Michelin - Passer au 18 pouces sur une monoplace, c’est nous !

partages
commentaires
Michelin - Passer au 18 pouces sur une monoplace, c’est nous !
17 oct. 2014 à 12:00

Depuis huit ans et le choix du manufacturier unique, Michelin n'est plus engagé en Formule 1

Depuis huit ans et le choix du manufacturier unique, Michelin n'est plus engagé en Formule 1. Alors que Bridgestone et maintenant Pirelli se sont succédé dans la catégorie reine, le manufacturier français a poursuivi son engagement dans d'autres catégories.

Comme l'expliquait récemment Pascal Couasnon, directeur motorsport de Michelin,

le fabricant de pneus a revu sa politique de compétition

. Ces dernières années, la firme de Clermont-Ferrand a notamment été un acteur phare de l'Endurance, où le règlement technique des prototypes LMP1 s'est décidé avec la consultation de Michelin. A ce jour, ce dernier équipe l'intégralité du plateau LMP1, même si la porte reste ouverte à la concurrence d'un autre manufacturier.

Parmi les conditions de l'engagement de Michelin en compétition, le besoin de "niveler vers le haut" la technologie est crucial. C'est dans ce sens que la consultation et l'interaction avec les décideurs ont été importantes pour la réalisation des nouveaux règlements.

"On ne décide pas, mais par contre, l’esprit de Michelin est que nous ne sommes pas un sponsor, mais bien un partenaire technique", rappelle Pascal Couasnon à ToileF1. "On estime qu’on connait bien le domaine du pneu, donc on se permet de faire des suggestions par rapport à certains domaines."

Une force de suggestion pour les règlements

En Endurance par exemple, Michelin a poussé en faveur de pneus à la longévité accrue, avec des quotas réduits, à condition de pouvoir élaborer des produits de haute technologie.

"La diminution du nombre de pneus est la clé pour nous car ça fait diminuer les budgets, mais surtout de manière intelligente", précise Couasnon. "Il y a une autre façon de faire baisser les budgets, c’est de diminuer le prix des pneus. Mais on arrive à un moment où les marges sont insuffisantes pour pouvoir investir en recherche. Ce qui fait qu’on nivelle vers le bas."

"Nous, nous voulons niveler vers le haut. On préfère faire moins de pneus plus technologiques, plutôt que beaucoup de mauvais pneus. Nous sommes donc un acteur actif du sport automobile, notamment à travers les suggestions de règlement."

Un lien évident et essentiel avec la route

En participant à l'élaboration des règlements, Michelin pousse également en faveur des technologies qui trouvent un lien avec la route et l'automobile de tous les jours. Concernant la Formule 1, le manufacturier a depuis longtemps fait du pneu 18 pouces une condition importante – mais loin d'être la seule – pour un éventuel retour dans la catégorie. Alors que Pirelli et la FIA semblent envisager cette solution pour les années à venir, Michelin n'a pas perdu de temps pour la mettre en œuvre grâce à la naissance de la Formule E.

"Passer au 18 pouces sur une monoplace, c’est nous !", glisse Pascal Couasnon avec malice. "Nos amis transalpins [Pirelli] peuvent dire qu’ils agissent, mais la première course de monoplaces avec des pneus de 18 pouces, elle avait lieu à Pékin, et c’était inscrit Michelin sur le flanc des gommes. Nous en sommes très fiers."

Prochain article Formule 1
Sauber va tester deux jeunes pilotes à Valencia

Article précédent

Sauber va tester deux jeunes pilotes à Valencia

Article suivant

Sainz Jr prudent et patient pour le volant Toro Rosso

Sainz Jr prudent et patient pour le volant Toro Rosso

À propos de cet article

Séries Formule 1
Type d'article Actualités