Formule 1
28 mars
Événement terminé
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
EL1 dans
1 jour
C
GP du Portugal
02 mai
EL1 dans
15 jours
09 mai
Prochain événement dans
21 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
60 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
77 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
108 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
136 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
143 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
164 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
168 jours
10 oct.
Course dans
178 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
193 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
200 jours
07 nov.
Course dans
207 jours

Analyse - La diffusion TV de la Formule 1 doit évoluer

Le paysage médiatique de la Formule 1 est en pleine transition, et sera bientôt très différent de ce qu'il a pu être par le passé.

Analyse - La diffusion TV de la Formule 1 doit évoluer
Carlos Sainz avec David Coulthard et Mark Webber
Eddie Jordan avec Suzi Perry
Daniil Kvyat avec David Coulthard dans le paddock
Lewis Hamilton avec Suzi Perry, Eddie Jordan et David Coultthard
Nico Rosberg (Mercedes AMG F1)
Les caméras suivent la conférence de presse de Kurt Busch
Eddie Jordan, consultant pour la BBC avec Chris Evans, animateur radio et Sir Tom Hunter, Businessman sur la grille
Kai Ebel, Présentateur sur RTL TV; Nico Rosberg, Mercedes AMG F1; Bernie Ecclestone, Frank Hoffmann, Directeur des Programmes de RTL Television; Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1; Sebastian Vettel, Ferrari; Niki Lauda, Président non-exécutif de Mercedes, annoncent l'extension de contrat de RTL TV pour les saisons 2016-2017
Bernie Ecclestone, et Frank Hoffmann, Directeur des Programmes de RTL Television annoncent l'extension de deux ans de contrat de RTL en 2016-2017
David Coulthard, Conseiller Red Bull Racing et Scuderia Toro Rosso/Commentateur de la BBC
Bernie Ecclestone
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06 mène au départ de la course
Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06 passe sous le drapeau à damiers
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06 mène au départ
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06 et Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM08 en lutte pour la tête au départ
Sebastian Vettel, Ferrari SF15-T et Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06 en lutte pour une position
Fernando Alonso, McLaren MP4-30, Will Stevens, Manor F1 Team, et Jenson Button, McLaren MP4-30 au départ

Il est facile de constater à quel point, au cours des dix dernières années, le public en général a changé la façon de s’informer.

Alors que nos grands-parents écoutaient la radio, nos parents ont connu la télé en noir et blanc, et la génération actuelle ne consulte qu'Internet et son smartphone.

Ainsi, la vente de téléviseurs est en déclin. Aux États-Unis, cette baisse a été de 9% entre 2013 et 2014. Et ce déclin se note partout ailleurs sur la planète. En 2011, il s’est vendu 255,2 millions de téléviseurs dans le monde. Un an plus tard, ce chiffre est tombé à 238,2 et en 2013, il ne s’en est vendu que 226,7 millions.

S’il se vend moins de téléviseurs, les ventes de smartphones ne cessent de progresser. On estime que 75% de la population mondiale possède actuellement un téléphone portable, alors que seulement 69% possèdent un téléviseur. Et ce pourcentage ne fera qu’augmenter au fil des ans.

Un changement drastique du paysage

Le paysage médiatique est en pleine phase de transition. Les diffuseurs traditionnels modifient leur approche du marché afin d’accroître leurs revenus face à des relayeurs, légaux ou illégaux, de contenu médiatique.

Les amateurs contestent la décision de la Formule 1 de diffuser de plus en plus d’images sur les réseaux payants, mais cela est vrai aussi dans plusieurs autres sports.

À la fin de 2013, 55% des téléviseurs mondiaux étaient à la portée de signaux numériques. En 2008, ce chiffre n’était que de 30%. Au cours de la même période, de plus en plus de téléspectateurs ont abandonné les ondes gratuites pour celles, payantes.

