Les organisateurs du Dakar entendent continuer la course

David Castera, directeur du Dakar, a fait savoir qu'il n'envisageait pas d'arrêter la 44e édition du Dakar, alors que l'enquête se poursuit après l'étrange explosion qui a eu lieu le 30 décembre à Djeddah.

Les organisateurs du Dakar entendent continuer la course

S.L., Riyad - Par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, le gouvernement français a indiqué ce vendredi qu'une annulation du Dakar 2022 était toujours une option et que celle-ci avait déjà été proposée à ASO dès les nouvelles de l'étrange explosion d'une voiture d'assistance de l'équipe Sodicars le 30 décembre, mais que l'organisateur de l'épreuve l'avait refusée.

L'explosion survenue à la sortie d'un hôtel de la capitale saoudienne a touché un véhicule transportant six personnes et grièvement blessé aux jambes le pilote français Philippe Boutron. Rapatrié en France, il a été plongé dans le coma à l'hôpital militaire Percy de Clamart, avant d'être réveillé ces dernières 48 heures.

Les autorités saoudiennes affirment s'intéresser à cette affaire et, le 4 janvier, c'est le parquet antiterroriste français qui annonçait l'ouverture d'une enquête. Malgré les déclarations du ministre ce matin, David Castera, directeur du Dakar, a précisé ce vendredi à France TV qu'il n'est pas prévu d'arrêter le rallye pour le moment, insistant sur le fait que la sécurité a été considérablement renforcée pour éviter tout type d'incident lors de la deuxième semaine de l'épreuve.

"À la date d'aujourd'hui, elle ne se pose pas, tout simplement car il n'y a pas d'éléments supplémentaires", a-t-il répondu lorsqu'il lui a été demandé si la question du maintien du Dakar se posait. "Comme le dit l'entourage du ministre, la question est de savoir ce qui s'est passé le 30 [décembre]. C'est à celle-là qu'on doit répondre, pour la famille de Philippe et Philippe lui-même."

"Nous avons mis en place beaucoup de mesures de sécurité supplémentaires grâce aux autorités saoudiennes. On peut le voir autour du bivouac, sur le départ et dans les arrivées, pour garder une sécurité optimale", a-t-il déclaré.

Lire aussi :

"Avec tous ces éléments, c'est vrai qu'on se pose des questions, toujours. Pour le moment, tant qu'on n'a pas les réponses, il faut attendre un petit peu. On va déjà finir ce rallye, et ensuite on verra pour la suite", a ajouté le directeur de l'épreuve, dont le contrat avec l'Arabie saoudite court encore pour deux ans.

David Castera a témoigné de sa tristesse, soulignant à quel point la direction d'ASO était affectée par cette situation et souhaitant que l'aspect sportif prévale. "C'est beaucoup de tristesse. J'ai eu Philippe au téléphone il y a deux jours. Il est incroyable, il avait un moral... Il m'a bluffé", a-t-il fait savoir.

"On organise du sport, on est là pour se faire plaisir et vivre nos passions. Pas pour être victimes d'un attentat si c'en est un. C'est une tristesse très profonde. Aujourd'hui, on pense surtout à lui", a-t-il conclu. "On va essayer de garder le moral et de se battre pour que le sport prime sur le reste."

partages
commentaires

Voir aussi :

Loeb mystifié par les motos : "On a suivi les traces comme des cons"
Article précédent

Loeb mystifié par les motos : "On a suivi les traces comme des cons"

Article suivant

Un Petrucci cabossé mais heureux après sa première semaine de Dakar

Un Petrucci cabossé mais heureux après sa première semaine de Dakar
Charger les commentaires