Michael Masi va reprendre du service en Australie

Michael Masi va retrouver un rôle de dirigeant en sport automobile, dans un pays et un championnat qu'il connaît parfaitement.

Michael Masi va reprendre du service en Australie
Charger le lecteur audio

Libéré à la mi-juillet de toute fonction à la FIA, Michael Masi va reprendre du service dans son pays natal. L'ex-directeur de course de la Formule 1, qui occupé cette fonction durant trois saisons (2019-2021) s'apprête à prendre la présidence de la Commission Supercars. Michael Masi devrait prendre la succession à ce poste de Neil Crompton, président sortant qui a quitté la commission à la fin du mois de juin. Ce dernier était président intérimaire depuis 2020.

D'après plusieurs sources, le championnat Supercars boucle les derniers détails concernant ce remplacement et espère obtenir l'approbation définitive des patrons d'équipe ce week-end à l'occasion de la manche de Sandown. La Commission Supercars est responsable de la réglementation technique et sportive du championnat australien dans le sens où elle transmet ses recommandations en la matière avant qu'elles ne soient approuvées par le conseil d'administration de la discipline.

Le Supercars Championship, anciennement dénommé V8 Supercars, offre un environnement bien connu à Michael Masi. Le natif de Sydney, âge de 44 ans, y a officié comme directeur de course adjoint avant de rejoindre la FIA en 2018, un an avant d'être précipité dans le costume de directeur de course de la Formule 1 par le décès brutal de Charlie Whiting à Melbourne.

Une fois l'information confirmée et officialisée, Michael Masi fera son retour dans un rôle de dirigeant en sport automobile pour la première fois depuis l'épisode très controversé du Grand Prix d'Abu Dhabi 2021.

Évincé de la direction de course F1 dans le cadre du remaniement de celle-ci avant la saison 2022, l'intéressé s'est exprimé publiquement pour la première fois dans le courant de l'été, sept mois après la polémique autour du Grand Prix décisif pour le titre mondial entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Il a notamment confié les moments très difficiles auxquels il a dû faire face.

"Il y a eu des jours sombres", a-t-il confié au Daily Telegraph australien. "Et absolument, j'avais l'impression d'être l'homme le plus détesté du monde. J'ai reçu des menaces de mort. Les gens disaient qu'ils allaient s'en prendre à moi et à ma famille. […] Toute cette expérience a fait de moi une personne beaucoup plus forte. Je viens de faire la plus longue pause de ma carrière professionnelle et j'en ai profité pour renouer avec ma famille et mes amis."

Avec Andrew van Leeuwen

Lire aussi :
partages
commentaires
Marko : Difficile pour Vettel de concilier sa vision du monde et Aramco
Article précédent

Marko : Difficile pour Vettel de concilier sa vision du monde et Aramco

Article suivant

Pourquoi Mercedes n'a pas abandonné le concept de la W13

Pourquoi Mercedes n'a pas abandonné le concept de la W13