Ekström : Régularité et adaptabilité sont la clé en Pure ETCR

Leader du championnat Pure ETCR, Mattias Ekström est convaincu que le premier champion de la discipline sera celui qui est capable d'être performant dans toutes les circonstances.

Ekström : Régularité et adaptabilité sont la clé en Pure ETCR

Pour y parvenir, cela inclut le défi proposé par le circuit urbain de Copenhague, Bellahoj Park, que le tout nouveau championnat de tourisme 100% électrique a arpenté pour la première fois le week-end dernier. 

Ekström a remporté la manche précédente de Pure ETCR en Espagne et a signé le meilleur chrono lors de la séance utilisée pour déterminer la grille de départ des finales lors du week-end danois. 

Le pilote Cupra X Zengo Motorsport a ensuite mené la majorité de la SuperFinal du groupe A. Cependant, un passage trop près des murs a incité le double champion de DTM à lever légèrement le pied. 

C'est ce qui a permis à Luca Filippi, pilote Romeo Ferraris-M1RA, de passer devant avant l'arrivée et c'est ce qui a offert la victoire finale à Philipp Eng, premier du groupe B. 

"J'ai été un peu trop conservateur dans la dernière chicane du dernier tour, après avoir frôlé le mur", explique Ekström, qui conserve 24 points d'avance sur Jean-Karl Vernay (Hyundai) au championnat. 

"Dans ma situation, j'ai plus à perdre qu'à gagner dans un moment comme ça, car si l'on ne termine pas une SuperFinal, il y a vraiment une grosse perte [de points]."

"Le championnat est long et je pense que celui qui fera le moins d'erreurs et équilibrera sa réussite tout en essayant d'être rapide sera champion."

Après les premières manches à Vallelunga, en Italie, et à Motorland Aragón, deux circuits permanents et traditionnels, les concurrents ont relevé un défi différent devant un public nombreux dans les rues de Copenhague. 

Long de 2,604 km, le circuit de Bellahoj Park est étroit et relativement rapide pour un tracé temporaire. Entouré de barrières en béton, il offre très peu de zones de dégagement. 

Le circuit et la surface peu abrasive dans les rues de la ville requièrent un setup différent, et les équipes ont donc fait un saut dans l'inconnu. 

Avec peu d'occasions pour tester les pneus uniques du championnat dans des conditions pluvieuses auparavant, une séance d'essais libres supplémentaire a été organisée lorsque la pluie est tombée le samedi matin, même si la suite du meeting s'est finalement essentiellement déroulée sur le sec. 

Des vitesses de 210 km/h ont été atteintes dans la ligne droite de départ/arrivée malgré des voitures limitées à 300 kW (400 ch) pour des raisons de sécurité. Habituellement, les pilotes disposent d'un surplus de puissance "push-to-pass" de 200 kW (270 ch). 

"C'est très étroit à certains endroits et il y a aussi quelques bosses et des chicanes rapides", décrit Ekström. 

"En remontant la longue ligne droite jusqu'à la ligne d'arrivée, c'est sûr que le rythme cardiaque est un peu plus élevé que la normale quand il y a des zones de dégagement."

partages
commentaires
Dans les coulisses de l'ETCR

Article précédent

Dans les coulisses de l'ETCR

Article suivant

Azcona se réjouit d'un week-end "incroyable" en WTCR et Pure ETCR

Azcona se réjouit d'un week-end "incroyable" en WTCR et Pure ETCR
Charger les commentaires