Confus, Toyota fait profil bas et promet de revenir

Le président du constructeur japonais a réagi au nouvel échec de la marque aux 24 Heures du Mans, mais l'heure ne semble pas à un renoncement en vue de l'année prochaine.

Confus, Toyota fait profil bas et promet de revenir
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
Les membres de Toyota Racing après l'abandon de la #7
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
La porte du garage de la #7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin after retirement
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Stéphane Sarrazin
Nicolas Lapierre, Toyota Gazoo Racing, après son abandon
Podium LMP1 : les vainqueurs Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley, Porsche Team, les deuxièmes, Sébastien Buemi, Anthony Davidson, Kazuki Nakajima, Toyota Gazoo Racing
Nicolas Lapierre, Toyota Gazoo Racing, après l'abandon
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
Un membre du Toyota Racing réagit à l'abandon de la #7.
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#99 Beechdean AMR Aston Martin Vantage GTE: Andrew Howard, Ross Gunn, Oliver Bryant, #8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima

B.D., Le Mans - Arrivé au Mans en favori désigné – et auto-désigné –, Toyota quitte une nouvelle fois la Sarthe bredouille. Pour la première fois de son ère moderne, le constructeur japonais avait aligné trois voitures aux 24 Heures du Mans pour éviter les déconvenues des éditions précédentes. Rien n'y a fait, et la seule TS050 Hybrid à l'arrivée a dû se contenter d'une neuvième place très loin de pouvoir satisfaire la marque.

Si c'est un accrochage qui a éliminé la #9 de Lapierre-Lopez-Kunimoto, ce sont des ennuis techniques qui ont éclipsé les espoirs de victoire des deux autres équipages. Un embrayage défaillant du côté de la #7 a contraint le poleman historique, Kamui Kobayashi, à mettre pied à terre, tandis qu'un très long moment au stand pour changer le système hybride du train avant a affecté la #8.

Une technologie "pas prête" pour 24 heures ?

Dans cette course folle, le LMP1 et sa technologie de pointe ont eu toutes les peines du monde à tenir leur rang, laissant même le prototype LMP2 du Jackie Chan DC Racing mener dans les dernières heures de course, jusqu'à la remontée victorieuse de la Porsche #2. Dans les rangs de Toyota, cet échec cuisant a suscité une longue réaction du président de la marque, Akio Toyoda, conscient de l'image qui a pu se ternir parmi l'élite de l'Endurance.

"Toyota n'a pas été capable de proposer le type de bagarre qui aurait captivé les fans, comme ce fut le cas l'an dernier", regrette-t-il profondément. "Cette fois, que ce soit Porsche et nous, Toyota, n'avons pas été capables de courir 24 heures complètes sans incident avec les voitures hybrides que nous alignons au Mans. La voiture #2 victorieuse comme notre #8, qui a terminé la course, ont dû perdre du temps pour des réparations, avant d'avoir du mal à franchir la ligne d'arrivée. Tandis que la technologie hybride qui a progressé au sein de la concurrence en FIA WEC prouve ses aptitudes dans des courses de six heures, il se peut qu'elle ne soit pas prête pour la longue distance des 24 Heures du Mans."

Derrière ce mea culpa, Toyota promet de persévérer pour triompher enfin sur le double tour d'horloge sarthois, le compte Twitter affichant notamment un très clair "We'll be back".

 

"Le Mans est un laboratoire précieux, dans lequel nous pouvons continuer à relever les défis liés aux technologies impliquées, placer de telles technologies à l'épreuve d'un environnement extrême", insiste Akio Toyoda. "Nous allons perfectionner nos technologies et les faire mûrir pour fournir à nos clients des technologies qui leur donneront le sourire. Et nous, Toyota, fournirons des efforts afin de pouvoir continuer à faire des voitures toujours meilleures. Nous vous invitons à vous montrer impatients de voir ce que nous serons capables d'accomplir."

partages
commentaires
Une Porsche #1 cajolée, en vain
Article précédent

Une Porsche #1 cajolée, en vain

Article suivant

Thomas Laurent, 19 ans et 2e des 24H... avec une LMP2 !

Thomas Laurent, 19 ans et 2e des 24H... avec une LMP2 !
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021