EL - Porsche devant Toyota au milieu du casse-tête pneumatique

La Porsche #1 de Jani-Lotterer-Tandy a signé le meilleur chrono de la séance d'essais libres des 24 Heures du Mans, marquée par une forte chaleur et un gros travail à mener sur le plan pneumatique.

EL - Porsche devant Toyota au milieu du casse-tête pneumatique
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
Problèmes pour la #7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
Vue détaillée des freins : Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid
#35 Signatech Alpine A470 Gibson : Pierre Ragues, Andre Negrao, Nelson Panciatici
#66 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT : Olivier Pla, Stefan Mücke, Billy Johnson
#35 Signatech Alpine A470 Gibson : Pierre Ragues, Andre Negrao, Nelson Panciatici
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#93 Proton Competition Porsche 911 RSR : Patrick Long, Abdulaziz Al Faisal, Mike Hedlund
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#51 AF Corse Ferrari 488 GTE : James Calado, Alessandro Pier Guidi, Lucas di Grassi
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#26 G-Drive Racing Oreca 07 Gibson : Roman Rusinov, Pierre Thiriet, Alex Lynn
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid : Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley
Porsche Team Porsche 919 Hybrid
#26 G-Drive Racing Oreca 07 Gibson : Roman Rusinov, Pierre Thiriet, Alex Lynn
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid : Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley
#34 Tockwith Motorsports Ligier JS P217 Gibson: Nigel Moore, Philip Hanson, Karun Chandhok
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid : Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE : Davide Rigon, Sam Bird, Miguel Molina
#92 Porsche Team Porsche 911 RSR : Michael Christensen, Kevin Estre, Dirk Werner
#36 Signatech Alpine A470 Gibson : Gustavo Menezes, Romain Dumas, Matt Rao
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
La photo officielle des pilotes
#98 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage: Paul Dalla Lana, Pedro Lamy, Mathias Lauda
#60 Clearwater Racing Ferrari 488 GTE: Richard Wee, Alvaro Parente, Hiroki Katoh

B.D., B.V., Le Mans - Difficile de trouver un autre qualificatif à l'attitude de Porsche et Toyota dans cette séance que celui de "studieux". Dans des conditions particulièrement chaudes, avec 31°C dans l'air à 16 heures, les deux cadors du LMP1 n'ont pas chômé à l'occasion des quatres premières heures d'essais libres. Car si tout roulage est précieux sur le tracé non-permanent du Mans, il l'était d'autant plus dans ces conditions qui pourraient être très représentatives de celles attendues en course. Et avec un mercure grimpant autant, la préoccupation se situe inévitablement du côté des pneumatiques. "On est un peu au-dessus de la fenêtre, et on n'a pas de gomme plus dure pour s'adapter à cette chaleur", avait prévenu André Lotterer.

Preuve du travail axé sur le rythme de course, on est également resté loin du chrono de référence établi en 3'18 par Kamui Kobayashi lors de la Journée Test. Les pilotes du constructeur japonais ont été les premiers en action lors de la première demi-heure, mais se "contentant" d'un tour le plus rapide en 3'22"049, signé à bord de la TS050 Hybrid #9. À la mi-séance, on se retrouvait ainsi avec les cinq protos LMP1 d'usine réunis en 3'22. Prometteur, si tel est le rythme de course ce week-end.

Comprendre comment faire tenir la gomme par des températures si élevées a clairement été le point central de la séance. "C'est assez dur aujourd'hui dans la voiture, notamment avec les pneus", commentait Lotterer à sa descente de voiture. "Tout le monde est en difficulté. Nous essayons de trouver le rythme malgré beaucoup de trafic. Le rythme n'est pas encore bon, mais nous y venons."

Kobayashi sonne la charge, Jani répond

En effet, le rythme s'est élevé durant la dernière heure et demie, d'abord avec un 3'21"687 réalisé par Earl Bamber sur la Porsche #2. Ce à quoi a répondu Toyota peu avant les trente dernières minutes de roulage, par l'inévitable Kobayashi, avec un chrono de 3'20"966. Peu de temps après, le Japonais a visiblement testé un peu plus les limites de sa machine, perdant le contrôle à la sortie du raccordement pour un tête-à-queue finalement sans gravité. À noter l'alerte mécanique dès le début de séance sur cette #7, pour ce qui ressemblait fortement à des problèmes de surchauffe des freins à l'avant, sans toutefois perdre trop de temps au box.

 

Porsche ne s'en est pas laissé conter, reprenant la tête de la feuille des temps par l'intermédiaire de Neel Jani au volant de la 919 Hybrid #1. Toujours détenteur du record absolu du circuit, datant de 2015, le Suisse a coupé la ligne d'arrivée en 3'20"362. Avec la baisse de la température, on ira peut-être plus vite ce soir à l'occasion de la première séance qualificative. 