Fin 2012, on pouvait compter 728 millions d’abonnés à la télé payante dans le monde. Entre 2008 et 2012, les abonnements à ce type de télévision ont bondi de 32%.

Les services de diffusion en flux (streaming) comme Netflix, Hulu et Amazon Prime ont aussi changé notre façon de nous divertir. En payant, le consommateur s’évite de devoir regarder une suite interminable de messages publicitaires.

Face à ces changements majeurs, la F1 a été obligée de s’adapter. Diffuser des Grands Prix sur des chaînes payantes n’a pas été bien accepté par les amateurs, mais la F1 se devait de le faire.

Le partage des diffusions, comme le font Sky et la BBC au Royaume-Uni, ou Sky et RTL en Allemagne, constitue un compromis acceptable. Des comptes-rendus, diffusés après les courses, n’offrent pas une solution idéale, mais permettent de voir un peu d’action sans avoir à trop attendre. Pour le moment, c’est le mieux à quoi s’attendre.

De nouveaux contrats

Au cours du week-end du Grand Prix de Belgique, RTL a annoncé la signature d’une nouvelle entente de deux ans avec la FOM pour la diffusion des courses. Cette entente offre “les droits exclusifs à la télé allemande publique de tous les éléments d’un week-end de Grand Prix”.

On a beaucoup écrit sur le fait que les courses de F1 allaient demeurer sur une chaîne publique en Allemagne. Mais peu ont fait de cas de la courte durée du contrat, seulement deux ans.

Lors de l’annonce du contrat, Frank Hoffmann, le directeur des programmes à RTL, a souligné que l’entente avait été conclue en dépit de la baisse des audiences de la chaîne.

“Les audiences sont encore bonnes. Elles ne sont pas aussi élevées qu’elles l’étaient il y a de cela quelques années. En 2001, nous avons atteint un sommet avec une moyenne de 10 millions de téléspectateurs. Aujourd’hui, nous en sommes à 4,5 millions."

“Par contre, on peut comparer ces chiffres avec la diffusion d’un film à très grand succès à la télévision allemande. Un très bon film attirait auparavant 7,6 millions d’auditeurs, tandis qu’aujourd’hui, il n’attirera que 3,5 millions d’amateurs. Le marché évolue rapidement et de façon impressionnante.”

“Si nous comparons les audiences de la F1 à celles de notre principal rival dans le secteur public, la F1 attire plus de téléspectateurs que n’importe quelle autre émission. Nous sommes donc satisfaits des audiences que nous obtenons.”

La baisse des audiences ne se constate pas qu’en Allemagne. Beaucoup de choses ont été écrites suite à la baisse de 5,6% des audiences mondiales, avec des chutes marquées en Espagne et en Chine.

Pour ce qui concerne la première moitié de 2015, les audiences de la BBC ont augmenté d’environ 12%. Au cours de la même période, celles de Sky, la chaîne payante, ont baissé, mais la chaîne se refuse à dévoiler les chiffres.

Malgré tout, Bernie Ecclestone, le grand patron de la F1, affirme être satisfait des résultats du modèle de diffusion anglais. "Nous souhaitons divertir le public tout en offrant un service”, a-t-il dit aux journalistes à Spa.

“C’est notre boulot. La poursuite d’une entente avec la BBC et Sky serait la bienvenue. Cette entente fonctionne bien en ce moment, il n’y a aucune raison pour que cela change. Sky a fait un super boulot. Ils ont haussé la qualité du produit, et ont forcé la BBC à améliorer son produit".

Le défi du futur

La F1 doit désormais affronter un défi : adapter son spectacle aux nouvelles plateformes médiatiques, et capitaliser sur les nouvelles technologies et les nouveaux modèles de diffusion afin d’offrir aux abonnés un service qui surpasse ce qui a été fait auparavant.

À ses débuts, la F1 pouvait utiliser la télévision mondiale pour croître, pour ses revenus et ses chances d’affaires. La prochaine étape sera de travailler avec les leaders mondiaux de l’information et des nouvelles technologies afin de repousser les barrières.

