Formule E
C
E-Prix d'Ad Diriyah
22 nov.
-
23 nov.
Prochain événement dans
31 jours
C
E-Prix de Santiago
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
87 jours
C
E-Prix de Mexico
14 févr.
-
15 févr.
Prochain événement dans
115 jours
C
E-Prix de Rome
03 avr.
-
04 avr.
Prochain événement dans
164 jours
C
E-Prix de Paris
17 avr.
-
17 avr.
Prochain événement dans
178 jours
C
E-Prix de Séoul
02 mai
-
03 mai
Prochain événement dans
193 jours
C
E-Prix de Berlin
20 juin
-
21 juin
Prochain événement dans
242 jours
C
E-Prix de New York
10 juil.
-
11 juil.
Prochain événement dans
262 jours
C
E-Prix de Londres
25 juil.
-
26 juil.
Prochain événement dans
277 jours

Pourquoi la Formule E est une course contre le temps

partages
commentaires
Pourquoi la Formule E est une course contre le temps
Par :
Traduit par: Jean-Philippe Vennin
11 nov. 2016 à 16:37

Avant la première course de Formule E organisée samedi dans la capitale marocaine, où se tient actuellement la COP22, petit tour d'horizon, par quelques-uns de ses acteurs, des messages que la Formule E doit faire passer.

Tandis que les développements rapides dans l'industrie des transports menacent l'avenir à long terme du sport automobile dans sa forme traditionnelle, des figures clés de la Formule E voient en celle-ci la meilleure chance de continuer à rendre pertinente la course automobile.

La semaine dernière est sorti un nouveau film de Leonardo di Caprio, intitulé “Before the Flood” (avant le déluge). Il inclut une scène dans laquelle l'acteur implore l'Organisation des Nations Unies (ONU) de hausser le rythme pour agir sur l'usage intensif des carburants fossiles, qui ont alimenté le monde pour une part essentielle ces 150 dernières années.

Essayez d'avoir une conversation avec quiconque sur le changement climatique et les gens feront la sourde oreille”, dit l'acteur, copropriétaire de l'écurie Venturi de Formule E, dans le film. “Si les Nations Unies savaient réellement ce que je ressens, combien je suis pessimiste concernant l'avenir, je dirais, pour être honnête, qu'elles ont peut-être choisi la mauvaise personne.”

Les arguments de Di Caprio sont impressionnants. Dans le monde du sport auto, la Formule E fait tout pour mettre l'accent sur le besoin grandissant de protéger la planète tout en poursuivant le but de faire passer des messages clés auprès de millions de gens tout autour du monde.

L'été dernier, le patron du Championnat FIA de Formule E, Alejandro Agag, le vice-champion de la saison 2, Lucas di Grassi, et plusieurs autres personnes se sont rendus sur la calotte glacière arctique pour voir de leurs propres yeux le combat environnemental auquel la région fait face.

Lucas di Grassi and Alejandro Agag, Formula E CEO

La Conférence des parties (COP) est le corps suprême de prise de décision de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), qui a pour but de lutter contre le réchauffement global.

Comme Di Grassi le souligne plus loin dans cet article, il est un fait que le transport électrique est plus efficient, d'un point de vue économique et environnemental. La grande question est : les nouvelles générations accrocheront-elles aux voitures et à la culture automobile ?

Alors que le rythme de la technologie électrique va toujours en accélérant, des défis significatifs se présentent. Par exemple, un rapport récent d'Amnesty International assure que l'exploitation minière du lithium (un minéral vital pour la production des batteries) a été liée à la pollution de l'eau et l'épuisement des sols, en Amérique du Sud notamment.

Ces problèmes et de nombreux autres doivent être réglés pour que les véhicules électriques “décollent” comme attendu. Bloomberg New Energy Finance a récemment prévu que 41 millions de véhicules électriques seront vendus chaque année à l'horizon 2040. Les effets pour le sport mécanique, outil de marketing sur ce marché clé pour les constructeurs et les géants de l'ingénierie électrique, sera énorme.

Dimanche, le lendemain de la course à Marrakech, le film relatant la visite de la Formule E sur la calotte glacière et la façon dont elle a attiré l'attention sur sa situation sera présenté en avant-première à une assemblée de politiciens, scientifiques, experts environnementaux et autres dignitaires.

Motorsport.com sera aussi présent lors de la projection, mais avant cela, nous voulions avoir une idée de ce en quoi plusieurs membres clés du paddock de la Formule E pensent que la discipline contribue au message environnemental et comment elle façonne un nouveau cadre du sport pour les décennies à venir.

