Audi : Les coûts d'exploitation en DTM sont "extrêmement attractifs"

Les coûts d'exploitation en DTM sont "extrêmement attractifs" malgré la décision de Mercedes de quitter la série après 2018, d'après le directeur de la compétition chez Audi, Dieter Gass.

Audi : Les coûts d'exploitation en DTM sont "extrêmement attractifs"
Marco Wittmann, BMW Team RMG, BMW M4 DTM, Mike Rockenfeller, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Dieter Gass, responsable du DTM chez Audi Sport
Timo Glock, BMW Team RMG, BMW M4 DTM
Jens Marquardt, BMW Motorsport Director
Bruno Spengler, BMW Team RBM, BMW M4 DTM
Mike Rockenfeller, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Tom Blomqvist, BMW Team RBM, BMW M4 DTM
Augusto Farfus, BMW Team RMG, BMW M4 DTM
Dieter Gass, responsabile du DTM Audi Sport et Jens Marquardt, directeur BMW Motorsport

Le prochain départ de Mercedes a réouvert le débat sur ce que pourrait être le futur du DTM, particulièrement si aucun nouveau constructeur ne peut être convaincu de rejoindre Audi et BMW à partir de 2019. Les trois constructeurs actuellement impliqués dans la série avaient déjà réduit la voilure en 2017, passant de huit à six voitures chacun, ce qui avait réduit la grille à 18 voitures. Et le futur retrait de Mercedes laisse Audi et BMW avec la perspective de devoir aligner des voitures supplémentaires dans le futur.

D'autres réductions de coûts avaient été effectuées pour 2017 par le DTM avec l'introduction d'éléments standardisés qui, d'après Dieter Gass, ont eu un impact majeur. "Si vous regardez l'ensemble des mesures et le coût des voitures, avec l'apport d'éléments communs, on peut dire que le coût par voiture est déjà extrêmement à un niveau attractif", a déclaré Gass.

Le moteur, "un sujet sensible"

"Si vous voulez allez plus loin dans ce domaine, vous devez regarder les éléments comme le moteur, qui a toujours été un domaine compliqué au niveau des pièces communes. C'est un domaine un peu sensible. Je ne pense pas que vous pouvez complètement ignorer la possibilité, mais il est bien possible que vous n'arriverez à aucun accord sur le sujet [entre les constructeurs]."

"Je ne pense pas qu'il demeure encore beaucoup de marge sur les coûts par voiture", continue Gass. "Car nous avons déjà beaucoup réduit les coûts pour 2017 avec l'introduction du plancher et de certains éléments de suspension [communs]. Dans ce domaine, il ne reste pas beaucoup de marge. Puis vous pouvez jeter un œil aux coûts d'exploitation des voitures, qui est quelque chose que nous devons étudier."

Réduire les effectifs, pas la solution

Jens Marquardt, le directeur de la compétition chez BMW, est d'accord pour dire que le budget d'exploitation des voitures sur une saison doit être revu afin de permettre à la série d'aller encore plus loin en termes de réduction des coûts.

"Bien entendu [utiliser davantage d'éléments communs] a aidé, et cela a réduit les coûts", commente-t-il. "Mais continuer à faire courir six voitures… ce n'est pas le fait de construire les voitures, c'est le fait de les faire courir toute l'année qui est encore à un niveau élevé [de budget]. Je pense qu'il y a un potentiel ici [de réduire les coûts], et nous devons travailler là-dessus."

Gass, malgré tout, pense que réduire les effectifs n'est pas une solution réaliste, alors que les équipes peinent déjà à composer avec la limite fixée pour la saison 2017. "Nous avons déjà réduit cela pour cette saison, je ne pense pas qu'il y ait encore la possibilité d'aller encore en-dessous de cela car nous avons déjà des plaintes des équipes qui n'ont pas assez de personnel pour le week-end sur la piste", explique-t-il. "Vous devez donc explorer d'autres possibilités [pour réduire les coûts]."

partages
commentaires
Le DTM prêt à changer son calendrier pour de nouvelles marques

Article précédent

Le DTM prêt à changer son calendrier pour de nouvelles marques

Article suivant

Mercedes prêt à conserver ses pilotes DTM après son départ

Mercedes prêt à conserver ses pilotes DTM après son départ
Charger les commentaires