Les dépassements en hausse de 50% lors de certaines courses ?

partages
commentaires
Les dépassements en hausse de 50% lors de certaines courses ?
Par :
5 avr. 2019 à 14:30

Des simulations menées pour jauger l'impact des règles aérodynamiques 2019 en Formule 1 ont indiqué que les dépassements pourraient augmenter de moitié lors de certains Grands Prix cette année.

La discipline reine a introduit cette saison un certain nombre de changements plus ou moins importants. Ainsi, les monoplaces disposent d'ailerons avant plus larges mais débarrassés des nombreux appendices qui avaient fleuri ces dernières années, ainsi que de déflecteurs et d'écopes de freins simplifiés et d'un aileron arrière agrandi améliorant l'efficacité du DRS. Le but de cet ensemble étant de faciliter les luttes en piste et de favoriser les dépassements.

Lire aussi :

Même si le GP d'Australie n'a pas vraiment permis de tirer de conclusion sur l'efficacité de ces mesures, les pilotes ont été plus encouragés par le déroulé du GP de Bahreïn, sur un circuit plus conventionnel et doté d'une troisième zone DRS.

Et le responsable monoplaces de la FIA, Nikolas Tombazis, a même révélé que des simulations (effectuées en appliquant la réglementation 2019 à des courses de 2018) avaient montré des résultats encourageants en fonction du circuit. "Nous ne nous attendions pas à un immense écart en Australie, qui est une piste où dépasser est difficile dans tous les cas", a-t-il expliqué dans un entretien pour AUTO, le magazine de la FIA, réalisé avant Sakhir. "Certaines simulations montraient une augmentation de 10% des dépassements, en se basant sur une évolution similaire de la course, évidemment."

"Dans d'autres courses, les mêmes simulations laissaient entrevoir une augmentation plus grande, possiblement de l'ordre de 50%. Ce sont les retours que nous avons eus jusqu'ici, mais ça ne deviendra vraiment clair que quand nous avancerons dans la saison. Nous ne nous attendions pas à des miracles lors de la première manche en Australie, mais en général nous nous attendons à un pas dans la bonne direction en ce qui concerne l'aérodynamique."

Lire aussi :

La modification des règles aéro visait à contrer la complexité de plus en plus importante de l'aérodynamique des voitures, qui avait atteint en 2018 un niveau encore plus important. Tombazis a qualifié de "pari sûr" l'amélioration de l'efficacité du DRS entraînée par l'augmentation de la taille de l'aileron arrière, en complément des autres changements visant à interrompre "une tendance qui s'accentuait".

"En voyant les voitures lors des essais hivernaux et en voyant certaines solutions [liées aux changements], il y a sans aucun doute des choses que nous aurions faites légèrement différemment au niveau des règles, mais c'est toujours comme ça. Globalement, je suis heureux de la direction prise par les caractéristiques aérodynamiques. Je ne pense assurément pas que nous sommes arrivées à notre destination finale et on ne peut jamais s'asseoir et dire 'OK, tout va bien'."

"Cependant, je pense que si nous n'avions pas engagé ce processus et que nous étions réunis ici pour écrire les règlements 2021, nous serions dans une position bien plus faible. Pour ce que nous essayons d'accomplir, 2019 a été un exercice très utile et a réduit l'effet de sillage. Le fait que la saison débouche sur un championnat excitant dépend de l'écart réduit entre les équipes. Et, comme tout le monde, c'est quelque chose que j'ai hâte de voir."

Article suivant
Malgré les mauvais résultats, les revenus de Williams ont augmenté

Article précédent

Malgré les mauvais résultats, les revenus de Williams ont augmenté

Article suivant

Ferrari révèle la cause sans précédent du problème de Leclerc

Ferrari révèle la cause sans précédent du problème de Leclerc
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Tags fia , tombazis
Auteur Fabien Gaillard
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu