Les notes techniques pneumatiques de Singapour

-> La traction est fondamentale à Singapour

-> La traction est fondamentale à Singapour. Il s’agit d’une piste proposant un très grand nombre de virages (23). L’asphalte est plutôt bosselé et glissant et l’adhérence se trouve altérée par les bandes blanches, les passages piétons et les bouches d’égouts. Mais les monoplaces peuvent tout de même générer 4.3g de forces au freinage en dépit du manque de grip !

-> Le taux d’humidité de Singapour oscille entre 75% et 90% et il peut également souvent y pleuvoir. Par conséquent, il est très probable d’y voir en piste l’intermédiaire Cinturato Vert ou le pneu pluie Cinturato Bleu.

-> Singapour est l’un des circuits les plus coûteux en temps de la saison, en raison du nombre important d’arrêts. Désormais, avec la limitation de vitesse à 60 km/h dans les stands et une pitlane longue de 404 mètres, la stratégie se trouve encore plus influencée.

-> En plus d’être une longue course, la consommation kilométrique est l’une des plus élevées de la saison en raison de la cadence chargée de phases d’accélération/freinage. Environ la moitié du tour se négocie à pleine charge d’accélération, mais il y a également plusieurs grosses zones de freinages.

-> La stratégie de course se doit d’être très flexible à Singapour en raison des nombreux paramètres extérieurs comme la voiture de sécurité (entrée en piste deux fois l’an dernier). Les phases de neutralisation sous voiture de sécurité permettent de réaliser un arrêt «gratuit » en termes de temps s’il est réalisé au bon moment, et permet de faire ralentir l’usure et la dégradation des pneus grâce à des temps au tour plus lents.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités