La F1 n'a pas peur de prendre "des risques" avec de nouveaux GP

partages
La F1 n'a pas peur de prendre
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
13 août 2018 à 12:41

Le PDG de la Formule 1, Chase Carey, a déclaré que la discipline n'avait "pas peur du risque" au moment de s'impliquer dans la promotion de futurs Grands Prix.

En lieu et place du modèle habituel pour l'inscription dans la discipline reine, le GP de Miami sera basé s'il a lieu sur un partage des risques entre la F1 et les promoteurs locaux, South Florida Racing, dirigés par le milliardaire Stephen Ross.

Lire aussi :

Au lieu de simplement recevoir une somme contre l'organisation et la mise au calendrier cette épreuve, la Formule 1 voit Miami sur un plan plus global, en termes de potentiel pour des revenus supplémentaires dans des domaines tels que les hospitalités pendant le week-end, ainsi qu'un outil de promotion du championnat aux États-Unis.

La décision a causé de la consternation auprès de certains autres promoteurs, la plupart d'entre eux étant déjà engagés dans un accord traditionnel et onéreux sur le long terme. Cependant, quand il lui est demandé si le modèle de partage des risques de Miami pourrait être mis en place ailleurs pour de nouveaux Grands Prix, Carey, qui a déclaré qu'il y avait de l'intérêt de la part de "quatre continents", ne l'a pas exclu.

"De façon réaliste, chaque course est unique. Je pense que nous nous pencherons sur chacune d'entre elles en termes spécifiques. Je pense que les gens ne réalisent pas que, fréquemment, ces épreuves ont plus d'éléments mobiles qu'un simple droit d'entrée, il y a des composantes liées à l'accueil, des composantes liées au sponsoring, d'autres composantes autour."

"Mais vous regardez chacun selon ses avantages. Quels sont les avantages économiques directs et les certitudes ? Nous n'avons pas peur du risque quand nous croyons qu'il y a un côté positif au risque. Nous pouvons évidemment nous le permettre. Nous aimons que nos promoteurs aient des intérêts dans l'affaire, c'est important pour nous qu'ils aient cela et qu'il les défendent."

"Mais si nous pensons qu'il est possible d'avoir des avantages à la fois dans l'événement lui-même, ainsi que des avantages pour nous à un niveau beaucoup plus large, nous l'évaluerons en fonction de ses avantages. Nous n'allons pas bouleverser le modèle, mais si les rendements justifient les risques, je pense que nous l'examinerons."

"Encore une fois, je pense que nous ne cherchons pas à transformer notre modèle, mais nous examinerons chacun d'eux en fonction des caractéristiques uniques de l'événement."

Lire aussi:

Carey a expliqué que le calendrier 2019, qui devrait comporter 20 courses sans une solution de dernière minute pour courir à Hockenheim, sera bientôt publié. "Nous prévoyons de finaliser notre calendrier 2019, que nous prévoyons très similaire au 2018, dans les prochaines semaines, puisque nous terminons les accords de renouvellement."

"Nous tournons déjà notre énergie vers le calendrier 2020, et nous sommes particulièrement exaltés du nombre d'opportunités d'ajouter de nouveaux événements dont nous croyons qu'ils captureront l'imagination des fans et seront massivement soutenus. En réalité, nous discutons activement d'opportunités sur quatre continents. Une course potentielle à Miami est l'une d'elles."

Au sujet du premier Grand Prix de Miami, repoussé à 2020, Carey ajoute : "Nous visions initialement la course de Miami pour la fin 2019, et nous savions que ça serait serré, surtout pour une course de nuit où il faut naviguer entre plusieurs problèmes locaux."

Prochain article Formule 1
Renault admet avoir sous-estimé le développement moteur de ses rivaux

Article précédent

Renault admet avoir sous-estimé le développement moteur de ses rivaux

Article suivant

Vidéo - F1 2018 dévoile un nouveau trailer

Vidéo - F1 2018 dévoile un nouveau trailer

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Adam Cooper
Type d'article Actualités