Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
53 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
60 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
74 jours
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
88 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
102 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
109 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
123 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
137 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
144 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
158 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
165 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
179 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
193 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
221 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
228 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
242 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
249 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
263 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
277 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
284 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
298 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
312 jours

Édito - Charles Leclerc peut renverser la table

partages
commentaires
Édito - Charles Leclerc peut renverser la table
Par :
3 avr. 2019 à 07:30

L'éclosion de Charles Leclerc avec Ferrari n'est peut-être pas une surprise, il s'agissait plutôt de savoir quand elle aurait lieu. Passé tout près d'un destin victorieux qu'il a forcé dès le début de course le week-end dernier, le Monégasque a peut-être déjà changé la donne. On est tenté de penser qu'il y aura un avant et un après Bahreïn.

À Bahreïn, c'est la glorieuse incertitude du sport qui a frappé. Celle-là même que l'on a tant reprocher de manquer à la F1, alors que les exemples ne manquent pourtant pas. C'est vrai, que l'on fasse partie du clan des tifosi ou non, le sentiment d'injustice a vraisemblablement touché plus d'un spectateur dimanche, lorsque Charles Leclerc a manifesté son inquiétude d'un problème moteur à la radio. Il restait une dizaine de tours dans une épreuve que le pilote Ferrari avait à sa main. Puis l'on a vu s'évaporer irrémédiablement ce matelas de secondes d'avance qu'il s'était si brillamment constitué.

Lire aussi :

Lewis Hamilton l'a dit lui-même, au moment de dépasser la monoplace à l'agonie du leader de la course, le sentiment était "étrange". Le quintuple Champion du monde a affiché une empathie et une bienveillance remarquées à l'arrivée du Grand Prix, saluant la performance d'un jeune homme très vite au niveau des meilleurs. Une attitude tout aussi remarquable que celle d'un Leclerc évidemment défait, mais immédiatement soucieux de montrer son immense dignité et de rassurer son équipe quant à sa solidarité. Deux comportements de champion, ça ne fait aucun doute. 

Le scénario de ce Grand Prix de Bahreïn nous a gratifié des expressions que l'on aime ou déteste entendre quand il s'agit de résumer ce qui ne peut pas l'être. Parmi elles, celle du "vainqueur moral" que serait Charles Leclerc… une notion bien subjective ! La loi du sport veut qu'il n'y ait qu'un vainqueur. Qu'on le veuille ou non, c'était bien Lewis Hamilton, et l'offrande qu'il a saisie ne lui enlève pas le moindre mérite pour autant.

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, et Charles Leclerc, Ferrari, au parc fermé

Pour être le mieux placé en cas de défaillance de Leclerc, le pilote Mercedes a de nouveau su forcer son talent. Ces 25 points "tombés du ciel" n'auraient jamais été les siens s'il n'avait pas mis sous pression son rival pour le titre ces deux dernières années. Le Britannique a fait coup double, prenant l'ascendant dans cette première confrontation directe tout en provoquant l'erreur d'un Sebastian Vettel inévitablement confronté à ses vieux démons de 2018.

Une unanimité naturelle

Des deux pilotes Ferrari au soir de cette deuxième manche de la saison se dégageait une déception évidente. Mais l'image entre les deux hommes tranche forcément dans les consciences : tous deux ont perdu gros, et la cruauté des faits rendait bien pâle le lot de consolation que pouvait être un premier podium en F1 pour Charles Leclerc. Pourtant, le Monégasque pourrait sortir comme le grand gagnant de ce premier épisode majeur de 2019.

Méthodiquement, Leclerc construit sa carrière : son ascension impeccable à travers les formules de promotion, sa première saison en Formule 1 lors de laquelle il a incarné le renouveau de Sauber, sa promotion chez Ferrari à la place d'un Kimi Räikkönen qui reste le dernier pilote titré au volant d'une monoplace de la Scuderia. Il y a eu des doutes, mais il sait vite les balayer. On sent, il faut l'avouer, une unanimité naturelle autour de lui, y compris dans le paddock. L'impression qui se dégageait de la grille de départ à Sakhir, quelques instants avant l'extinction des feux, était presque étonnante. Il y avait cette pression des grands rendez-vous, cette attente palpable autour du deuxième plus jeune poleman en F1, tout en percevant le fait que ce visage rafraîchissant occupant la place la plus enviée faisait plaisir au plus grand nombre.

Charles Leclerc, Ferrari, troisième, dans le Parc Fermé

Outre la réaction de Lewis Hamilton, spontanée après le drapeau à damier, on a assisté à un concert de louanges rare dans le milieu. Charles Leclerc trahi par sa mécanique, condamné à attendre au moins deux semaines supplémentaires avant de peut-être gagner en F1, mais salué par la concurrence dans un univers impitoyable.

Psychologiquement, quel effet tout ceci peut-il avoir sur Sebastian Vettel ? On se doit d'être honnête, et de rappeler que l'Allemand a également fait partie des premiers à vouloir chaudement réconforter son nouveau coéquipier, que ce soit à la radio ou dans le Parc Fermé. Néanmoins, on ne saurait oublier qu'il y a cinq ans, les circonstances chez Red Bull Racing l'avaient mené à quitter l'écurie sous la menace grandissante d'un nouveau venu, un certain Daniel Ricciardo.

Lire aussi :

Il serait prématuré de dire aujourd'hui que Charles Leclerc va prendre le dessus chez Ferrari, d'autant que jouer les apprentis Nostradamus n'apporte rien. Il est simplement bon de rappeler les similitudes. Tout comme cette image qui a fait mouche et a probablement imprimé les cerveaux : celle d'un Leclerc conquérant, plein d'assurance, reprenant fermement et proprement la tête du Grand Prix après seulement quelques tours passés derrière Vettel.

L'incarnation d'un Leclerc n'ayant pas peur d'oser, et outrepassant le message radio qui venait de lui demander de rester derrière Vettel pour les deux tours à venir. Passation de pouvoir, naissance d'une rivalité ou simple piqûre de rappel pour le quadruple Champion du monde  ? Seul l'avenir nous le dira, mais la F1 nous offre ici une nouvelle histoire comme elle seule peut en écrire. On a hâte !

Sebastian Vettel, Ferrari SF90, et Charles Leclerc, Ferrari SF90
Article suivant
Schumacher s'est senti "à la maison" au volant de la Ferrari

Article précédent

Schumacher s'est senti "à la maison" au volant de la Ferrari

Article suivant

Kubica se sent comme un passager de sa Williams

Kubica se sent comme un passager de sa Williams
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Charles Leclerc
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Basile Davoine