Leclerc et Ferrari : la pression ? Connaît pas !

partages
commentaires
Leclerc et Ferrari : la pression ? Connaît pas !
Par : Basile Davoine
5 nov. 2018 à 16:23

Perfectionniste et la tête sur les épaules, Charles Leclerc n'entend pas céder à la pression forte qui pourrait s'exercer sur lui chez Ferrari en 2019.

Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber
Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber
Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber F1 Team
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber, dans les stands
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber

Il reste deux Grands Prix chez Sauber à Charles Leclerc avant de devenir un pilote Ferrari. En 2019, le Monégasque revêtira la combinaison rouge dès sa deuxième saison complète en Formule 1, avec la lourde tâche de succéder à Kimi Räikkönen et de faire équipe avec Sebastian Vettel

Depuis que sa promotion chez Ferrari a été officialisée, le pilote de 21 ans assure qu'il est prêt à faire face à la pression qui lui sera inévitablement mise une fois qu'il pilotera pour la Scuderia. Une approche qui ne change pas, car Leclerc ne veut rien laisser le détourner de la seule chose qui compte : travailler pour obtenir des résultats.

Lire aussi :

"Cette année déjà, on attendait beaucoup de moi, et ce sera plus ou moins la même chose l'année prochaine", estime-t-il. "J'essaie juste de me concentrer sur mon travail, de sortir toutes ces attentes de mon esprit et de me concentrer vraiment à 100% sur ce que je fais derrière le volant."

"C'est sûr que c'est un immense privilège d'entendre ça, mais encore une fois, je pense qu'il est extrêmement important pour moi de garder les pieds sur terre dans cette situation. Je crois que c'est plutôt facile, surtout à mon âge, de devenir un peu fou avec toutes ces choses-là. Alors j'essaie de ne pas trop y penser, de ne pas écouter les gens qui disent du bien de moi, et de me concentrer sur le fait de m'améliorer."

La décision prise par Ferrari de remplacer Räikkönen par Leclerc est intervenue au terme d'un processus plutôt long, et d'abord initié par Sergio Marchionne avant son décès l'été dernier. Pour la première fois depuis très longtemps, l'écurie de Maranello a fait le choix de la jeunesse et de l'inexpérience, mais débarquer au sein de la Scuderia avec une seule saison de F1 à son actif n'effraie pas pour autant l'intéressé.

"Non, j'ai toujours voulu aller là-bas dès que possible", insiste Charles Leclerc. "Comme je l'ai dit par le passé, la pression n'est pas quelque chose dont je souffre. Je ne crois pas que ce sera un problème l'année prochaine."

Lire aussi :

À la tête de l'équipe italienne, Maurizio Arrivabene ne doute pas : le tandem nouvellement formé entre Leclerc et Vettel a tout pour fonctionner et tirer l'écurie vers le haut. Un sentiment déjà renforcé par les propos du quadruple Champion du monde allemand à l'égard de son futur voisin de garage.

"Charles le connaît depuis 2016, lorsqu'il a signé son premier contrat, et nous avons vu que c'était un garçon avec énormément de talent, ce qu'il a ensuite confirmé cette saison", souligne Arrivabene. "L'année prochaine, son objectif sera de gagner en expérience. C'est l'aspect le plus important : éviter de se monter la tête et apprendre de Sebastian. Il devra absorber les trucs et astuces du métier, comme une éponge, grâce à un pilote expérimenté comme Sebastian."

Propos recueillis par Adam Cooper et Roberto Chinchero   

Article suivant
Räikkönen veut des pénalités plus rares mais plus sévères

Article précédent

Räikkönen veut des pénalités plus rares mais plus sévères

Article suivant

Avant son départ, Sainz voulait finir en trombe avec Renault

Avant son départ, Sainz voulait finir en trombe avec Renault
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Charles Leclerc
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités