L'hybride ne sera pas utilisé comme un avantage de performance en WRC

L'énergie créée par le système hybride embarqué dans les futures Rally1 (WRC 2022) ne sera pas utilisable directement par les équipages afin de prendre l'avantage sur leurs adversaires.

L'hybride ne sera pas utilisé comme un avantage de performance en WRC

La saison 2022 du Championnat du monde des Rallyes et le passage à l'hybride arrivent à grands pas. Malgré des délais de plus en plus courts, de nombreuses questions restent encore sur la table à moins de huis mois de l'échéance. Parmi les principales, celle concernant l'utilisation de l'énergie créée par le système hybride rechargeable dans les futures Rally1 a probablement trouvé plusieurs éléments de réponse en marge du Rallye du Portugal. Il a été confirmé que cette puissance supplémentaire ne serait pas manipulée par les équipages.

Le directeur de l'équipe Toyota Gazoo Racing, Jari-Matti Latvala, affirme que la technologie n'est pas comparable à celle de la F1 car l'énergie stockée dans la batterie d'une Rally1 sera fortement contrôlée par un logiciel dédié.

Du côté de M-Sport, Malcolm Wilson a récemment déclaré qu'il pensait que le règlement de 2022 pourrait augmenter le niveau de lutte dans le Championnat du monde des Rallyes. Il a laissé entendre qu'il y aurait "plus de pression" sur les équipages car ils devraient décider "quand il serait vraiment préférable" de solliciter le moteur électrique.

Toutefois, le Finlandais a expliqué que le pilote aurait moins son mot à dire sur la manière et le moment d'utiliser cette propulsion au cours d'une spéciale, et a confirmé qu'il n'y aurait pas de bouton comparable au KERS anciennement utilisé en F1 (système de récupération d'énergie au freinage) à presser. "Pour autant que je sache, vous n'êtes pas autorisé à avoir un bouton pour utiliser l'énergie, comme en F1, comme le KERS, où vous pouvez utiliser la puissance supplémentaire quand vous voulez – vous ne pouvez pas faire cela dans le rallye", a-t-il déclaré à Motorsport.com.

Lire aussi :

"Donc, je ne sais pas dans quelle mesure vous pouvez influencer [le système], comment il est choisi pour être utilisé, et à quel moment il va être là. C'est lié au logiciel donc je pense que, oui, d'une certaine manière, le pilote peut l'influencer par son style de pilotage, mais il ne peut pas décider quand il arrive et comment il l'utilise", a ajouté Latvala.

"C'est plus lié au style de pilotage – avec ou sans l'accélérateur – que de savoir quand il se charge ou pas pour vous donner la puissance. Vous utilisez de la puissance, puis vous devez la recharger pour l'utiliser à nouveau. Ce n'est pas comme si vous commenciez avec l'apport électrique lors de la spéciale, et que vous rouliez dessus aussi longtemps qu'elle [la batterie] dure. Je ne pense pas que ce sera comme ça. Il faudra constamment la libérer et la recharger."

La semaine avant le Rallye du Portugal, Toyota a accéléré le programme de développement de sa nouvelle Rally1 pour la saison 2022 du Championnat du monde des Rallyes. Juho Hänninen, le pilote d'essai désigné, a passé trois jours à son volant.

Latvala n'est cependant pas rentré dans les détails autour des tests effectués près du site d'essai de l'équipe de Jyväskylä (Finlande). "Nous sommes toujours en train de tester le mulet, Juho [Hänninen] était au volant, mais je ne veux pas encore donner d'informations détaillées sur l'hybride. Je peux vous dire que nous donnerons plus d'informations lorsque nous ferons plus de tests", a-t-il déclaré, ajoutant que des données couvrant près de 600 km avaient été recueillies par les ingénieurs.

partages
commentaires
Max Mosley, ancien président de la FIA, est mort

Article précédent

Max Mosley, ancien président de la FIA, est mort

Article suivant

Oliver Solberg absent en Sardaigne après un test COVID positif pour Petter

Oliver Solberg absent en Sardaigne après un test COVID positif pour Petter
Charger les commentaires