Kubica se sent comme un passager de sa Williams

partages
commentaires
Kubica se sent comme un passager de sa Williams
Par :
3 avr. 2019 à 08:45

Robert Kubica a expliqué avoir tout fait pour éviter les vibreurs lors du week-end de Bahreïn, et déplore les effets néfastes d'une telle prudence sur ses performances.

Kubica a concédé un tour de moins au vainqueur à Bahreïn qu'à Melbourne, bouclant la seconde course de la saison à deux boucles du vainqueur. Néanmoins, les problèmes sont loin d'être résolus du côté de Williams, où les deux monoplaces affichent un comportement totalement différent.

Malgré les réparations effectuées suite aux dégâts occasionnés par les vibreurs du circuit de Melbourne sur le fond plat du Polonais, lui et George Russell ont été incapables de faire fonctionner les deux voitures de la même façon, malgré des réglages identiques. Kubica regrette les limitations imposées par sa monoplace mais apprécie d'avoir toutefois attaqué un peu plus qu'en Australie.

Lire aussi :

"Avec davantage de maniabilité, je pense m'en être bien sorti", analyse-t-il. "J'ai passé huit ans sans piloter, donc je pense avoir pris de bonnes décisions. Certaines choses étaient positives, mais c'était très difficile. Tout s'accumule, toutes les difficultés."

"En Australie, en roulant sur un vibreur que tout le monde prenait, j'ai perdu des morceaux de la voiture. À Bahreïn, je suis resté loin des vibreurs. Lorsque je les ai utilisés en qualifications, j'ai perdu une nouvelle pièce. Et en course, j'ai réalisé que je ne les utilisais pas, ou que je les utilisais uniquement parce que j'y étais envoyé, mais je ne les utilisais pas comme la piste."

Bien évidemment, une telle décision a des effets négatifs sur la monoplace : "Si vous commencez à resserrer les virages, vous mettez plus de charge sur les pneus. C'est une situation compliquée. J'étais extrêmement lent dans certains virages en essayant de préserver les pneus arrière, mais je glissais et je les faisais quand même surchauffer."

Bien que le manque de pièces de rechange ait souvent été pointé du doigt depuis Melbourne, Kubica laisse entendre que la FW42 manque également de solidité : "Il y aura un moment, un jour je l'espère, où je pourrai oublier ces limitations, où la voiture sera plus solide, restera en un seul morceau et deviendra également plus amusante."

Lire aussi :

"Jusqu'à maintenant, j'ai surtout dû m'assurer qu'elle prenne bien le virage et qu'elle ne parte pas en tête-à-queue, et c'est ce qu'est mon pilotage, tout tourne autour. Nous devons découvrir ce qu'il se passe, car je n'ai aucune marge ni aucune fenêtre dans laquelle je peux réellement maîtriser la voiture. Je suis un passager."

Le pilote semble sceptique quant à la possibilité de corriger les problèmes de sa monoplace à court terme, et l'illustre non sans ironie, même s'il la comprend mieux qu'il y a deux semaines : "Vous pouvez faire ce que vous voulez, vous pouvez mettre les pneus arrière à l'avant ! Elle sera dominée par les caractéristiques que nous avons actuellement."

"Je ne peux qu'essayer d'aider avec les outils, j'ai tout essayé avec les réglages de différentiel, avec les réglages du volant, mais c'est tellement énorme que c'est impossible à annuler. [Le vent] a fait empirer la stabilité de la voiture et je n'en avais déjà pas, donc ça a aggravé [le problème]. Nous avons besoin d'une solution, et j'espère que ça prendra moins de temps que je le pense."

Article suivant
Édito - Charles Leclerc peut renverser la table

Article précédent

Édito - Charles Leclerc peut renverser la table

Article suivant

Hamilton défend Vettel après le tête-à-queue de Bahreïn

Hamilton défend Vettel après le tête-à-queue de Bahreïn
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Robert Kubica
Équipes Williams
Auteur Emmanuel Touzot
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu