Hamilton défend Vettel après le tête-à-queue de Bahreïn

partages
commentaires
Hamilton défend Vettel après le tête-à-queue de Bahreïn
Par :
3 avr. 2019 à 09:45

Lewis Hamilton a une nouvelle fois tenu à prendre la défense de Sebastian Vettel après l'erreur du Grand Prix de Bahreïn, qualifiant ce nouveau tête-à-queue de "minuscule" par rapport au statut du pilote allemand.

Au début du dernier relais des deux hommes, Sebastian Vettel et Lewis Hamilton se sont battus en piste pour la deuxième place. Après une première tentative osée mais infructueuse du Britannique par l'extérieur dans le virage 4 du 37e tour, son second essai sera transformé lors de la boucle suivante, là encore en passant par l'extérieur dans le même virage. Dans la manœuvre cependant, en essayant de réaccélérer en sortie, l'Allemand est parti tout seul à la faute en perdant l'arrière de sa Ferrari. 

Lire aussi :

Une erreur payée au centuple par Vettel qui, en plus de perdre beaucoup de temps et toute chance de prétendre à la victoire, a abîmé ses pneus puis son aileron avant et été contraint à un arrêt long le reléguant à la cinquième place finale. Il n'en a pas fallu plus pour que s'abatte sur le quadruple Champion du monde les critiques entendues depuis près d'un an et demi, sur le prétendu manque de lucidité du pilote dans les moments chauds.

Interrogé sur ce sujet après la course, où le cas du GP d'Italie l'an passé a notamment été évoqué, Hamilton a déclaré : "Nous nous sommes touchés à Monza. Je pense qu'il était derrière et a peut-être perdu de l'aéro ou autre, m'a sous-viré dedans et est parti en tête-à-queue. C'était pas de chance."

"Je dirais qu'ils sont trop peu nombreux pour s'y intéresser de trop près. J'ai regardé le ralenti [de l'incident de Bahreïn], et on ne s'est pas touchés, ce qui était une bonne chose. Il y avait beaucoup de vent, alors je n'ai aucune idée de ce qui s'est passé pour lui. Je n'ai rien d'autre à dire."

Des erreurs "minuscules" par rapport au statut de Vettel

Pour le quintuple Champion du monde, il serait faux de conclure trop vite à une conséquence de la pression ressentie en interne face à la concurrence de Charles Leclerc. "Ce n'est pas que ça vous trotte dans la tête, ça nous arrive tous. Ce n'est pas parce qu'on a été quatre fois Champion qu'on n'aura pas de week-ends sans. C'est plus cumulatif. Si vous regardez la carrière de Vettel, il a produit des performances éblouissantes qui pèsent bien plus que les courses plus faibles, quand il part en tête-à-queue par exemple, elles sont minuscules vis-à-vis du statut qu'il s'est construit."

Lire aussi :

"Il y aura toujours des moments où vous n'arrivez juste pas à trouver les bons réglages. Vous, les gars, vous ne voyez pas toutes les petites choses que nous faisons, et ça n'a juste pas fonctionné ce week-end. Les différences sont si petites, et pourtant elles paraissent si grandes."

"Je ne sais pas pourquoi leur voiture était si différente en rythme, mais je me souviens, en repensant à Nico [Rosberg] et moi, que nous étions à Barcelone, que nous étions rapides en essais et ensuite qu'il y a eu une immense différence en course, et alors vous pilotez juste avec les mains dans le dos et n'avez aucune adhérence. Ensuite, lors d'une autre course, c'est l'inverse."

"Je ne sais pas pourquoi ça arrive, mais ça a été le cas pour lui [dimanche]. Mais c'est un Champion du monde et un grand athlète. Il va se reprendre et se battre."

Avec Adam Cooper 

Article suivant
Kubica se sent comme un passager de sa Williams

Article précédent

Kubica se sent comme un passager de sa Williams

Article suivant

Photos - Les tests de Mick Schumacher avec Ferrari et Alfa Romeo

Photos - Les tests de Mick Schumacher avec Ferrari et Alfa Romeo
Charger les commentaires
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu