WEC
22 févr.
-
23 févr.
Q1 dans
00 Heures
:
08 Minutes
:
44 Secondes
18 mars
-
20 mars
Prochain événement dans
24 jours
WSBK
C
Phillip Island
28 févr.
-
01 mars
SBK EL1 dans
4 jours
C
Losail
13 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
19 jours
Formule E
14 févr.
-
15 févr.
Événement terminé
C
E-Prix de Marrakesh
27 févr.
-
29 févr.
Prochain événement dans
4 jours
MotoGP
C
GP du Qatar
05 mars
-
08 mars
EL1 dans
12 jours
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
25 jours
Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
19 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
26 jours
WRC
12 févr.
-
16 févr.
Événement terminé
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
18 jours

Lamborghini admet que le règlement LMDh "change la donne"

partages
commentaires
Lamborghini admet que le règlement LMDh "change la donne"
Par :
14 févr. 2020 à 07:45

Les dirigeants de Lamborghini surveillent le développement du règlement commun appliqué entre le WEC et l'IMSA, dont le rapprochement est qualifié par la marque italienne d'une "opportunité excitante" qui "change la donne".

Lors du Rolex 24 le mois dernier, les dirigeants de l'IMSA et de l'ACO ont annoncé une nouvelle réglementation pour 2022, autorisant la nouvelle catégorie LMDh de l'IMSA à courir aux côtés du règlement Hypercar de la FIA, tout en visant un tronc commun pour 2025. À la suite de ces annonces, le directeur compétition de Lamborghini, Giorgio Sanna, a déclaré à Motorsport.com que le timing pourrait coïncider avec celui d'une extension des activités de la marque, pour le moment engagée en GT3 et GTD en Europe et en Amérique, ainsi que dans le Super Trofeo. Dirigé par l'ancien directeur de Ferrari, Stefano Domenicali, le constructeur a enregistré des ventes record en 2019 avec une augmentation des livraisons de 43%.

"Clairement, le nouveau DPi [LDMh] est une plateforme intéressante, comme l'est le règlement Hypercar pour le WEC", a déclaré Sanna. "C'est une des catégories que nous regardons avec intérêt en vue d'une possible implication à l'avenir. Mais aujourd'hui, rien n'est décidé, c'est juste une évaluation que nous continuerons de faire. Nous devrons décider quand viendra le meilleur moment [de s'engager]."

"La plateforme IMSA est très stratégique pour nous car l'Amérique du Nord est notre marché numéro 1. Et donc, avoir réussi à gagner trois années de suite à Daytona [en catégorie GTD], tout en développant le Super Trofeo, cela représente un très bon outil marketing. Ça permet de promouvoir la marque et sa présence, ainsi que son côté sportif, au sein du marché le plus important que nous ayons au monde."

Lire aussi :

Interrogé sur l'objectif d'une convergence à long terme entre les règles des deux disciplines, Sanna s'est montré positif : "Oui, absolument. C'est une chose que tous les constructeurs demandent avec insistance depuis plusieurs années. Il est fondamental d'avoir la plateforme la plus solide possible dans le milieu de l'Endurance pour avoir ce genre de synergie. Nous sommes vraiment heureux, de notre point de vue, mais aussi pour les fans. Pour nous, il est essentiel d'avoir une plateforme globale qui soit éligible pour courir dans le monde entier, car nous sommes un acteur [à cette échelle]."

La convergence prévue permettrait aux constructeurs de courir à la fois en IMSA et en WEC, et notamment en pouvant participer aux 24 Heures du Mans : "Le Mans est le rêve de beaucoup de constructeurs, de nombreuses équipes et de nombreux pilotes", poursuit Sanna. "Nous devons conserver la même passion et évoluer étape après étape. Mais clairement, nous sommes jeunes, nous avons le temps de nous motiver, donc il n'y a pas d'urgence ! Nous cherchons toujours de nouvelles opportunités. Mais nous ne devons pas oublier que Squadra Corse [la division compétition de Lamborghini] est née il y a tout juste six ans, et nous sommes vraiment jeunes."

Le directeur technique de Lamborghini enthousiaste

Maurizio Reggiani, le directeur technique de Lamborghini, était également à Daytona. Il a la responsabilité pour toutes les créations routières et sportives, il est membre du conseil d'administration de l'entreprise, et a été vu en discussions avec le président de l'IMSA, John Doonan, et d'autres dirigeants de la marque. Au Salon de Francfort, Lamborghini a révélé la Sián, une hypercar à moteur hybride dont seulement 63 exemplaires seront fabriqués. Lors des World Finals du Super Trofeo en octobre, Squadra Corse a également dévoilé un teaser vidéo d'une hypercar à moteur V12 de 6,5 litres qui sera présentée en ce début d'année et délivrera 840 chevaux.

"Nous fabriquons des supercars, et nous sommes un constructeur d'hypercars", a déclaré Reggiani à Motorsport.com. "Pour moi, il est important de comprendre quelles sont les limites [du règlement technique] et en sachant cela, nous déciderons si [un engagement] a du sens. Disons que nous sommes assis au bord de la rivière et que nous attendons de voir ce qui est dans l'eau, pour décider si nous voulons pêcher ou si c'est juste de l'eau. Il faudra attendre Sebring [où des précisions seront apportées] pour que nous puissions faire une annonce."

Lire aussi :

Reggiani explique que la plateforme GT3, appelée GT Daytona en IMSA, a "vraiment ouvert la porte aux constructeurs européens pour qu'ils roulent aux États-Unis". Il espère voir ce modèle reproduit à l'échelle de la première catégorie à l'avenir : "C'est un énorme succès, et je pense que ce qu'ils veulent faire avec le [nouveau] DPi est similaire. Les constructeurs investissent en sport automobile à l'échelle mondiale et non pour un pays. Et l'accord entre l'IMSA et l'ACO est futé, c'est la solution la plus intelligente. Nous savons que les coûts peuvent augmenter, donc il est important de les contrôler d'un point de vue politique et de s'en tenir à nos règles."

Interrogé sur la possibilité de voir Lamborghini aller concourir pour la victoire aux 24 Heures du Mans, Reggiani poursuit : "Je pense que c'est ce qui est sexy dans cette offre de l'IMSA et l'ACO. Avec la même voiture, vous pouvez prendre part aux courses les plus prestigieuses au monde. Pour chaque constructeur, si vous décidez de vous investir, vous pouvez capitaliser en Amérique et en Europe, je pense que c'est le plus gros changement que l'on ait connu en sport automobile. C'est une opportunité super excitante, et nous aurons besoin de voir à quel point ça se rapproche de notre vision de la course automobile."

Article suivant
Ferrari pense au LMDh : "C'est parfait pour nous"

Article précédent

Ferrari pense au LMDh : "C'est parfait pour nous"

Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 heures du Mans , WEC , IMSA
Auteur Charles Bradley