Joe Brown, vétéran amateur de F1 et éditeur américain de la bible de haute technologie Wired serait un consultant de premier plan. Brown a souvent parlé du besoin d’interagir avec les amateurs de F1 et d'accroître leur intérêt par l’intermédiaire des nouvelles technologies. Avec les contacts qu’il possède avec les développeurs de ces nouveaux moyens de diffusion, il serait l’homme de la situation.

La Formule 1 a bâti son empire sur les droits de télévision, mais elle repose sur ses lauriers depuis trop longtemps maintenant. Si les Grands Prix désirent maintenir leur succès, ils doivent devenir les leaders dans la haute technologie de diffusion de l’information, en personnalisant son contenu aux amateurs.

La baisse des audiences, dans tous les types de divertissements, envoie un signal fort. La F1 doit donc désormais abandonner les technologies du siècle dernier.

partages
Mallya - Le meilleur est à venir pour Force India

Article précédent

Mallya - Le meilleur est à venir pour Force India

Article suivant

Être directeur de course en F1, c'est quoi?

Être directeur de course en F1, c'est quoi?

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Kate Walker
Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance Prime

Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance

Williams a résisté à la marée pendant de nombreuses années mais l'ère du propriétaire-exploitant est révolue depuis longtemps.

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ? Prime

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ?

Les équipes de Formule 1 semblent divisées concernant la meilleure solution pour les nouvelles règles sur le fond plat. Une fois de plus, deux tendances radicalement opposées apparaissent. Désormais, une question se pose : le tableau dressé lors du premier Grand Prix permet-il déjà d'indiquer qui est sur la bonne voie et qui ne l'est pas ?

AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ? Prime

AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ?

Serait-il possible qu'AlphaTauri soit la grande surprise de la saison 2021 de Formule 1 ? Ce qui a été montré lors du Grand Prix de Bahreïn le suggère clairement.

Formule 1
13 avr. 2021
Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage Prime

Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage

Remémorons-nous quelques souvenirs marquants de Stirling Moss, légende du sport automobile, qui nous a quittés l'an dernier à l'âge de 90 ans.

Formule 1
12 avr. 2021
Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins Prime

Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins

Aston Martin peut-elle se sortir du trou dans lequel la réglementation aérodynamique de 2021 l'a envoyée ? Cette question, l'écurie britannique ne peut pas encore y répondre. En revanche, les récentes performances de Mercedes offrent un signe d'encouragement.

Formule 1
11 avr. 2021
L'excessive et vaine croisade de Ricciardo sur les crashs en F1 Prime

L'excessive et vaine croisade de Ricciardo sur les crashs en F1

Daniel Ricciardo a été parmi les pilotes les plus virulents ces derniers mois pour dénoncer l'exploitation, selon lui à outrance, des images des accidents par la Formule 1. Une vision des choses compréhensible bien qu'excessive et vaine.

Formule 1
10 avr. 2021
Entretien - Les ambitions de titre de Max Verstappen Prime

Entretien - Les ambitions de titre de Max Verstappen

Juste avant de jouer la victoire au Grand Prix de Bahreïn avec une Red Bull finalement dominatrice, Max Verstappen a accordé une longue interview à Motorsport.com. Ses progrès depuis ses débuts, ses espoirs pour la saison à venir, la fin du règne de Hamilton... il s'est confié sur ces sujets en détail.

Formule 1
8 avr. 2021
Quand la carrière d'un pilote de F1 ne dura que 800 mètres Prime

Quand la carrière d'un pilote de F1 ne dura que 800 mètres

Les débuts en Formule 1 de Nikita Mazepin, à Bahreïn, n'ont duré que quelques mètres, mais une saison complète l'attend grâce à ses soutiens financiers. En 1993, Marco Apicella n'a, lui, été pilote de Grand Prix que pendant 800 mètres. Voici son histoire.

Formule 1
7 avr. 2021