Pas de conseil de Räikkönen à Leclerc, mais une mise en garde

Kimi Räikkönen a quitté un environnement Ferrari "particulier" et qui "l'a toujours été", pour céder sa place à Charles Leclerc. À ce dernier, le Champion du monde 2007 préconise de se tenir à l'écart des sujets trop "politiques" pour réussir.

Pas de conseil de Räikkönen à Leclerc, mais une mise en garde

Engagé dans une nouvelle aventure avec Alfa Romeo en Formule 1, Kimi Räikkönen a quitté Ferrari. Et si ce n'était pas son premier souhait il y a quelques mois, le Champion du monde 2007 reconnaît que l'aspect très politique de la Scuderia ne lui manquera pas. C'est d'ailleurs sur ce point qu'il estime que son successeur devra être prudent, même s'il s'abstient de lui donner tout conseil, considérant qu'il est suffisamment armé pour réussir.

Interrogé par Motorsport.com sur les recommandations qu'il pourrait donner à Charles Leclerc, le pilote finlandais est fidèle à lui-même. "Franchement, c'est impossible de donner des conseils", assure-t-il avant de rappeler que le Monégasque n'arrive pas en terrain inconnu. En revanche, la mise en garde est claire : Ferrari reste un environnement à part, rude et difficile, dans lequel ne pas faire de vague et éviter certains sujets est selon lui la meilleure attitude à adopter.

Lire aussi :

"Il connaît l'équipe, car il est avec Ferrari depuis quelques années maintenant", souligne Räikkönen. "Ce n'est pas comme s'il arrivait dans un nouvel endroit. Il a l'expérience de la F1. C'est un endroit particulier, c'est un peu la galère parfois, mais ça l'a toujours été, et c'est plus simple de ne pas s'impliquer dans trop de choses, de faire uniquement ce pour quoi il a été recruté."

"Souvent, nous sommes habitués à faire les choses d'une manière, mais chez Ferrari c'est parfois différent. Si ça ne vous dérange pas, ça va. Il ne faut pas s'impliquer dedans et faire uniquement ce qu'ils vous demandent. Il connaît les gens, il a travaillé avec eux. Ça devrait être plutôt facile, assez tranquille."

"Moins de politique, moins de conneries"

En rejoignant Sauber, qu'il faut désormais appeler Alfa Romeo, Kimi Räikkönen a rempilé pour deux années alors que certains l'imaginaient à la retraite. Mais en plus de sa motivation intacte, il y trouve un cadre idéal pour ne plus s'attarder sur des sujets trop "politiques" à son goût. 

Kimi Raikkonen, Sauber discute avec Simone Resta, designer Sauber

"Chaque équipe est un peu différente, évidemment, et ici c'est… moins de choses, moins de politique, pas de politique", insiste-t-il. "Elles sont toutes différentes, sur de nombreux aspects. Il faut essayer d'atteindre le même résultat, mais de différentes manières. C'est sûr, ici c'est plus détendu, il est davantage question de course, et moins de politique, de conneries, et c'est plus facile pour tout le monde, dans l'ensemble. Je pense que c'est ce que tout le monde préfère, c'est certain."

Räikkönen ouvre ainsi ce qui pourrait être l'ultime chapitre de sa carrière en Formule 1, pendant que son ancienne écurie en a ouvert un autre sans lui. Mais également sans Maurizio Arrivabene, directeur d'équipe remplacé par Mattia Binotto, proche d'Iceman, qui n'avait visiblement pas pressenti son départ.

"Je pense avoir lu la même chose que tout le monde", assure-t-il. "En fait, je n'ai pas lu. Le petit ami de ma mère m'a dit 'Tu as vu ?'. J'ai répondu 'Non'. Nous étions en Finlande, et pas préoccupés par l'actualité. Je n'en avais aucune idée. Et aujourd'hui je n'en ai aucune idée quant aux raisons, mais ce ne sont pas mes affaires, je ne suis pas impliqué."

Propos recueillis par Roberto Chinchero  

partages
commentaires
Renault F1 a connu "le meilleur hiver depuis 5 ans"

Article précédent

Renault F1 a connu "le meilleur hiver depuis 5 ans"

Article suivant

Alfa Romeo fait le teasing de sa nouvelle F1

Alfa Romeo fait le teasing de sa nouvelle F1
Charger les commentaires
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021