Hamilton rappelle que Rosberg est "plus rapide que jamais"

partages
commentaires
Hamilton rappelle que Rosberg est
28 avr. 2014 à 10:37

Lewis Hamilton sait de quoi il parle lorsqu’il évoque la thématique de l’influence au sein d’un team par le biais de résultats sportifs

Lewis Hamilton sait de quoi il parle lorsqu’il évoque la thématique de l’influence au sein d’un team par le biais de résultats sportifs. Arrivé chez McLaren en même temps qu’un certain Fernando Alonso, qu’il laissa pris au dépourvu en de nombreuses occasions en 2007, Hamilton a par la suite globalement positivement repoussé le défi lancé par Jenson Button, champion 2009 souhaitant se mesurer à une valeur référence avec le même matériel. Après cette période de camaraderie, Hamilton s’est choisi à son tour un défi en passant chez Mercedes, où il ne lui fallut pas longtemps l’an dernier pour prendre le dessus sur Rosberg, présent depuis 3 ans dans le team.

En ce début d’année, le verdict mathématique a beau placer l’Allemand en tête du championnat, l’homme fort est bel et bien Hamilton, qui connaît bien la situation d’adversité interne à laquelle se frotte maintenant Sebastian Vettel avec Ricciardo Ricciardo.

« En tant que Quadruple Champion du Monde, Sebastian doit montrer son leadership au sein du team, maintenant », décrit ainsi Hamilton pour Bild. « Quand vient le moment de la confrontation, on est en mesure de montrer ce leadership dans l’équipe ».

Hamilton a bien installé son autorité sur son équipier en ce début de saison, ne laissant aucune marge de manœuvre à celui-ci avec ses performances en piste, tout en gardant une politique ouverte d’échange de données avec lui.

« Nico est juste et agressif, mais pas agressif de façon sauvage ; juste comme il faut. Le vrai problème est qu’il est plus rapide que jamais », poursuit Hamilton, rappelant ainsi qu’il se montre pour l’heure plus rapide qu’un rival au sommet de sa forme.

Personnellement, Hamilton n’écarte pour l’heure pas Vettel des dangers. Mercedes rappelle régulièrement, le le biais de Toto Wolff, que l’ennemi N°1 n’est pas en interne chez Mercedes, mais bien du côté de la concurrence. Red Bull est clairement celui-ci, et Hamilton s’attend à voir le Taureau Rouge charger sous peu.

« Unité de puissance mise de côté, c’est toujours une voiture solide », estime Hamilton au sujet de la RB10. « Je ne crois pas que la situation actuelle va demeurer la même ».

Prochain article Formule 1
Histoire – Le bras de fer Ecclestone/BMW sur la gestion de la F1 (1/2)

Article précédent

Histoire – Le bras de fer Ecclestone/BMW sur la gestion de la F1 (1/2)

Article suivant

Julien Fébreau au Mans : du micro à la gagne en Mitjet

Julien Fébreau au Mans : du micro à la gagne en Mitjet