Le point sur la nouvelle Super-Licence

partages
commentaires
Le point sur la nouvelle Super-Licence
17 janv. 2015 à 18:00

Tandis que les nouvelles conditions d'obtention de la Super-Licence ont rencontré un accueil critique positif de la part du monde du sport automobile, certaines voix se sont élevées pour en critiquer certains aspects

Tandis que les nouvelles conditions d'obtention de la Super-Licence ont rencontré un accueil critique positif de la part du monde du sport automobile, certaines voix se sont élevées pour en critiquer certains aspects.

Le poids accordé aux différentes disciplines fait partie des points litigieux : tandis que la catégorie qui permet de marquer le plus de points est... la Formule 2, qui n'existe plus (ou pas encore), la Formule Renault 3.5 et la Formule Renault 2.0 ont, de l'avis de tous, été dévaluées. En effet, la FR3.5 accorde moins de points que la F3 européenne alors qu'elle est considérée depuis longtemps comme une antichambre de la Formule 1, au contraire de la F3 gérée par la FIA. Dans le même temps, la relevée FR2.0 a moins de valeur que les championnats de F4 organisés par la FIA eux aussi.

De façon encore plus cruciale, un pilote suivant l'échelle Renault Sport et remportant les titres de Formule Renault 2.0, puis de Formule Renault 3.5, ne marque que 35 points sur les 40 requis. Renault accusait donc le coup, et la FIA s'est exprimée à ce sujet.

"Il n'y a pas que la valeur sportive des championnats"

"Nous avons défini un cadre bien défini quant aux conditions de qualification", a déclaré un porte-parole. "En ce qui concerne le système de points en lui-même, il n'est effectivement que naturel que des ajustements soient faits chaque année".

"Les critères avec lesquels le système de points a été défini ne dépendent pas seulement de la valeur sportive des divers championnats, qui est relative. Il y a d'autres considérations que nous devons prendre en compte également, car c'est nous qui faisons le règlement. Évidemment, nous écoutons Renault et les autres parties. Comme expliqué auparavant, à partir de notre expérience de la nouvelle structure, nous pourrions ajuster le système de points dans l'avenir".

Quant à la Formule 2, le porte-parole a expliqué : "L'intention de la FIA est de créer une échelle d'accès à la Formule 1 claire et simplifiée. La future Formule 2 jouera un rôle majeur dans ce processus".

Schumacher aurait pu faire son retour

La FIA a également clarifié la flexibilité du système devant certaines incohérences. Par exemple, n'ayant pas participé à au moins cinq Grands Prix de 2007 à 2009, Michael Schumacher n'aurait, en théorie, pas été en mesure de faire son retour en 2010. Or, le Conseil Mondial du Sport Automobile pourrait permettre des exceptions.

"L'un de nos objectifs, avec le nouveau système de Super-Licence, est d'éviter la multitude d'exceptions, un phénomène fréquent par le passé", souligne le porte-parole. "Bien sûr, si une véritable exception telle que le cas de Michael Schumacher se présentait, nous aurions pu consulter le CMSA".

En revanche, les cas de Pascal Wehrlein et de Susie Wolff sont plus épineux. Les deux pilotes ont obtenu la Super-Licence sans problème lors de l'ère précédente, mais devraient la perdre pour 2016 à moins de disputer des Grands Prix cette année : leurs saisons 2013 et 2014 ne leur ont pas permis de marquer des points au sein du nouveau système.

Prochain article F3000
Cinq Grand Prix débuteront plus tôt cette saison

Article précédent

Cinq Grand Prix débuteront plus tôt cette saison

Article suivant

La FIA autorise Honda à développer son moteur !

La FIA autorise Honda à développer son moteur !

À propos de cet article

Séries F3000
Pilotes Michael Schumacher , Susie Wolff , Pascal Wehrlein
Type d'article Actualités