Yann Ehrlacher : "C'est comme cela que l'on apprend"

S'il a connu un week-end des plus frustrants pour ses débuts en WTCC à Marrakech, Yann Ehrlacher (Lada) a fait montre d'une belle pointe de vitesse au volant de sa Lada Vesta privée, qu'il entend bien mettre à profit lors des prochaines courses.

Yann Ehrlacher : "C'est comme cela que l'on apprend"
Yann Ehrlacher, RC Motorsport, Lada Vesta
Yann Ehrlacher, RC Motorsport, Lada Vesta
Yann Ehrlacher, RC Motorsport, Lada Vesta
Yann Ehrlacher, RC Motorsport, Lada Vesta
Yann Ehrlacher, RC Motorsport, Lada Vesta
Yann Ehrlacher, RC Motorsport, Lada Vesta
Yann Ehrlacher, RC Motorsport, Lada Vesta
Yann Ehrlacher, RC Motorsport, Lada Vesta
Yann Ehrlacher, RC Motorsport, Lada Vesta

Autre rookie du Championnat WTCC avec Aurélien Panis, Yann Ehrlacher s'était distingué lors des essais officiels de Monza en mars dernier, où il avait signé le troisième meilleur chrono lors de la session de l'après-midi de la première journée.

À Marrakech, à l'occasion de l'ouverture de la saison, le pilote du RC Motorsport a pris méthodiquement ses marques, et aurait bien pu signer un gros coup dès sa première course dans la discipline, sans quelques erreurs liées à son inexpérience durant les qualifications.

En effet, après s'être mis en jambes lors des deux séances d'essais libres, le jeune Alsacien, neveu d'Yvan Muller, passait l'écueil de Q1 pour poursuivre son effort en Q2. Là, il était proche de signer un chrono susceptible de le faire passer en Q3 (réservée au cinq meilleurs chronos), mais une petite erreur dans le dernier virage de son tour rapide lui coûtait de précieux dixièmes, et le pilote Lada se contentait finalement du dixième meilleur chrono.

Un mal pour un bien puisque ce résultat lui permettait d'hériter de la pole position pour la course d'ouverture grâce à la règle de la grille inversée, un avantage majeur sur le circuit urbain de Marrakech où les dépassements relèvent de l'impossible.

Mais Ehrlacher connaissait une nouvelle désillusion lorsqu'il voyait son chrono annulé pour n'avoir pas observé le contrôle de pesage à l'issue de la séance, après une incompréhension avec les délégués techniques. Le jeune tricolore était relégué en fond de grille pour le départ des deux courses…

Piégé au départ de la course d'ouverture

Pire encore au départ de la course d'ouverture, où la Lada jaillissait parfaitement de son emplacement, mais ne pouvait éviter la Citroën C-Elysée de John Filippi à l'arrêt. Roue avant droite endommagée, Ehrlacher était contraint à l'abandon.

Enfin, après une réparation expresse de la part du RC Motorsport, Ehrlacher pouvait s'aligner au départ de la course principale et se montrait prudent dans les premiers tours, se positionnant aux portes des points, au 11e rang. Mais, au volant d'une Lada encore mal remise de son choc au départ de la première manche, il ne pouvait défendre sa position, et perdait une place au profit de… John Filippi, qui profitait d'un tout droit de la Lada en raison d'un blocage de sa direction assistée.

Ehrlacher terminait 12e, forcément frustré, mais avec la volonté de revenir encore plus fort lors de la prochaine manche du WTCC, fin avril sur le circuit de Monza.

"Les résultats viendront avec le travail"

"Je garderai le positif de ce week-end, et notamment ma performance en qualifications", commentait-il à Motorsport.com après la course. "Maintenant il faut que je progresse encore sur mon pilotage en course, et éviter les erreurs comme au départ de la première manche."

"On ne sait évidemment pas ce qui se serait passé si j’avais pu partir de la pole position, beaucoup de choses auraient pu se passer entre le départ et l’arrivée, mais il est certain que si j’étais parti devant plutôt que du fond de la grille, ce qui m’est arrivé dans la course 1 ne se serait pas produit."

"J’ai fait quelques erreurs ce week-end, mais c’est comme cela que l’on apprend, il y a tellement de choses à assimiler, le circuit, le championnat… Au final, je vais retenir tout ce que j’ai appris car je partais de zéro. Là, j’ai passé un step pour préparer Monza. Les résultats viendront avec le travail."

À noter que Yann Ehrlacher était en piste le week-end dernier à Silverstone pour l'ouverture de l'ELMS, où il pilotait la Norma M30 du Yvan Muller Racing aux côtés de Ricky Capo et Erwin Creed, les trois hommes concluant l'épreuve au dixième rang.

partages
commentaires
Aurélien Panis : "Je ne m'attendais pas à galérer autant"
Article précédent

Aurélien Panis : "Je ne m'attendais pas à galérer autant"

Article suivant

Guerrieri-Girolami : l'Argentine encore au top en WTCC !

Guerrieri-Girolami : l'Argentine encore au top en WTCC !
Charger les commentaires