De Rooy soulagé d'avoir surmonté les terribles conditions

partages
commentaires
De Rooy soulagé d'avoir surmonté les terribles conditions
Traduit par: Jean-Philippe Vennin
6 janv. 2017 à 22:00

Gerard de Rooy a remporté sa seconde victoire dans le Dakar 2017, vendredi, une journée difficile pour les concurrents de la course perturbée par de fortes pluies en Bolivie.

#500 Team De Rooy Iveco: Gerard de Rooy, Moises Torrallardona, Darek Rodewald
#500 Team De Rooy Iveco: Gerard de Rooy, Moises Torrallardona, Darek Rodewald
Gerard De Rooy, Team De Rooy
#500 Team De Rooy Iveco: Gerard de Rooy, Moises Torrallardona, Darek Rodewald
#500 Team De Rooy, IVECO: Gerard De Rooy, Moi Torrallardona, Darek Rodewald
#500 Team De Rooy, IVECO: Gerard De Rooy, Moi Torrallardona, Darek Rodewald
#500 Team De Rooy, IVECO: Gerard De Rooy, Moi Torrallardona, Darek Rodewald

De Rooy, sur son Iveco Petronas Powerstar, a été le premier à quitter le bivouac de Tupiza, juste après avoir signé sa première victoire lors de la spéciale de jeudi. Le Néerlandais est en tête des 48 camions encore en course, pour ce qui a été une des plus difficiles depuis le transfert du rallye en Amérique du Sud.

Ouvrir la piste n'était pas un problème pour De Rooy, cependant, en dépit des grandes difficultés de navigation rapportées par tout le monde durant une cinquième spéciale compliquée. Pourtant, sur la ligne d'arrivée, il a confessé s'être arrêté deux fois pour chercher la bonne route.

Ce n'était pas si facile de naviguer aujourd'hui”, dit-il. “C'était peut-être la spéciale la plus difficile depuis le début de ce Dakar. On s'est arrêtés une paire de fois, mais le roadbook était parfait et cela a été suffisant de le suivre pour trouver le bon chemin.”

Mais la navigation n'était pas le seul problème : “La spéciale était très dure et glissante, avec des lits de rivière et des dunes”, ajoute-t-il. “Au début, la piste était sèche, mais plus tard, avec la pluie, ça a commencé à devenir difficile.”

La première partie de la spéciale, plus ou moins les 60 premiers kilomètres, était en montagne avec une piste piégeuse et beaucoup de rivières asséchées à traverser, et dans le même temps quelques traces inondées. Soudain, on est allés dans un genre de crevasse et un moment, on a cru que c'était impossible d'en sortir. Mais après une minute, on a eu de la chance et on a réussi à sortir de ce gros trou.”

Après avoir souffert de nombreuses crevaisons, De Rooy a dit que les pneus avaient parfaitement travaillé le vendredi pour son équipe Iveco Petronas : “Je dois dire que, considérant combien le terrain était glissant, on a maintenu un bon rythme. Nos pneus avaient un grip parfait, ça nous a donné la possibilité d'attaquer et je ne pense que mes adversaires aient fait de même.”

En effet, De Rooy a remporté la spéciale avec 11’58” d'avance sur le meilleur des pilotes Kamaz, Eduard Nikolaev, et 14’04” sur le troisième, Ayrat Mardeev, un autre pilote de la marque russe.

Cela place désormais De Rooy aux commandes du classement général avec une avance de 2’23” sur Nikolaev, premier des trois pilotes Kamaz qui suivent son Iveco Petronas.

Article suivant
Étape 5, motos - Sunderland s'impose et prend la tête

Article précédent

Étape 5, motos - Sunderland s'impose et prend la tête

Article suivant

La sixième étape du Dakar annulée

La sixième étape du Dakar annulée
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Dakar
Événement Dakar 2017
Pilotes Gerard de Rooy
Équipes Team De Rooy
Type d'article Actualités