Pour Steiner, la direction de course F1 doit progresser

Pour le patron de Haas, Günther Steiner, la direction de course de la F1 a une "grosse marge de progression" après certaines décisions qui n'avaient "aucun sens" l'an passé.

Guenther Steiner, team principal de Haas F1

À l'entame de la saison 2022 de Formule 1, la FIA a restructuré la direction de course des Grands Prix pour répondre aux dysfonctionnements constatés après la saison 2021. Parmi les changements, le passage à deux directeurs de course ou encore la mise en place d'un centre opérationnel à distance afin de mieux gérer les situations chaudes.

Ces évolutions n'ont cependant pas empêché les polémiques sur les décisions prises par la direction de course, la plus grave ayant concerné le déploiement des véhicules d'évacuation sur la piste humide de Suzuka. Toutefois, d'autres débats ont émaillé la campagne, comme celui sur le contrôle des limites de piste ou encore l'utilisation du drapeau noir à disque orange.

Finalement, en fin de saison, la FIA a abandonné la rotation entre Niels Wittich et Eduardo Freitas, même si un dispositif similaire sera tout de même remis en place cette année. Il y a quelques jours, la FIA a également indiqué que Steve Nielsen allait devenir son nouveau directeur sportif, dans le cadre d'une restructuration de l'équipe qui s'occupe de la Formule 1.

Pour Günther Steiner, directeur de Haas, il y a clairement de la place pour faire mieux du côté des officiels de la fédération : "Il y a encore beaucoup de travail à faire, à mon avis", a déclaré Steiner à Motorsport.com. "Ce n'est pas comme si tout était réglé désormais. Je pense que dans le domaine de la direction de course, il y a une grosse marge de progression. Nous avons vu lors des dernières courses [de 2022] que certaines décisions prises doivent être réglées, je pense."

Kevin Magnussen avec un aileron avant abîmé à Singapour.

Kevin Magnussen avec un aileron avant abîmé à Singapour.

Haas s'est notamment vu brandir lors de trois Grands Prix en 2022 le drapeau noir à disque orange, obligeant le pilote à rentrer au stand pour corriger ou régler un problème, en raison d'une plaque d'extrémité branlante sur l'aileron avant. Agacée, l'écurie avait ensuite déposé une réclamation à Austin contre la voiture endommagée de Fernando Alonso pour protester sur le sujet. La FIA a depuis reconnu qu'il y avait eu une surréaction sur ce sujet particulier après l'épisode de l'aileron arrière de Yuki Tsunoda, réparé avec du scotch à Bakou.

Lire aussi :

Steiner a ajouté que Haas avait été "gravement affecté" par les drapeaux noir et orange, qu'il a qualifiés de "non-sens total". "Ce n'est pas comme ça que ça devrait se passer. Nous avons été pénalisés, et ensuite ils ont changé les règles. Personne d'autre n'a jamais été pénalisé [en réalité, ce drapeau avait été notamment brandi pour Tsunoda à Bakou ou pour Gasly à Silverstone], et la règle a été changée. [Protester à Austin] c'était par principe : 'Votre système est défectueux parce que les règles ne sont pas les mêmes pour tout le monde', et je pense que la façon dont cela a été géré depuis la direction de course n'était pas bonne."

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Pourquoi les pontons ne font pas consensus dans le paddock
Article suivant La F1 vaut-elle 20 milliards ? Ben Sulayem met en garde

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France