Nick Heidfeld – Mahindra

Nick Heidfeld, Mahindra Racing

“Je pense que les jeunes sont de plus en plus inspirés par la Formule E car elle correspond à leur façon de vivre. Quand j'ai débuté en sport automobile, dans les années quatre-vingt-dix, c'était très différent. La conscience de l'efficacité [énergétique], comme d'une ingénierie et d'une technologie plus propres, était quasi inexistante, ce n'était que le début.

“Nul ne savait que la course pourrait être pratiquée d'une façon différente. Cette ingénierie plus propre est désormais enseignée dans les écoles et les collèges, et bien sûr, elle convient davantage au style de vie des générations futures, dont il est parfaitement logique qu'elles soient plus attirées par la Formule E et ce type de compétition.

Amener la Formule E dans les villes a été un point de départ fondamental afin de l'apporter à un nouveau public. Elle prend beaucoup de sens dans les domaines urbains et pour les habitants des grandes villes modernes. La première course à Pékin fut importante car la pollution y est élevée.

Les fans que l'on voit en Formule E sont assez différents des fans de F1. La foule est plus jeune et je pense que le [manque de] bruit favorise cela. Il y a plus de familles qui peuvent prendre le train ou le métro. Ils ne doivent pas faire un long voyage ou camper. C'est aussi bon en termes d'argent et efficient dans le sens où il ne faut prendre qu'une journée pour s'y rendre.

Les temps changent très, très rapidement. Tout est une question de timing. Je pense que celui de la Formule E, il y a trois ans, était parfait. Certains pensaient que ça ne fonctionnerait pas, d'autres que ça pourrait. Ça a fonctionné et maintenant, les constructeurs sont là et s'impliquent à fond.

Le sport mécanique devrait toujours lancer des nouveautés plus tôt. Comme la Roborace. C'est peut-être trop tôt pour que certains comprennent mais je suis honnêtement sûr que dans un futur proche, ce sera au moins une part du sport automobile.”

Mark Preston – Team Principal de Techeetah

Mark Preston, Techeetah Team Principal

“En pensant au chemin parcouru entre le moment où j'ai quitté l'université et aujourd'hui, où émerge la nouvelle génération de jeunes ingénieurs, je dois me poser la question : étudierais-je [de nos jours] le fonctionnement des moteurs à combustion interne pour mon travail futur ? Quand j'étais à l'université, c'était l'unique chose à laquelle je pensais - enfin, évidemment les V8, puisque je viens d'Australie.

Tous ces jeunes gens brillants que je rencontre aujourd'hui et qui sont intéressés par l'ingénierie observent ce qui va se passer dans 30 ans. Les prédictions sont que l'essence sera superflue pour l'essentiel des applications à l'automobile. L'Allemagne dit qu'elle interdira les moteurs à combustion interne en 2030 et il y a de nombreuses autres choses à l'horizon pour lesquelles des changements définitifs se produisent.

Le rythme du changement est très rapide aujourd'hui. Même quand nous avons débuté en Formule E avec Super Aguri en 2013, nous ne savions pas vraiment ce qui allait se passer. Je dirais que la technologie et la façon dont elle sculptera l'ingénierie moderne est une donnée. Elle est acceptée par les constructeurs. Le génie est sorti de la bouteille et ne va pas y retourner.

Un pas a été franchi dans le changement de vision du public. L'état d'esprit a changé et même des transports autonomes arrivent en masse désormais. L'ingénierie électrique dans l'automobile et le sport auto est aujourd'hui en mouvement et très puissante, car elle va de pair avec la mobilité future et à la façon dont la société voyage et voyagera dans les prochaines années.

Quand certains de mes amis sont venus voir une course de Formule E avec leurs enfants, ils ouvraient grand les yeux. C'est le genre de course où des gamins de six ans peuvent se tenir près du grillage et regarder les voitures sans porter de protection pour les oreilles. Ils peuvent aussi discuter de ce à quoi ils assistent. Mais en fait, quand on y pense, le sport auto traditionnel est probablement le seul sport où l'on ne peut partager une expérience par la conversation tout en la vivant.

Si les gamins, en rentrant à la maison, parlent de ce qu'ils ont vu et se mettent à poser des questions à leurs parents, c'est le début de quelque chose de grand. Quand j'étais gamin, c'était le recyclage et la couche d'ozone, des choses comme ça. Aujourd'hui, ils commencent à regarder la Formule E et font le lien avec les voitures de route équipées de la technologie électrique. C'est une bonne chose pour l'environnement et une façon plus efficiente de vivre à sa vie.”

