Quartararo en difficulté et "très à la limite pour rien"

Fabio Quartararo juge sa performance "incompréhensible" après les qualifications du Grand Prix de Valence, où il n'a pu faire mieux que huitième, très loin de la vitesse qu'il affichait sur ce circuit il y a deux ans.

Quartararo en difficulté et "très à la limite pour rien"

Fabio Quartararo a été l'homme fort des qualifications cette saison, ce que confirme le classement final du BMW M Award, qu'il remporte avec un score final de 318 points, et pourtant il a terminé les dernières qualifs de l'année avec la moue des mauvais jours. Il y a deux ans, il signait ici-même une superbe pole position avec un chrono en 1'29 devenu rarissime depuis que Jorge Lorenzo a enregistré le record absolu de la piste en 2016, mais aujourd'hui sa performance est restée bien plus modeste, sans qu'il parvienne à comprendre pourquoi.

Vendredi, déjà, le Français se disait "totalement perdu" après les premiers essais libres, dans l'incapacité d'expliquer son 11e temps tout comme une chute qui avait perturbé la seule séance sèche du jour, et déplorant le comportement agressif de sa Yamaha. Aujourd'hui, il a d'abord dédié les EL3 à une longue évaluation du pneu avant medium et, malgré un time attack en conclusion de la séance, il a dû se contenter d'une modeste neuvième place.

Passé par la suite à la gomme avant dure, il a semblé avoir trouvé la solution et s'est hissé au deuxième rang des EL4, juste avant les qualifications. Pourtant, Quartararo ressentait malgré tout des problèmes de tenue de son pneu durant cette séance et, dans la foulée, la chasse au chrono n'a pas livré le résultat escompté et il a dû se contenter de la huitième place.

"Entre les EL3 et les EL4, on est passé sur le pneu avant dur et j'ai eu de meilleures sensations, mais en qualifs je n'avais tout simplement pas de sensation ni de soutien dans l'avant. La moto tournait très mal et je n'ai pas réussi à faire un tour. J'ai fait deux tours en 1'30"6 et on aurait dit que j'étais en quête de la pole position ! Je me suis senti très à la limite pour rien", décrit-il.

Lire aussi :

"Pour être honnête, on est en mauvaise situation à l'heure actuelle. Je ne sais pas si ça vient de la piste ou pas, mais il y a deux ans on avait réussi à afficher un bien meilleur rythme, j'avais roulé en 1'29, et l'année dernière Franco [Morbidelli] avait roulé en 1'30"0, or [aujourd'hui] on est tous les deux sept dixièmes plus lents", constate Quartararo.

"Je ne suis vraiment pas content de la manière dont se sont passées les choses et j'aimerais comprendre pourquoi, parce qu'au freinage, le pneu hard est déjà trop tendre. C'est dur à comprendre et j'aimerais savoir pourquoi j'ai eu d'aussi mauvaises sensations aujourd'hui."

Le Français, qui n'a plus été en pole depuis le Grand Prix de Catalogne, a donc à nouveau manqué les deux premières lignes, comme lors des deux week-ends précédents. Et il a assisté impuissant à la prise de pouvoir de Ducati sur une piste censée ne pas correspondre à la Desmosedici.

"Quand on a quatre pilotes dans le top 5, je pense que c'est un petit peu une piste Ducati actuellement ! Tous ces pilotes sont très rapides, mais le truc c'est qu'il y a deux ans on a décroché la pole et on faisait de petits 1'30 en qualifs, or maintenant faire 1'30 c'est juste un cauchemar. C'est dur de comprendre ce qui se passe. Il nous manque beaucoup de choses alors je suis curieux de voir pourquoi on est aussi loin."

"C'est sûr que le pneu avant ne nous aide pas sur cette course mais, sincèrement, on ne peut pas être à sept dixièmes par rapport à il y a deux ans. Ce qui se passe en ce moment est incompréhensible, surtout sur ce circuit. Quant au rythme de course, en EL4 on n'était pas si mauvais que ça mais plus on fait de tours plus on a de mal : le pneu avant devient un chewing-gum, et c'est le pneu dur donc c'est dur à comprendre."

"Franchement, c'est assez étrange et triste de ne pas arriver à savoir ce qui s'est passé. Il faut qu'on comprenne parce que demain ce sera une longue course et je ne sais toujours pas pourquoi on est aussi lents", regrette le Champion du monde, qui tente malgré tout de se préserver face à ce week-end mal embarqué : "L'année dernière, je voulais trop me mettre dans ce qui était réglages et tout ça, donc j'essaye de ne pas trop me concentrer là-dessus et d'oublier un petit peu."

partages
commentaires

Voir aussi :

Qualifs - Pole de Jorge Martín et mainmise Ducati !
Article précédent

Qualifs - Pole de Jorge Martín et mainmise Ducati !

Article suivant

Johann Zarco satisfait malgré un dernier tour perdu

Johann Zarco satisfait malgré un dernier tour perdu
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021