Pérez a vu le manque d'argent de Force India "dès le premier jour"

Sergio Pérez est le premier surpris par sa longévité au sein de l'écurie, dont il avait découvert les difficultés financières dès son arrivée en 2014.

Si la saison 2020 n'a pas encore débuté, la faute à la crise du coronavirus, elle sera la septième consécutive au sein de la même écurie pour Sergio Pérez. Après une campagne difficile chez McLaren en 2013, le pilote mexicain avait trouvé refuge chez Force India l'année suivante, pour ne plus jamais quitter la structure basée à Silverstone. Il en est aujourd'hui l'un des piliers, toujours présent alors que l'équipe a été rebaptisée Racing Point suite à son rachat par Lawrence Stroll courant 2018 et deviendra l'incarnation officielle d'Aston Martin en Formule 1 l'année prochaine.

Lire aussi :

Il y a près de deux ans, Pérez avait d'ailleurs été au centre du processus de reprise de l'équipe puisqu'il avait intenté une action en justice qui avait précipité le placement en redressement judiciaire de Force India, conduisant à la vente de l'écurie. De quoi provoquer un changement d'ère après plusieurs saisons passées à réaliser des performances remarquables en piste compte tenu des difficultés financières récurrentes. Un manque de liquidité qu'il avait perçu dès son arrivée. "C'était évident dès le premier jour où je suis arrivé dans l'équipe", admet-il dans un entretien accordé à Motorsport.com.

"J'arrivais de McLaren et je me souviens que la première fois que j'ai visité l'usine, ça a tout de suite été un choc, car je pouvais constater les manques qu'il y avait au niveau de l'argent et du reste", raconte Pérez. "Mais dès que nous avons pris la piste, j'ai pu voir qu'il y avait énormément de potentiel dans l'équipe, tout le monde était très avide de succès. Les problèmes financiers étaient évidents dès le début, mais je crois que les gens dans l'équipe sont extrêmement talentueux. Le niveau d'ingénierie, le niveau de management : c'est une équipe très compétente. Et cela m'a rendu très enthousiaste quant au projet. Pour ma troisième course avec l'équipe [le GP de Bahreïn 2014], j'étais de retour sur le podium. Et depuis, tout a vraiment changé."

Sous contrat jusqu'en 2022 avec Racing Point, Pérez compte déjà 176 départs en Grands Prix et huit podiums. Cette longévité au sein de la structure britannique, il avoue ne pas l'avoir envisagée au départ. "Je n'aurais jamais imaginé être aussi longtemps dans l'équipe", admet-il. "Parce que jusqu'à présent, chaque année était renouvelée avec un contrat d'année en année. Chaque année, je pensais que ce serait la dernière, que j'allais changer d'écurie. Mais avec le recul, ce parcours est incroyable. Nous avons connu des hauts et des bas, mais c'est un énorme succès. Nous avons maintenant la grande opportunité de nous associer à Aston Martin."

Propos recueillis par Alex Kalinauckas  

partages
commentaires
Mercedes pourrait courir ailleurs pour ne pas licencier

Article précédent

Mercedes pourrait courir ailleurs pour ne pas licencier

Article suivant

Le Hungaroring sera en F1 jusqu'en 2027

Le Hungaroring sera en F1 jusqu'en 2027
Charger les commentaires
Bottas, dans le piège et sur un fil Prime

Bottas, dans le piège et sur un fil

Le Grand Prix de France n'est qu'une preuve de plus du rôle à la fois central que pourrait occuper mais aussi des problèmes que risque de poser (et de se poser) Valtteri Bottas chez Mercedes.

Les notes du Grand Prix de France 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de France 2021

Après le Grand Prix de France, septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
21 juin 2021
Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Formule 1
20 juin 2021
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021