Lotus avertit une nouvelle fois sur les dépenses en F1

partages
commentaires
Lotus avertit une nouvelle fois sur les dépenses en F1
3 juin 2014 à 11:39

C’est très stratégiquement que Lotus a d’abord placé les craintes de son Directeur d’Equipe, Federico Gastaldi, en tête de son compte-rendu d’avant-course adressé à la presse avant Montréal

C’est très stratégiquement que Lotus a d’abord placé les craintes de son Directeur d’Equipe, Federico Gastaldi, en tête de son compte-rendu d’avant-course adressé à la presse avant Montréal. Laissant habituellement la parole en premier lieu à ses pilotes sur les différentes caractéristiques de chaque venue,

le team endetté

n’y va cette fois pas par quatre chemins : la F1 se doit d’assurer la pérennité financière des teams en prenant de grandes résolutions sur les dépenses autorisées. Selon Gastaldi, si les teams F1 doivent continuer à dépenser de la sorte, ils ne pourraient plus être que quatre à pouvoir soutenir de tels coûts…

« Il y a beaucoup de discussions », admet le Team Principal. « Le problème est qu’en dépit du fait que nous paraissons être dans le même bateau, nous ne sommes pas sur le même raccord. Nous avons des agendas différents et différentes choses au sujet desquelles nous soucier ».

« Au final, la F1 est le pinacle du sport automobile et nous essayons tous de dépenser autant d’argent que disponible pour essayer de battre la concurrence », poursuit-il.

Lire aussi notre dossier -

Perdre plus pour gagner plus!

« Si l’on a un budget massif et de bonnes personnes, on se place bien pour être en mesure de produire une très bonne voiture de course. Il est vrai qu’Enstone a historiquement boxé dans une catégorie au-dessus de la sienne pour créer des voitures très compétitives avec des budgets plus faibles que ceux de la concurrence, mais la réduction des coûts serait bénéfique pour tous. L’aspect crucial est que cela doit être fait sans qu’il n’y ait de failles ».

Pour Lotus, il est nécessaire de trouver des solutions à très court terme : le basculement dans la zone rouge d’une paire d’équipes met tout le plateau en danger, et la démarche de la FIA consiste, une nouvelle fois, à chercher de nouvelles équipes, plutôt qu’à tenter de pérenniser la situation de celles déjà installées.

« Nous devons nous assurer que le sport soit viable dans le contexte économique et de sponsoring actuel. Si nous ne faisons pas cela, nous pourrions nous retrouver dans une situation dans laquelle la F1 n’aurait que quatre équipes. Nous devons nous assurer que nous, en tant que F1, produisions un business model solide pour le futur ».

Prochain article Formule 1
David Coulthard relate l'accident d'avion ayant coûté la vie à ses pilotes

Article précédent

David Coulthard relate l'accident d'avion ayant coûté la vie à ses pilotes

Article suivant

Kimi Räikkönen : 200 GP, un caractère unique [1/2]

Kimi Räikkönen : 200 GP, un caractère unique [1/2]
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Type d'article Actualités