Kubica nous explique le circuit de Silverstone

Comme avant chaque Grand Prix, Robert Kubica nous explique le tracé du circuit sur lequel se déroulera la course de la semaine

Comme avant chaque Grand Prix, Robert Kubica nous explique le tracé du circuit sur lequel se déroulera la course de la semaine. Aujourd'hui, c'est au tour de Silverstone, un circuit qui a partiellement été modifié depuis l'an dernier.

Silverstone est un circuit historique pour le sport automobile britannique mais également pour la scène internationale. C’est un circuit à haute vitesse – notamment le premier secteur – et certains virages offrent plusieurs options de trajectoire.

Pour une mise au point idéale, il faut viser une bonne stabilité pour le passage des endroits très rapides. Un bon équilibre est important pour les changements vifs de direction surtout dans Maggotts et Becketts, des sections très rapides. La clé, c’est d’accélérer tôt afin d’être aussi rapide que possible sur la ligne droite Hangar.

Stowe est parfois un peu compliqué à négocier car le vent peu avoir un effet sensible sur la performance et peut affecter le grip et l’équilibre global. Les dépassements ne sont pas aisés à Silverstone car il est très difficile de suivre une voiture avec autant de virages à grande vitesse – on perd pas mal d’appui, c’est très difficile. Peut-être qu’avec la nouvelle section qui a été réalisée cette année et qui présente quelques virages lents, il sera un peu plus facile de dépasser.

Le premier virage, Copse, est pris en septième vitesse à peu près à 290 km/h. On ne le prend pas complètement à fond mais cela dépend de votre vitesse et de la direction du vent à l’approche du virage. Je me souviens que lors d’essais en 2006, nous avions le vent de face sur la ligne droite. Il était alors possible de prendre Copse à fond car notre vitesse maximale était inférieure de 10km/h. Je serais toutefois surpris qu’on le prenne à fond cette année.

Pour le moment, je ne connais pas grand chose de la nouvelle section du circuit. Afin de préparer la course, j’ai cherché des vidéos du tracé sur internet et, bien sûr, je ferai une reconnaissance à pied du circuit jeudi. C’est toujours un défi intéressant que de se frotter à de nouveaux virages, on découvre le niveau d’appuis et la trajectoire idéale – les premiers tours de piste vendredi matin seront donc intéressants.

Le dernier virage, le numéro 17, est relativement lent, on le prend en deuxième à près de 110km/h. On a tendance à sous-virer à cet endroit, mais il est important d’effectuer une bonne sortie. Le danger est ce possible coup de raquette à mi-virage, mais ce-dernier étant très long, on peut gagner pas mal de temps. C’est assez délicat mais on peut adapter sa trajectoire durant la course par rapport à la traction que procurent les pneumatiques, afin d’extraire le maximum de ce virage.

[Communiqué de Renault F1 Team]

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Robert Kubica
Type d'article Actualités