Nestor Girolami espère des jours meilleurs à Vila Real

Le pilote argentin, qui n'a pu marquer de points lors des trois dernières courses, compte profiter de ses aptitudes sur les circuits en ville pour se remettre en selle.

Nestor Girolami espère des jours meilleurs à Vila Real
Nestor Girolami, Polestar Cyan Racing, Volvo S60 Polestar TC1
Nestor Girolami, Polestar Cyan Racing, Volvo S60 Polestar TC1
Nestor Girolami, Polestar Cyan Racing, Volvo S60 Polestar TC1
The car of Nestor Girolami, Polestar Cyan Racing, Volvo S60 Polestar TC1
Nestor Girolami, Polestar Cyan Racing, Volvo S60 Polestar TC1
Nestor Girolami, Polestar Cyan Racing, Volvo S60 Polestar TC1 with the team
Nestor Girolami, Polestar Cyan Racing, Volvo S60 Polestar TC1
Nestor Girolami, Polestar Cyan Racing, Volvo S60 Polestar TC1
Charger le lecteur audio

Début avril, Nestor Girolami avait effectué des débuts étincelants chez Volvo en WTCC, ratant de peu la pole position à Marrakech pour sa première sortie de la saison, avant de décrocher une bonne troisième place dans la Course Principale.

Depuis, les choses ont tourné nettement moins en la faveur du Sud-Américain, contraint une première fois à l'abandon lors de la Course d'Ouverture à Monza (accrochage) avant de se classer cinquième de la Course Principale. Même chaud et froid à Budapest, où le natif de Cordoba a signé une quatrième place avant d'être contraint à l'abandon après un accrochage au départ.

La réussite semblait tourner pour Girolami sur la Nordschleife, lui qui menait la Course d'Ouverture lors des premiers tours avant d'être dépassé par son équipier Thed Björk, puis surtout d'être victime d'une crevaison à haute vitesse qui l'envoyait percuter violemment le rail. Un incident qui le contraignait en outre à déclarer forfait pour la Course Principale, et à repartir de l'Eifel sans avoir marqué le moindre point.

Des abandons à répétition qui ont fait chuter le pilote Volvo au classement, ce dernier occupant désormais un lointain neuvième rang alors que se profile le cap de la mi-saison.

C'est le sport automobile, parfois vous manquez de réussite, et parfois vous êtes chanceux.

Nestor Girolami

"C'est le sport automobile, parfois vous manquez de réussite, et parfois vous êtes chanceux", commente Girolami. "L'important est de rester motivé, et je le suis vraiment car je sais que j'ai la vitesse pour être devant. Vila Real est un circuit en ville très exigeant, avec à la fois des virages lents et d'autres plus rapides, des virages à l'aveugle à plus de 200 km/h. Je ferai une nouvelle fois de mon mieux et travaillerai encore plus dur avec l'équipe en vue de notre objectif, qui est de gagner les deux championnats."

Mais Girolami a des raisons d'espérer un retour aux affaires dès ce week-end à Vila Real. Le pilote Volvo est généralement à l'aise sur les circuits en ville, souvenir de ses exploits passés dans le championnat TC2000 argentin, comme en témoigne également son podium à Marrakech en avril.

Et Vila Real n'est pas un terrain inconnu pour Nestor Girolami, qui y avait signé des débuts remarqués en WTCC en 2015, avec une huitième place au volant d'une Honda Civic privée du NIKA Racing.

"J’ai beaucoup couru sur des circuits en ville en Argentine, et j’ai beaucoup aimé", poursuit-il. "Vous devez aller à la limite, et surtout un peu moins pour éviter des erreurs stupides en essais libres, et vous pouvez ensuite attaquer en qualifications car être le plus rapide en qualifications constitue 90% du week-end."

partages
commentaires
Nicky Catsburg sous pression à Vila Real
Article précédent

Nicky Catsburg sous pression à Vila Real

Article suivant

EL1 - Michelisz leader d'une séance peu banale

EL1 - Michelisz leader d'une séance peu banale
Charger les commentaires