Pérez ne pensait pas faire long feu chez Force India

Lorsqu'il a rejoint Force India, Sergio Pérez s'attendait de son propre aveu à ce que ce soit un passage bien temporaire. Il y a finalement passé sept saisons.

Pérez ne pensait pas faire long feu chez Force India

Rares sont les pilotes qui ont pris 135 départs en Grand Prix avec la même écurie, et pourtant, c'est ce qu'a fait Sergio Pérez avec la structure de Silverstone, d'abord appelée Force India, puis Racing Point. Pérez a débarqué dans le Northamptonshire en 2014, après avoir vécu un cauchemar chez McLaren en 2013.

Lire aussi :

Le Mexicain avait alors rejoint une écurie qui avait signé 44 victoires et un total de 116 podiums sur les huit saisons précédentes, mais la McLaren MP4-28 a été revue en profondeur par rapport à la monoplace très réussie de 2012, et ce ne fut pas un succès. De surcroît, Pérez n'a marqué que 49 points face aux 73 de Jenson Button, et il a été remplacé par un protégé de l'équipe, Kevin Magnussen, pour 2014. C'est alors qu'il a trouvé refuge chez Force India…

"J'étais si démotivé par la F1 après McLaren", commente Pérez dans une interview avec la F1. "Ma carrière partait en vrille, j'ai rejoint ce qui était à l'époque un top team, mais les choses ont changé. Je me suis retrouvé sans volant assez tard dans l'année, il n'y avait pas beaucoup d'options. Force India – Vijay à l'époque – est arrivé."

"J'ai toujours pensé que ça allait être du court terme. Nous avons signé un contrat d'un an. Tous les ans, c'était un contrat d'un an, jusqu'au dernier, qui était de trois ans… mais qui n'a finalement duré qu'un an !" Effectivement, Pérez a signé un contrat de trois ans en août 2019, jusqu'à fin 2022… avant d'être finalement remplacé par Sebastian Vettel dès 2021 au sein de l'écurie désormais dénommée Aston Martin.

Le vainqueur du Grand Prix de Bahreïn 2020 ne cache en tout cas pas avoir été frappé par le contraste entre l'envergure de McLaren et les ressources modestes de Force India lorsqu'il a visité l'usine de Silverstone pour la première fois. "J'étais sous le choc !" s'exclame-t-il. "Je suis passé de Woking, dont l'usine est probablement la plus impressionnante dans l'Histoire de la Formule 1, à la moins impressionnante, la plus modeste de la F1. J'étais sous le choc."

"Mais j'ai rencontré les gens qui y étaient, j'ai vu leur passion pour la course. Il n'y avait pas de politique, c'étaient de vrais 'racers'. C'est pourquoi ils ont eu un tel succès malgré leur budget et leurs difficultés. Nous nous sommes vraiment bien entendus, car nous sommes de purs 'racers', nous prenons du plaisir à ce que nous faisons, nous nous sommes bien amusés, nous avons connu des mauvais moments mais d'autres merveilleux." Et grâce à ses performances chez Force India/Racing Point, Pérez a signé chez Red Bull pour 2021, de quoi connaître bien d'autres moments merveilleux.

partages
commentaires
Le Grand Prix F1 à Imola devrait porter un nom inhabituel

Article précédent

Le Grand Prix F1 à Imola devrait porter un nom inhabituel

Article suivant

Une F1 Copersucar d'Emerson Fittipaldi est en vente

Une F1 Copersucar d'Emerson Fittipaldi est en vente
Charger les commentaires
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021