La Formule E est passée près de la faillite en 2015

partages
commentaires
La Formule E est passée près de la faillite en 2015
Par : Alex Kalinauckas
1 oct. 2018 à 07:30

PDG de la Formule E, Alejandro Agag révèle à quel point cette compétition est passée près de la faillite lors de sa première saison, avec une dette de 25M$.

Le championnat tout électrique a fait ses débuts en septembre 2014 et a réuni suffisamment d'argent pour les trois premiers E-Prix à Pékin, à Putrajaya et à Punta del Este, avant de connaître de graves difficultés financières début 2015.

La Formule E s'est rendue à Buenos Aires en janvier 2015 avant qu'un accord avec Liberty Global [compagnie sœur de Liberty Media, qui est propriétaire de la Formule 1, ndlr] et Discovery Communications, qui sont devenus des actionnaires majeurs, ne soit trouvé à l'E-Prix de Miami, deux mois plus tard.

Lire aussi :

Les problèmes financiers que connaissait alors le championnat sont de notoriété publique, mais Agag a révélé leur ampleur dans le podcast Beyond Victory de Nico Rosberg.

"Il fallait faire forte impression", déclare l'Espagnol au Champion du monde 2016 de F1, qui fait désormais partie des investisseurs de la FE. "Nous pensions que si nous commencions avec quelque chose de très petit, ça n'allait pas faire long feu. Nous avons dit qu'il fallait le faire à grande échelle avec de grandes villes, un grand spectacle, une vraie diffusion télévisée. Il fallait donc déployer un grand capital, mais encore fallait-il le trouver."

Le Champion du monde de F1, Nico Rosberg avec Alejandro Agag, PDG Formula E, et la Gen2
Départ : Sam Bird, Virgin Racing

"Nous avons trouvé du budget au début, mais ça n'a pas suffi. Nous étions très près de la faillite. Nous n'étions pas censés être à la limite à ce point, mais ça arrive ! Personne ne le savait, à part deux ou trois employés. À un moment, je devrais 25M$ à nos fournisseurs et j'avais 100'000$ dans le compte en banque, voilà notre situation."

"Mais nous levions des fonds, et c'est là que sont arrivés Liberty et Discovery. Nous étions vraiment à la limite, j'ai dû payer le transport des voitures à Miami de ma poche. Puis, à l'E-Prix de Miami, nous avons finalisé l'accord avec Liberty et Discovery, les fonds sont arrivés, et depuis, c'est une belle success story financièrement."

Agag a créé la surprise en mai dernier avec une offre pour devenir unique propriétaire de la Formule E, sans succès, Liberty Global et Discovery ayant souhaité conserver leurs parts.

"Cela ne va pas se faire", explique-t-il pour Motorsport.com, "car Liberty et Discovery ne veulent pas vendre. Nous sommes évidemment en très bons termes. J'ai fait l'offre, ils l'ont prise très au sérieux mais m'ont indiqué qu'ils investissaient dans la Formule E à long terme. Ils croient en l'avenir du championnat et veulent que nous continuions à travailler ensemble. Ce n'est pas grave. C'est le même arrangement qu'avant."
Prochain article Formule E
Wehrlein plus proche de la Formule E que de Toro Rosso ?

Article précédent

Wehrlein plus proche de la Formule E que de Toro Rosso ?

Article suivant

DS Techeetah dévoile sa nouvelle Formule E

DS Techeetah dévoile sa nouvelle Formule E
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule E
Auteur Alex Kalinauckas
Type d'article Actualités