Le Sébastien Loeb Racing en WTCC "sur du long terme"

partages
commentaires
Le Sébastien Loeb Racing en WTCC
Par : Emmanuel Rolland
25 janv. 2017 à 08:49

L'équipe de Sébastien Loeb et Dominique Heintz vise un engagement à long terme en WTCC, alors qu'elle s'apprête à aligner à nouveau trois Citroën privées en 2017.

Pole position pour Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Podium : le vainqueur Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC; le troisième, José María López, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Tom Chilton, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Podium Yokohama trophy: Le deuxième Tom Chilton, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC; le vainqueur Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC; le troisième Grégoire Demoustier, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Tom Chilton, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Tom Chilton, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Podium : le vainqueur Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC; le deuxième, Thed Björk, Polestar Cyan Racing, Volvo S60 Polestar TC1; le troisième, José María López, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Le vainqueur Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Tom Chilton, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC

Le Sébastien Loeb Racing avait déjà mis un premier pied en WTCC en 2015 en engageant pour la première fois une Citroën C-Elysée privée pour Mehdi Bennani, le pilote marocain enregistrant pour meilleur résultat cette année-là une deuxième place au Qatar.

En 2016, le SLR triplait la mise puisque, aux côtés de Bennani toujours présent, deux autres Citroën privées étaient alignées pour Tom Chilton et Grégoire Demoustier, après la réduction du programme officiel chez Citroën. Un gros challenge pour la structure basée à Soultz-sous-Forêt, dans le Bas-Rhin.

"Passer à trois voitures en WTCC constituait un cap important", a expliqué Dominique Heintz à Motorsport.com. "Par rapport à 2015, cela ne faisait pas seulement deux voitures en plus à gérer, mais cela amené l'équipe à grandir au point de vue de son personnel, puisque l'équipe WTCC du Sébastien Loeb Racing, c'est aujourd'hui 22 personnes. C'est un gros programme, avec de gros déplacements."

Pour cette année charnière dans l'histoire de l'équipe, le Sébastien Loeb Racing a atteint une nouvelle dimension, avec trois premières victoires dans la discipline, deux pour Mehdi Bennani et une pour Tom Chilton. Bennani réussissait même l'exploit de s'imposer lors de la course principale - et non grâce à la grille inversée de la course d'ouverture -, après avoir qui plus est signé sa première pole position en WTCC (et la première du Loeb Racing) devant les ténors de la discipline, notamment le champion du monde José Maria Lopez sur sa Citroën officielle.

Au final, le Sébastien Loeb Racing peut s'enorgueillir de son bilan à l'issue de la saison 2016, avec le titre des pilotes indépendants pour Mehdi Bennani, mais aussi celui des équipes privées. Bennani concluait même au 5e rang du classement général du championnat, alors que Tom Chilton se classait au 8e rang. Ce fut un peu plus compliqué pour Grégoire Demoustier, 16e à l'issue de la saison avec une 7e place pour meilleur résultat.

"En début d'année, l'objectif sportif était clair : remporter le titre des pilotes indépendants, et essayer de remporter au passage le titre par équipe", poursuit Dominique Heintz. "Et nous avons rempli nos objectifs avec ces deux titres, remporté avec la manière, avec la satisfaction d'avoir fait du bon travail. Il s'agit là de deux titres mondiaux, dont nous pouvons nous réjouir sur notre CV désormais."

"La cerise sur le gâteau était bien évidemment la dernière course au Qatar avec la victoire dans la course principale pour Mehdi Bennani, qui avait également signé la pole position".

Trois voitures en vue pour 2017 encore

Pour 2017, le Sébastien Loeb Racing sera fidèle au poste, probablement avec trois voitures, même si une quatre C-Elysée n'est pas une hypothèse à exclure. Pour l'heure, seul Tom Chilton a été officialisée pour la nouvelle saison à venir, mais la poursuite de la collaboration avec Bennani ne semble plus qu'être une formalité.

"En WTCC, l'idée est de conserver trois voitures, on y travaille très clairement", poursuit Heintz. "Tom Chilton a déjà été reconfirmé, avec Mehdi, les choses avancent de façon très concrète, et nous sommes en discussions avancées avec le troisième pilote."

"Avoir trois voitures à nouveau au départ, ce serait déjà une très bonne chose. Trouver le budget pour trois voitures pour un championnat comme celui-ci n'est pas simple. Et si l'on peut faire rouler une quatrième voiture, on ne va pas se priver, on fera ce qu'il faut si l'opportunité se présente. Mais aujourd'hui, l'objectif est trois voitures, de monter encore en performances, et d'aller chercher d'autres succès."

Après le départ de l'équipe officielle Citroën fin 2016, le Sébastien Loeb Racing aura la lourde tâche de faire briller les couleurs du constructeur français en WTCC face aux deux équipes officielles encore impliquées : Honda et Volvo, même si la présence de Lada privées n'est pas à exclure.

Pour la première fois cependant, le SLR ne sera plus l'unique équipe privée Citroën, puisque le Münnich Motorsport a officialisé l'engagement d'une C-Elysée sous ses couleurs pour le champion du monde Rob Huff.

"Citroën a affiché sa priorité, qui est de se consacrer exclusivement au WRC en 2017. Nous savons que nous bénéficierons de leur soutien technique mais, sur le terrain, ce sera à nous de nous débrouiller, à nous de nous gérer de manière autonome, même si nous poursuivrons une étroite collaboration avec Citroën".

"De nouvelles choses se profilent, vraisemblablement pour 2019. Ce n'est pas encore très clair, mais on sait que ce sera encore du très haut niveau."

Dominique Heintz insiste également sur le souhait de son équipe à demeurer sur le long terme en WTCC, un championnat qui connaît certes une phase difficile à l'heure actuelle, avec un plateau relativement réduit à prévoir en 2017.

Mais une série amenée à connaître un renouveau, de l'avis du dirigeant de l'équipe tricolore, qui fait de cette série son programme prioritaire aux côtés de celui débuté en WRC en 2016, en vue d'une probable réglementation technique commune avec le DTM d'ici quelques années, et un championnat encore plus relevé.

"Nous sommes très contents d'être en WTCC", répète Heintz. "Au niveau de l'exploitation technique, cela nous tire vers le haut, et cela nous inculque des méthodes de travail que nous pouvons appliquer en rallye."

"Le WTCC est un très bon championnat, avec un très haut niveau sportif, puisque l'on se retrouve à lutter face à des équipes d'usine. Une série performante, mais que l'on sent en phase de mutation."

"De nouvelles choses se profilent, vraisemblablement pour 2019. Ce n'est pas encore très clair, mais on sait que ce sera encore du très haut niveau. C'est pourquoi nous voulons garder un pied en WTCC sur du long terme, et voir comment les choses évolueront d'ici quelques années".

Article suivant
Tarquini - "Je suis certain d'être en supertourisme en 2017"

Article précédent

Tarquini - "Je suis certain d'être en supertourisme en 2017"

Article suivant

Aurélien Panis rejoint le WTCC

Aurélien Panis rejoint le WTCC
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WTCC
Pilotes Tom Chilton , Mehdi Bennani , Grégoire Demoustier
Équipes Sébastien Loeb Racing
Auteur Emmanuel Rolland
Type d'article Interview