de la charge de carburant.

10. Bouton qui permet au pilote de boire durant la course.

11. Push-to pass, un bouton qui permet au turbo d’augmenter la puissance du moteur durant une période de temps définie afin de faciliter le dépassement d’un rival.

partages
commentaires
Championnat - L'avance de Pagenaud repart à la hausse
Article précédent

Championnat - L'avance de Pagenaud repart à la hausse

Article suivant

Kimball - Pocono se jouera à l'équilibre aéro, pas à la puissance moteur

Kimball - Pocono se jouera à l'équilibre aéro, pas à la puissance moteur
Charger les commentaires