Vers la création de la F3 Light dès 2017

La FIA a approuvé le concept de championnats régionaux de "Formule 3 Light" qui serviront d'échelon intermédiaire entre la Formule 4 et la F3 Europe, comme l'a confirmé Stefano Domenicali, président de la Commission Monoplace.

Vers la création de la F3 Light dès 2017
Le plateau 2016
Nick Cassidy, Prema Powerteam Dallara F312 – Mercedes-Benz
Départ : George Russell, HitechGP Dallara F312 – Mercedes-Benz
Stefano Domenicali
Alessio Lorandi, Carlin, Dallara F312 - Volkswagen
Harrison Newey, Van Amersfoort Racing, Dallara F312 - Mercedes-Benz
George Russell, HitechGP, Dallara F312 - Mercedes-Benz
Pedro Piquet, Van Amersfoort Racing, Dallara F312 - Mercedes-Benz
Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara F312 – Mercedes-Benz
Sérgio Sette Câmara, Motopark, Dallara F312 – Volkswagen
Ralf Aron (EST, Prema Powerteam, Dallara F312 - Mercedes-Benz

La FIA tenait en effet à résoudre le problème de l'absence de palier entre les 12 championnats de F4 et la F3 Europe.

À l'heure actuelle, les talents européens de la F4 ont tendance à se diriger vers la Formule Renault 2.0 tandis que certains font le grand saut vers la F3 Europe malgré un manque d'expérience certain, parfois sans grande réussite.

"Le succès grandissant des F4 nationales dans le monde entier a créé une sorte d'engorgement pour les jeunes talents quand ils veulent passer de la F4 à l'échelon supérieur", déclare Stefano Domenicali.

"C'est un grand saut de passer d'une série qui a 250 à 300 pilotes dans le monde entier à notre F3 Europe qui ne peut recevoir qu'un dixième de ce nombre. Le risque est de perdre beaucoup de talents potentiels en chemin, et nous voulons prévenir la perte de ceux qui pourraient arriver à maturité un peu plus tard, ou qui n'ont pas les ressources pour passer directement dans la catégorie supérieure."

"Un autre avantage de la catégorie intermédiaire serait de rendre la F3 Europe encore plus prestigieuse : elle représenterait alors véritablement l'excellence, que ce soit quantitativement ou techniquement."

"La F3 Light utiliserait des moteurs similaires à ceux de F3, mais avec une puissance réduite, tandis que le châssis devrait être plus sophistiqué que ceux qui sont utilisés en F4. D'un point de vue financier, la nouvelle catégorie requerrait un budget à mi-chemin entre les deux séries existantes."

Les championnats de F3 Light pourraient être mis en oeuvre dès la saison prochaine : "L'objectif est de commencer en 2017 et nous avons déjà beaucoup d'intérêt en Europe, surtout en Italie, au Royaume-Uni et en Allemagne, ainsi qu'en Asie et en Australie."

Parmi les F3 nationales, on retrouve notamment la F3 Japon et la F3 Brésil alors que la BRDC F4 a récemment été rebadgée British F3. Ces championnats pourraient donc endosser l'identité de F3 Light dès l'an prochain. L'Euroformula Open utilise également des monoplaces de type F3.

Un nombre d'engagés en baisse à cause de Prema ?

Le nombre d'engagés en F3 a diminué d'environ un tiers, passant à 21 voitures pour la saison 2016, ce que George Russell attribue à la suprématie de Prema Powerteam, qui aurait dissuadé certains pilotes de rejoindre le championnat s'ils ne pouvaient faire partie de la dominatrice écurie italienne. Une théorie que Stefano Domenicali balaie d'un revers de main.

"C'est l'un des sujets les plus éculés et banals en sport automobile et ce n'est clairement pas limité à la F3 : il suffit de voir ce qu'on dit de Mercedes en F1", souligne l'Italien.

"Prema a gagné en F3 et dans d'autres catégories bien avant la saison dernière et continuera peut-être de le faire à l'avenir, quand la situation sera différente, ou peut-être que d'autres équipes connaîtront le succès et atteindront son niveau."

"Malgré ce que disent certains, les résultats ont été très bien répartis la saison dernière : le deuxième était un pilote Carlin, il y avait trois équipes différentes dans le top 4 et 14 pilotes différents sont montés sur le podium."

"Il faudrait rappeler qu'à la fin de la saison dernière, avec le promoteur du championnat, nous avions fixé l'objectif de réduire le nombre de participants pour donner de la stabilité à la discipline ainsi que pour s'assurer que chaque meeting se passait aussi bien que possible", conclut-il, faisant possiblement allusion au nombre élevé d'accidents et d'interventions de la voiture de sécurité l'an passé.

partages
commentaires
La British F3 fait son retour pour 2016
Article précédent

La British F3 fait son retour pour 2016

Article suivant

Russell - Piquet Jr avait "plus à perdre qu'à gagner" à Pau

Russell - Piquet Jr avait "plus à perdre qu'à gagner" à Pau
Charger les commentaires