ORECA domine le LMP2

En LMP2, les ORECA ont assis leur domination en début de séance, monopolisant le top 10 après 90 minutes d'essais. Cette hiérarchie s'est confirmée sur l'ensemble de ces essais libres, puisqu'on retrouve neuf ORECA aux avant-postes au drapeau à damier, avec le meilleur temps de la #26 engagée par G-Drive Racing en 3'30"363.

Les Dallara disposaient d'un nouveau package dont les résultats ne semblent pas indiquer qu'il a porté ses fruits, même si l'on ne peut pas tirer de conclusions à partir de l'unique chronomètre.

"La raison pour laquelle nous étions à trois secondes [lors de la Journée Test], c'est parce que nous étions un peu trop rapides en ligne droite et pas assez dans les virages. Pour aujourd'hui, le choix est différent ; nous espérons être compétitifs", commentait Rubens Barrichello, qui pilote la Dallara #29 du Racing Team Nederland, avant la séance.

Trois LMP2 n'ont pas effectué le moindre tour chronométré lors de la première heure : l'ORECA #21 engagée par DragonSpeed, la #22 engagée par G-Drive et l'Alpine #36. Il a même fallu attendre 1h54 pour la première marque temporelle de l'ORECA #22. Ces trois voitures ont toutefois rattrapé leur retard par la suite, en matière de roulage. Quant à la Ligier #49 du team ARC Bratislava, elle est partie à la faute à la sortie de la chicane Dunlop aux mains de Miroslav Konopka. Enfin, la Dallara #47 engagée par Cetilar Villorba Corse est partie à la faute à la sortie de Mulsanne en toute fin de séance, entraînant une longue slow zone.

Ferrari en tête en GTE, Lamy impressionne

Du côté du GTE Pro, c'était plutôt serré entre Ford, Ferrari et Aston Martin. Alors que l'Aston #95 se faisait remarquer par une crevaison avec Richie Stanaway à son volant, c'est un quatuor de Ferrari et d'Aston Martin qui a pris les devants sur la feuille des temps, avec un 3'54"832 de la Ferrari #71 pilotée par Sam Bird. Les Porsche, en revanche, sont complètement en retrait.

"C’est une grande différence au niveau de la vitesse, mais ce n’est pas plus facile de rouler avec une GT ici", déclare Marcel Fässler, ancien pilote Audi LMP1, dont la #64 est restée dans le ventre mou du classement. "Je connais l’équipe Corvette depuis 2009, j’ai déjà roulé ici avec eux. On regarde pour la course, on essaie différentes choses sur la voiture pour être prêts pour samedi. On aimerait gagner ici, c’est clair. C’est le but de Corvette."

En GTE Am, les chronos de la Journée Test ont rapidement été battus : la Corvette #50 de Larbre Compétition a tourné en 3'58"234 dans la première heure. Cette voiture est toutefois partie en tête-à-queue à la sortie des virages Porsche, avec Christian Philippon au volant, et a endommagé le mur de pneus. Par conséquent, elle n'a pu parcourir que 20 tours dans cette séance.

 

Son temps de référence a ensuite été battu par la Ferrari #60 engagée par Clearwater Racing, avec Hiroki Katoh en 3'57"797. La #60 a toutefois subi une crevaison par la suite avant d'échouer dans les graviers à Mulsanne, à une minute du drapeau à damier.

Enfin, Pedro Lamy a signé un tour canon en 3'56"082 au volant de l'Aston Martin #98, ce qui lui a permis d'aisément prendre la première place du GTE Am en battant la moitié des GTE Pro au passage.

 24 Heures du Mans - Essais Libres

  # Cat. Équipe Pilotes Temps Trs
5 1 LMP1 Porsche Team

Neel Jani
André Lotterer
Nick Tandy

3'20"362 50
2 7 LMP1 Toyota Gazoo Racing

Mike Conway

Kamui Kobayashi

Stéphane Sarrazin

3'20"966 51 
4 2 LMP1 Porsche Team

Timo Bernhard

Earl Bamber

Brendon Hartley

3'21"687 56 
1 8 LMP1 Toyota Gazoo Racing

Anthony Davidson

Kazuki Nakajima

Sébastien Buemi

3'21"775 50 
3 9 LMP1 Toyota Gazoo Racing

Nicolas Lapierre
José María López

Yuji Kunimoto

3'21"975 54 
6 4 LMP1 ByKolles Racing

Oliver Webb

Dominik Kraihamer

Marco Bonanomi

3'27"828 24 
7 26 LMP2 G-Drive Racing

Roman Rusinov

Pierre Thiriet

Alex Lynn

3'30"363 47 

⇒ Les résultats complets sont ici

partages
commentaires
24 Heures du Mans : records imbattables et records à battre
Article précédent

24 Heures du Mans : records imbattables et records à battre

Article suivant

Ricky Taylor : "Encore beaucoup à faire" sur la Riley

Ricky Taylor : "Encore beaucoup à faire" sur la Riley
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021