Commentaire
MotoGP GP du Qatar

2016, l’étape d’après !

Le poing vengeur et l’habituel rictus du faciès de Jorge Lorenzo ont conclu un premier week-end attendu, très attendu.

Valentino Rossi, Movistar Yamaha MotoGP, Yamaha

Avec le nombre de paramètres à valider suite à des essais hivernaux perturbés par une nouvelle donne pneumatique, une gestion électronique moins poussée, il fallait que les réponses viennent panser une fin d’année compliquée.

2015 a révélé le retour de la concurrence entre les pilotes après des années d’entente cordiale de façade. Les séquelles de la tragédie de Sepang en 2011 ont marqué pendant longtemps les héros du MotoGP qui ont compris l’importance de considérer les points de vue des uns et des autres et d’adapter leur comportement. Mais il fallait que cela cesse. Nulle compétition intense comme l’a été celle de 2015 ne pouvait en sortir indemne et, hasard du calendrier, Sepang 2015 a été le théâtre d’un autre tournant, assez volontaire cette fois-ci, à la vue duquel l’ange Marco a dû se fendre de son éternel sourire.

 

Le vainqueur Jorge Lorenzo, Movistar Yamaha MotoGP, Yamaha
 

Challenger son adversaire pour le pousser à la faute est une stratégie importante pour un sportif de haut niveau, réussir à déstabiliser son ennemi est une part incontournable de ce qui façonne un champion et le MotoGP fait partie de la liste. Dans sa quête d’une dixième couronne, Valentino Rossi a de nouveau fédéré une attention sans pareille. Comment peut-il nous émerveiller encore au cœur même de sa 20e saison en Grands Prix ? Comment ne pas le rejoindre dans sa théorie du complot et désigner celui qui a osé le priver de cette couronne que tous les partisans veulent sur sa tête ?

Et comment ne pas être bluffé de le voir, avec un an de plus, dans le top 4 du Grand Prix du Qatar dimanche dernier, s’accrocher comme un rookie qui vise son premier podium. La course 2015 de Losail lui a certainement offert d’entrée de jeu la possibilité de penser au titre plus tôt que prévu, avant d’y croire réellement au fur et à mesure que la saison avançait. Mais la réalité était tout de même bien présente avec la machine Lorenzo aux chronos et prestations quasi implacables.

Si Rossi a compris depuis l’arrivée de Marc Márquez l’intérêt de se ressourcer auprès de jeunes pousses dans son ranch pour conserver ou plutôt adapter son désir, et raviver la flamme qu’il entretient avec sa plus fidèle conquête qu’est le MotoGP, son rival direct lui semble encore s’emmêler dans son approche de la course entre préparation hasardeuse et déclarations évitables… Dans sa stratégie pour perdurer, VR a remis en route ses principales qualités : celle de communicant avec cette bombe savamment lancée à Sepang pour désigner l’ennemi, et ainsi précipiter l’opinion dans ce mouvement. Le résultat est parfait, le bilan un peu plus discutable !

Celle de leader en signant des accords cet hiver avec Yamaha pour son académie dont les membres peuplent le haut des catégories Moto2 et Moto3 ; pour son entreprise qui assurera le merchandising de la marque aux 3 diapasons ; et enfin pour lui et cette signature de 2 ans supplémentaires que Yamaha a brandie comme un scoop, envoyant du même coup un message on ne peut plus clair à son Champion en titre. Certains d’entre vous auront peut-être noté l’apparition du logo Yamaha Factory Racing aux côtés du légendaire numéro 46 sur sa nouvelle casquette toute jaune. Un réel leader communicant et un désir de redevenir numéro un dans l’équipe !

 

Valentino Rossi, Movistar Yamaha MotoGP, Yamaha
 

Loin de vouloir prendre partie pour les uns et pour les autres, il est important que Rossi gagne et nous démontre que tous ces petits éléments qu’il façonne sont les ingrédients de ses succès à venir. Que ce retour de la vraie rivalité nous donne encore ces moments mythiques dont il a le secret et qui ont laissé des souvenirs indélébiles à Gibernau, Stoner, et Lorenzo.

Cependant il faut reconnaître, soyez d’accord ou non, que le boss est dans le même box que la légende et qu’on se demande après la prestation du Qatar qui va bien pouvoir avoir la recette pour barrer la route à Jorge Lorenzo. Alors qu’il n’a jamais été régulier dans ses débuts de saison, il réalise la transition idéale avec ses victoires fin 2015, en mettant en avant toute sa détermination dans l’ouvrage et gardant ce qu’il faut de rancune en lâchant parfois la déclaration de trop, avec cet excès d’orgueil qui le caractérise.

Alors nouveaux pneus, nouvelle gestion électronique, peu importe, le sommet du MotoGP a toujours les mêmes héros qui nous tiennent en haleine. On vibre, on crie, on s’emporte, on le vit ! Bon début de saison à tous !

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Redding - Une "mentalité différente" avec Ducati
Article suivant Dans les secrets des casques, au fil des époques

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France