Oliver Turvey – NextEV

Oliver Turvey, NEXTEV TCR Formula E Team

“La Formule E offre beaucoup d'opportunités aux jeunes ingénieurs pour fixer et faire grandir ce cadre du sport. Les domaines sont si nombreux dans lesquels elle peut être développée, et elle offre de si nombreuses opportunités qu'elle attire naturellement une population plus jeune.

Elle change notre perspective des choses parce qu'elle montre que l'on peut faire du sport auto d'une façon durable pour l'environnement. Je pense qu'elle engage les gens à être globalement plus efficients dans leur vie. Ils ont un mode de vie bien plus structuré et organisé, ce qui reflète la façon dont nos sports opéreront de plus en plus dans l'avenir.

Au bout du compte, il nous faut prendre soin de l'endroit où nous vivons. Nous devrions tous faire quelque chose pour aider ce processus. Le genre de technologie que l'on voit en Formule E sera en mesure de bénéficier à tous dans le futur avec le développement des voitures de route.”

“Les futures solutions de transport étant lancées, il me semble que l'électrique sera une solution majeure pour des méthodes plus propres de se déplacer.”

Lucas di Grassi – Audi Sport Abt Schaeffler

Lucas di Grassi, ABT Schaeffler Audi Sport

“Il y avait un message très clair quand nous sommes allés au Groenland, qui était de donner un sens à l'utilisation accrue des voitures électriques sur la route et souligner combien c'est important.

J'avais 19 ans quand j'ai effectué mon premier test en F1, et le moteur était un V10 normalement aspiré. La puissance et le bruit étaient sensationnels, mais pour moi, voir à quel point le sport auto a changé rapidement ces dix dernières années est tout aussi fascinant.

Il est difficile pour les gens de s'adapter et de voir combien il est important de changer. C'est pourquoi nous avons fait ce déplacement, pour mettre en lumière le fait que l'avenir est à la mobilité électrique et qu'il est vital que les gens s'y engagent aussi rapidement que possible.

Le fait est que la technologie électrique est beaucoup plus efficient que le moteur à combustion interne. Conduire électrique est mieux d'un point de vue économique et environnemental. Ça a du sens à de nombreux niveaux.

Il a en réalité fallu quelqu'un comme Tesla pour montrer combien la technologie électrique peut évoluer rapidement, mais elle a été créée bien avant, tout comme la Formule E est arrivée d'une certaine façon avant d'être acceptée. Ça a coïncidé avec la prise de conscience par les gens que l'électrique était la voie à suivre.

Les fans ne tomberont pas immédiatement amoureux de la Formule E, il faudra du temps et que les constructeurs la rejoignent avant qu'un grand nombre de gens suivent et réalisent que c'est bien. Il en faudra aux fans hardcore traditionnels de sport auto pour aimer la Formule E, bien sûr.

Mais plus important est d'atteindre cette génération actuelle qui n'est pas liée à l'automobile ou n'a plus de passion profonde pour cette dernière car ses choix en matière de transport changent avec des choses comme Uber. Posséder une voiture ne va plus être une priorité, et par conséquent, la course auto en souffrira naturellement dans une certaine mesure. Nous devons donc susciter l'intérêt des nouvelles générations pour s'assurer qu'elles gardent leur intérêt pour la course sur le long terme.

Le plus gros défi avec une nouvelle technologie est de changer les habitudes des gens. Pour la majorité d'entre eux qui possède une voiture dotée d'un moteur à combustion interne, le passage à l'électrique et le changement culturel qui l'accompagne prendront beaucoup de temps.

On peut voir pour toute technologie perturbatrice qu'elle est déjà là mais qu'il faut du temps pour qu'elle soit adoptée. Combien a-t-il fallu de temps aux ordinateurs pour entrer dans la plupart des foyers ? Je pense que ce sera plus rapide mais il n'y a aucune garantie.”

Article suivant
Vers un combat moins équitable entre Buemi et Di Grassi ?

Article précédent

Vers un combat moins équitable entre Buemi et Di Grassi ?

Article suivant

EL1 - Di Grassi devance les deux Renault

EL1 - Di Grassi devance les deux Renault
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule E
Pilotes Nick Heidfeld , Lucas di Grassi , Oliver Turvey
Auteur Sam Smith