Itinéraire en suspens et avenir incertain pour le Wales Rally GB

L'inquiétude plane quant à l'avenir de la manche britannique du Championnat du monde des Rallyes, après que la FIA a retardé sa décision de donner son feu vert au parcours de l'édition 2018.

Itinéraire en suspens et avenir incertain pour le Wales Rally GB
Hayden Paddon, Sebastian Marshall, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Mads Ostberg et Jonas Andersson, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Khalid Al-Qassimi, Chis Patterson, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Volkswagen Motorsport, Polo R WRC
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport
Esapekka Lappi, Janne Ferm, Toyota Yaris WRC, Toyota Racing
Stéphane Lefebvre et Stéphane Prévot, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Mads Ostberg et Jonas Andersson, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Stéphane Lefebvre et Stéphane Prévot, Citroën DS3 WRC, Citroën World Rally Team
Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, Volkswagen Polo WRC, Volkswagen Motorsport

La fédération s'inquiète du fait que la spéciale Great Orme - Llandudno puisse faire office de Power Stage lors de la dernière étape du rallye prévu en octobre. Le règlement WRC stipule que cette spéciale mettant en jeu des points bonus doit être "représentative du rallye", un critère que la FIA estime ne pas être rempli dans ce cas précis.

Si le parcours devait intégrer Llandudno, le Championnat du monde arpenterait pour la première fois les rues – fermées – d'une ville britannique. Le Pays de Galles, à qui cela apporterait un bénéfice majeur, semble peser dans la balance après avoir œuvré politiquement afin que la législation sur les routes fermées soit mise en place à temps pour que cet événement puisse avoir lieu, tout en allouant des fonds supplémentaires pour s'assurer que les vues d'hélicoptère de la spectaculaire côte nord du Pays de Galles soient diffusées dans le monde entier grâce à la Power Stage.

Une source bien placée a indiqué à Motorsport.com : "Les retombées potentielles sont énormes. Le Pays de Galles est absolument en ébullition pour cela, c'est véritablement perçu comme une formidable façon de mettre en valeur certaines de ses plus belles côtes. N'oubliez pas que le rallye a été déplacé au tout début du mois d'octobre, ce qui signifie que le potentiel est grand d'avoir une superbe météo, beaucoup de monde et d'incroyables vues d'hélicoptère."

"Personne ne se fait d'illusions ici, les organisateurs sont conscients que Great Orme est une spéciale à la nature différente du reste du parcours, mais le problème ici porte vraiment sur un règlement confus. Si des spéciales asphalte ne peuvent être utilisées lors de rallyes terre, alors pourquoi une dérogation a-t-elle été accordée pour une telle spéciale lors de chacune de ces cinq dernières années ? Le problème ce sont les dérogations, surtout lorsqu'une telle part des arguments est totalement subjective. Et en ce qui concerne le fait que la Power Stage rapporte cinq points, est-ce qu'une de ces spéciales de fin [de rallye] de 10 km vaut vraiment ces points ? La Power Stage est une création promotionnelle et devrait être traitée comme telle."

Par ailleurs, la promotion de la spéciale de Great Orme et les quelque 30'000 spectateurs potentiels qui seraient attendus dans les rues de Llandudno pourraient aider à garantir la prolongation du soutien du Pays de Galles à la manche britannique du WRC, alors que le contrat actuel de trois ans avec le pays prend fin cette année.

La sécurité en question

D'après les informations de Motorsport.com, les équipes sont indécises sur ce projet de Power Stage, certains pointant du doigt les dangers de la spéciale de Great Orme, dont le tracé en altitude borde la Mer d'Irlande.

Cette source a ajouté : "Vraiment ? C'est trop dangereux ? Nous venons d'aller en Corse et les gens disent que Great Orme est dangereuse…"

Un responsable d'équipe a par ailleurs indiqué à Motorsport.com : "Je ne comprends pas quel est le problème… Nous avons la chance de faire quelque chose d'exceptionnel, qui va véritablement mener le rallye vers les gens et les pilotes se plaignent. Les pilotes sont professionnels, ils devraient faire leur job : piloter là où leurs copilotes leur disent d'aller et laisser les organisateurs gérer les rallyes."

"Si cela ne se faisait pas, ce serait une décision stupide de la FIA et une énorme opportunité manquée pour le promoteur. Parfois, je ne comprends pas ce sport, on se demande pourquoi on resterait cachés derrière les arbres."

partages
commentaires
Citroën fait appel à Østberg pour deux rallyes

Article précédent

Citroën fait appel à Østberg pour deux rallyes

Article suivant

Evans retrouve son copilote pour le Rallye d'Argentine

Evans retrouve son copilote pour le Rallye d'Argentine
Charger les commentaires