Le WRC n'attend plus de nouveau constructeur avant 2024

Des constructeurs continuent d'étudier la nouvelle réglementation hybride du WRC mais le directeur Rallye de la FIA, Yves Matton, ne s'attend plus à voir l'un d'entre eux rejoindre la discipline avant 2024.

Le WRC n'attend plus de nouveau constructeur avant 2024

Le WRC entrera l'année prochaine dans un nouveau cycle avec la réglementation Rally1 qui proposera de nouvelles autos plus rapides, équipées d'un système hybride de 100 kW et d'une cellule de survie mieux sécurisée pour le pilote et le copilote. Hyundai, Toyota et Ford (via M-Sport) ont renouvelé leur engagement dans le championnat sous l'égide du nouveau règlement, mais l'espoir est de voir d'autres constructeurs se joindre à eux grâce à l'attrait de la technologie hybride.

Lire aussi :

Il y a quelques mois, Yves Matton avait confirmé à Motorsport.com qu'il espérait accueillir un nouveau constructeur, indiquant ensuite que plusieurs marques continuaient de demander des détails afin d'évaluer un engagement futur. Cependant, compte tenu du temps nécessaire pour développer un programme Rally1 en partant d'une feuille blanche, l'ancien patron de Citroën WRC ne s'attend désormais plus à voir un nouvel acteur s'impliquer avant 2024. Il a également reconnu que si le WRC n'avait pas franchi le pas de l'hybride, le risque de perdre Hyundai, Toyota et Ford aurait été grand.

"Il est certain que, sans la technologie hybride, je crois qu'aucun des constructeurs actuels n'aurait été vraiment intéressé pour s'impliquer à l'avenir", explique Yves Matton à Motorsport.com. "Ils ont besoin de la technologie hybride pour que le rallye reste un bon outil marketing pour eux. Je peux vous dire que d'autres constructeurs regardent la réglementation, pour l'instant ils l'étudient. Ils ne conçoivent pas de voiture, ils cherchent à comprendre comment ces nouvelles voitures pourraient intégrer leur plan marketing."

"Je dirais que, selon moi, 2023 est trop proche. Je pense que le temps minimum qu'il faut pour faire quelque chose est de deux ans. Le fait qu'ils restent en contact avec la catégorie et qu'ils entrent davantage dans les détails montre qu'il y a un certain intérêt. S'il y a de l'intérêt, alors pour moi il y a de l'espoir."

Des trois marques engagées pour 2022, Ford est la seule qui ne le fait pas sous la forme d'un programme d'usine complet. Le constructeur à l'ovale a toutefois accentué ces dernières années le soutien qu'il apporte M-Sport. Yves Matton a répété que Ford se concentrait davantage sur le WRC et était fortement impliqué dans le développement de la voiture Rally1 de M-Sport.

"De ce que je sais, Ford est profondément impliqué dans le développement de la nouvelle voiture et nous avons un représentant de Ford au sein des différents groupes de travail, alors ça montre qu'ils sont vraiment intéressés par cette nouvelle voiture et par la prochaine génération", répond-il quant à l'intérêt que pourrait avoir Ford à revenir avec un programme d'usine. "Ils seront très proches de M-Sport à l'avenir."

Malgré son envie d'attirer de nouvelles marques, le WRC est satisfait du trio qui s'est engagé pour les trois prochaines années.

"Nous ne nous plaignons pas avec trois constructeurs", assure Yves Matton. "Bien sûr, s'il y en a plus c'est mieux, mais si l'on se souvient bien, nous n'en avions que deux dans le championnat il y a plusieurs années, et nous avons connu des années avec quatre constructeurs. Le plus important était d'abord de se stabiliser avec trois constructeurs, de les laisser s'engager pour trois ans, ce qui n'est jamais arrivé auparavant, ce qui donne aussi une certaine valeur pour de potentiels nouveaux arrivants qui ne se retrouveront donc pas seuls."

partages
commentaires
Solberg va disputer le Safari Rally avec Hyundai

Article précédent

Solberg va disputer le Safari Rally avec Hyundai

Article suivant

Le WRC veut poser ses roues aux États-Unis dès 2022

Le WRC veut poser ses roues aux États-Unis dès 2022
Charger les commentaires