WTCC - Bilan saison : La folle année Lopez

partages
commentaires
WTCC - Bilan saison : La folle année Lopez
26 déc. 2014 à 13:00

Avec dix victoires sur la saison (record absolu en WTCC), et un titre mondial acquis haut la main pour sa première année de collaboration avec Citroën Racing, et accessoirement sa première saison dans la discipline, José Maria Lopez fut incontestablement l’homme fort du championnat, devançant au final deux équipiers des plus prestigieux : Yvan Muller et Sébastien Loeb

Avec dix victoires sur la saison (record absolu en WTCC), et un titre mondial acquis haut la main pour sa première année de collaboration avec Citroën Racing, et accessoirement sa première saison dans la discipline, José Maria Lopez fut incontestablement l’homme fort du championnat, devançant au final deux équipiers des plus prestigieux : Yvan Muller et Sébastien Loeb.

En intégrant l’équipe Citroën Racing en début d’année aux côtés des deux références que constituent Yvan Muller et Sébastien Loeb (même si ce dernier effectuait sa première année en supertourisme), José Maria Lopez faisait figure d’outsider. Mais, bien vite, la pointe de vitesse et le pilotage incisif du pilote argentin, associés à une vraie force de travail et une intégration parfaite au sein de la formation française, ont permis au natif de Cordoba de se porter rapidement aux avant-postes.

Poussé chez Citroën par Eurosport Events, le promoteur du WTCC, qui lui avaient déjà permis de s’aligner au départ des deux courses argentines en 2013 (il avait alors remporté la course 2), Lopez a rapidement pris l’ascendant sur ses deux illustres équipiers.

L’ascendant psychologique surtout car, alors que Muller connaissait son lot d’infortunes en début de saison (accident au départ de la course 2 à Marrakech), Loeb peinait quelque peu à frayer son chemin dans le peloton, en raison de son inexpérience de la discipline. Pendant ce temps, Lopez demeurait solide en toutes circonstances, rapide en qualifications (7 poles sur 12) et solide en course (neuf meilleurs tours en course).

L’une de ses grandes forces fut également son aptitude à dépasser ses concurrents et à se frayer un passage pour remonter vers l’avant lors des départs de course 2 avec la grille inversée. Lopez n’a pas manqué de réussite non plus, comme lors de son accrochage avec Yvan Muller sur le Salzburgring, où il pouvait poursuivre sa route et l’emporter, alors que son rival restait sur le carreau.

Nettement au-dessus du lot en fin de saison, Lopez alignait trois pole positions en fin de saison (Shanghai, Suzuka et Macao), qui lui permettait de se mettre en bonne position pour la course. Il s’assurait son titre mondial dès le meeting de Suzuka, à 31 ans.

La domination de José Maria Lopez ne peut cependant être qualifiée de surprise. L’Argentin était déjà devenu une référence dans le championnat de supertourisme de son pays, dans lequel il évoluait depuis 2007, et où il fut titré à trois reprises (2008, 2009 et 2012). Lopez s’était également illustré dans sa prime jeunesse dans les formules monoplaces, où son talent se révéla au grand jour. Une formation qui lui a permis de se sentir rapidement à l'aise avec les voitures WTCC de réglementation TC1, que tout le monde découvrait cette année.

L’an prochain, José Maria Lopez aura la lourde tâche de défendre son titre, face à deux équipiers remontés comme des pendules, et une concurrence qui devrait se rapprocher en terme de performances.

Prochain article WTCC
WTCC - Bilan saison : Muller contre le vent

Article précédent

WTCC - Bilan saison : Muller contre le vent

Article suivant

Juin 2014 : Yvan Muller calme Miss France...

Juin 2014 : Yvan Muller calme Miss France...

À propos de cet article

Séries WTCC
Pilotes Sébastien Loeb , Yvan Muller , José María López
Type d'article Actualités