Button veut gagner Le Mans en Hypercar

Jenson Button s'est dit convaincu de faire prochainement son retour aux 24 Heures du Mans, avec l'ambition d'y jouer la victoire au général une fois la nouvelle réglementation en vigueur.

Button veut gagner Le Mans en Hypercar

Alors qu'il a disputé ce week-end sa dernière course en Super GT au Japon, Jenson Button n'a pas l'intention de raccrocher le casque et vise une nouvelle implication en Endurance. Le Champion du monde 2009 de Formule 1 aimerait relever le défi de la future réglementation Hypercar du WEC à partir de la saison 2020-2021. "Dans le futur, j'irai courir au Mans à nouveau", assure le Britannique, qui a participé à l'édition 2018 avec SMP Racing en LMP1. "Je suis très enthousiaste au sujet de la nouvelle réglementation, et à l'avenir le WEC sera un formidable championnat. Mais je suis ouvert à toutes les suggestions."

Lire aussi :

En attendant l'arrivée des Hypercars, la saison actuelle se conclura avec le dernier tour de piste des LMP1 aux 24 Heures du Mans en juin prochain. Prendre part à cette édition n'est pas totalement exclu pour Button, mais si cela se fait, ce serait uniquement dans le but de préparer l'étape suivante. "Si je le faisais l'année prochaine, ce serait pour m'habituer à nouveau au Mans et prendre plus d'expérience", précise-t-il à Motorsport.com. "Je ne sais pas sur quoi j'irai courir, probablement en LMP2 car il y a le rythme que les Hypercars sont sensées avoir. Et au moins il y a de la compétition. À moins d'être dans une Toyota au Mans [on ne peut pas gagner en LMP1]. Ce sera vraiment ennuyant pour Toyota, sans concurrence. Donc le LMP2 est une excellente catégorie et c'est peut-être une option. En dehors de ça, je n'ai pas de projets du tout. Pour moi, la direction que j'aimerais prendre est celle du WEC en 2020-2021, cette saison-là."

Après avoir quitté la Formule 1 fin 2016 – en dehors d'une pige chez McLaren au Grand Prix de Monaco 2017 –, Jenson button a d'abord passé une année en grande partie loin des circuits, avant de combiner un engagement en Super GT et en WEC en 2018. Il n'a toutefois pas participé à l'intégralité de la Super Saison, souhaitant se concentrer en 2019 sur la défense de son titre au Japon. C'est ainsi qu'il n'a pas pris part à la dernière édition des 24 Heures du Mans, où il a été remplacé par Stoffel Vandoorne, sans regrets.

"On ne va pas au Mans pour terminer troisième", justifie Button. "Il [Vandoorne] a fait du bon boulot. Mais je n'aurais de toute façon pas été content de monter sur la troisième marche du podium. On sait qu'il n'y a aucune chance de gagner, et que la troisième place est en quelque sorte une victoire, mais ça n'est pas le cas donc c'est un peu étrange. Finir Le Mans est une bonne chose, en soi. Mais lorsque je vais au Mans, je veux être dans une voiture qui peut gagner."

À ce jour, deux constructeurs ont officiellement annoncé la mise en place d'un programme d'usine en Hypercar : Toyota et Aston Martin.

Propos recueillis par Rachit Thukral  

partages
commentaires
Les Toyota peinent à doubler LMP2 et GT, "aucune chance" selon Buemi

Article précédent

Les Toyota peinent à doubler LMP2 et GT, "aucune chance" selon Buemi

Article suivant

EL3 - Toyota termine enfin une séance en tête

EL3 - Toyota termine enfin une séance en tête
Charger les commentaires
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans Prime

Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans

C'est avec ambition que l'Alpine Endurance Team aborde la saison 2021 du FIA WEC, et notamment les 24 Heures du Mans.

WEC
19 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021